Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Réponse à "l'historien à eux". Sur l'Ecosse et les anciens...

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 10 Septembre 2014, 12:03pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #CMF, #REAA, #Dachez

Réponse à "l'historien à eux". Sur l'Ecosse et les anciens...

J’ai pris connaissance du nouvel article de Roger Dachez (Ce qui est Ecossais n’est pas Ancien) en réponse à l’article que j’avais fait sur mon bloc-notes (CMF : Nouvelle polémique de Roger Dachez) concernant son article du 7 septembre 2014  (« C’est la rentrée »).

 

Je pense que notre ami Roger a dû lire un peu trop vite (je ne peux lui en vouloir) l’article que j’avais rédigé.

 

Que Roger permette tout d’abord à celui qu’il nomme « l’historien à nous », c’est-à-dire votre humble serviteur, de lui répondre à lui, que nous l’appellerons désormais « l’historien à eux ». Car si l’étude des faits et leur exactitude est un préalable requis - s’il est possible - il y a longtemps que tous les gens sérieux (et notamment les universitaires) en sont revenus du mythe de l’historien impartial au-dessus de l’Olympe délivrant sa vérité révélée.

 

L’histoire c’est la politique d’hier expliquée au présent et nécessite, évidemment, des interprétations qui sont – inévitablement – contradictoires.

 

L’article de Roger s’intitule « Ce qui est écossais n’est pas ancien » (j’allais répondre, « oui je sais merci »).

 

Et surtout il développe un argument qu’il pense imparable et surtout contraire à ce que j’aurais écrit.

 

Je mets en gras dans le texte les mots importants pour la compréhension de l’argumentation.

 

Je cite « l’historien à eux » :

 

« Première constatation : jamais le Rite Ancien n'a été connu, de près ou de loin, en France avant 1804. Ça fait plaisir ou pas, mais c'est un fait.

 

Ensuite, oui, les Rites Écossais des loges bleues "écossaises" d'avant la Révolution étaient des variantes du Rite des Modernes ».

 

Mais qu’avais-je donc écrit de si contradictoire ?

 

Je me cite (pardon) :

 

« [Roger Dachez] fait une confusion entre « écossais » et « ancien ». Non les frères « écossais » des loges bleues ne travaillaient pas avec le rite « moderne » stricto sensu.

 

Dans les loges écossaises les frères étaient revêtus de leurs décors du plus haut de leur grade écossais en loge bleue, il y avait la circulation du mot, l’acclamation « houzé-houzé-houzé » et la position particulière des colonnes Sagesse – Force – Beauté.

 

Les frères savaient parfaitement qu’ils étaient dans une loge « écossaise » et non andersonnienne, moderne.

 

L’inversion des colonnes B et J (et donc des mots), l’emplacement des surveillants (tels que dans Three Distincts knocks) en loge viendront en effet avec l’arrivée du rite ancien en 1804 avec de Grasse-Tilly.

 

A partir de 1804 en effet on peut parler de « rite écossais  ancien ». La Grande Loge Générale Ecossaise (entre septembre et décembre 1804 avant d’être contrainte à s’intégrer au GODF par le Concordat Impérial) sera la Grande Loge de France de rite ancien ».

 

Lorsque Roger Dachez dit « des variantes du rite français » je dis « ne pratiquaient pas le rite français stricto sensu ».

 

Lorsqu’il écrit « jamais le Rite Ancien n'a été connu, de près ou de loin, en France avant 1804 », j’écris « avec l’arrivée du rite ancien en 1804 (…) A partir de 1804 en effet on peut parler de « rite écossais  ancien ».

 

En vérité ces différences d’écriture (alors que sur le fond nous disons la même chose), méritent un article aussi virulent ?

 

Et il poursuit toujours sur le même ton de la virulence indignée :

 

« Patatras... Il ne faut pas aventurer dans les sentiers que l'on ne connait pas. Au XVIIIème siècle les loges "bleues écossaises" sont apparues dans le dernier quart du siècle, elles ont été marginales, extrêmement minoritaires - et pour la plupart ont conclu des traités d'alliance avec le GODF avant de s'y intégrer au début du XIXème siècle. L'immense majorité des Frères qui, depuis la fin des années 1730, possédaient et pratiquaient des "hauts grades écossais" en France, pratiquaient en loge bleue le Rite Moderne (pas du tout écossais), celui que l’on nommera, au XIXème siècle, le Rite Français. Celui de Louis de Clermont ou de Morin. Et, à partir de 1773, celui du Grand Orient comme celui de la Grande Loge de Clermont...qui pratiquaient tous deux exactement les mêmes rituels ! (Oui, je sais : il y a des "dignitaires écossais" qui ont du mal à avaler cette pilule) ».

 

Mais je n’ai jamais dit – au contraire – que les loges écossaises étaient majoritaires !

 

Nous savons tous bien que ce qui « a marché » comme maçonnerie en terme quantitatif. C'est celle du rite "moderne", français du Grand Orient de France.

 

Oui « les loges "bleues écossaises" sont apparues dans le dernier quart du siècle, elles ont été marginales, extrêmement minoritaires », enfin plutôt vers 1745 mais ce n’est pas important.

 

Oui et le fait qu’elles aient été minoritaires équivalent au fait qu’elles n’aient pas existé ? Ce n’est pas sérieux.

 

Sans vraiment s’en rendre compte « l’historien à eux » valide totalement ce que j’écris dans mon article (tout en prétendant le contraire !).

 

Oui, « l'immense majorité des Frères qui, depuis la fin des années 1730, possédaient et pratiquaient des "hauts grades écossais" en France, pratiquaient en loge bleue le Rite Moderne (pas du tout écossais), celui que l’on nommera, au XIXème siècle, le Rite Français ».

 

Mais je suis bien d’accord. L’immense majorité pratiquait cela, et une petite minorité pratiquait ce que Roger appelle « des variantes du rite moderne ».

 

Et ce sont justement ces variantes qui font que c’est différent. Pas totalement différent bien sûr. Mais différent. Ecossais.

 

Oui je l’affirme et je le maintien, la circulation du mot, l’acclamation « houzé-houzé-houzé » (dite acclamation écossaise !) et la position particulière des colonnes Sagesse – Force – Beauté (ce que Roger appelle « des variantes »), malgré la position des surveillants et la présence du tapis de loge notamment fait que, y compris dans les degrés symboliques, les frères savent qu’ils sont dans un loge qui pratique (à des grades ultérieurs) un rituel écossais.

 

De plus dans les « Mères loges écossaises » les décors sont ceux du plus haut grade même au 1er degré.

 

La position des surveillants par exemple ne sera modifiée qu’après 1804 et l’adoption du rite des anciens.

 

Il existe bien d’ailleurs le rituel du 1er degré symbolique de la Grande Loge Générale écossaise  (septembre – décembre 1804). Le Grand Orient de France a, il me semble, le rituel du second degré. Pour le rituel du 3ème degré il semble qu’il n’ait pas été retrouvé (mais je n’en suis pas sûr).

 

Ensuite nous avons le Guide des Maçons écossais qui date d’environ 1811.

 

Voilà la réalité des faits. Elle ne mérite pas une telle polémique. Il suffit de relire les textes des deux articles.

 

Sauf si évidemment le sel du courroux de Roger n’est pas là.

 

Oui, et pour des raisons que très honnêtement je ne m’explique pas, Roger mène sabre au clair son combat contre la création de la Confédération Maçonnique de France et contre la Grande Loge de France.

 

Le Rite Ecossais Ancien et Accepté serait-il une falsification de l’Histoire ? « Le mythe des « 33 grades  de l’Ecossisme », entretenu par ses textes fondateurs – eux-mêmes mythiques puisque grossièrement  antidatés – n’a jamais eu de réalité qu’en France, entre 1821, date de création réelle du Suprême Conseil de France actuel, et 1894, quand fut établie, sous la contrainte, la Grande Loge de France » écrit-il dans son article premier.

 

C’est pourquoi, pour toutes celles et tous ceux qui veulent vraiment connaître le Rite Ecossais Ancien et Accepté, je conseille vivement la lecture des multiples articles de Claude Gagne, les livres de Claude Guérillot et sur l’histoire du REAA les livres d’ Alain Bernheim et de Louis Trébuchet (et j’aime beaucoup aussi pour la symbolique du rite les livres de Jean-Claude Mondet).

 

Vous retrouverez dans ces livres, de façon hyper détaillées ce que je viens de vous écrire en quelques lignes.

 

J’espère vraiment que « l’historien à eux » retrouvera quant à lui prochainement plus de sérénité.

 

Car, en ce qui me concerne, je n’ai à son égard, ni mépris pour son travail, ni pour ses opinions,  ni pour sa personne.

 

Mais au contraire beaucoup d’estime pour l’œuvre réalisée.

 

Même si – bien sûr - je ne crois pas en son infaillibilité (c’est mon côté parpaillot), ni en sa neutralité (c’est mon côté intello).

 

Et vive l'Ecosse libre !

 

Jean-Laurent Turbet

 

 

°  Pour aller plus loin :

 

 

° CMF. Nouvelle polémique de Roger Dachez. Réponses et perspectives, sur ce site.

 

° Vers la réunion de la famille du REAA en France. Décision majeure du SCPLF, sur ce site.

 

° Lettre de Jean-Luc Fauque, SGC du SCPLF, sur ce site.

 

° GLDF : Rendez-vous avec son histoire. CMF et fraternité universelle, sur ce site.

 

° La CMF répond à la déclaration de Berlin des 5 Grandes Loges européennes, sur ce site.

 

° La déclaration de Berlin du 24 juillet 2014, sur ce site.

 

° GLNF & CMF, déclaration choc des 5 GL d’europ., sur le site La Lumière de François Koch.

 

° Convent GLDF  : Marc Henry réélu. Unité , sérénité et dynamisme, sur ce site.

 

° Poursuite de la CMF votée au Convent 2014 de la GLDF, sur ce site.

 

° GLDF 2014 : Un Convent de Liberté, sur ce site.

 

° Exclusif, la GLUA reconnaît de nouveau la GLNF, sur ce site.

 

° Exclusif : Alain Graesel défend la GLDF attaquée avant son Convent de juin 2014, sur ce site.

 

° Histoire maçonnique : Louis Trébuchet répond à Gérard Contremoulin, sur ce site.

 

° Visites vous avez dit visites, sur ce site.

 

° La Circulaire Générale N° 35 , sur ce site.

 

° GLIF, régularité, tradition et recherche de la reconnaissance internationale, sur ce site.

 

° RPMF : La Grande Loge de France a son destin en main après Vienne et Baltimore, sur ce site.

 

 

° GLTSO : Pourquoi nous quittons la Confédération, sur le site de La Lumière de François Koch.

 

 

° Baltimore 2014 : Extraits du rapport de la commission de reconnaissance, sur le site La Lumière de François Koch.

 

 

° Déclaration de Vienne, des 28 et 29 janvier 2014, sur le site La Lumière de François Koch.

 

 

° Avenir de la GLNF : Plusieurs articles dans Nice-Matin, sur ce site.

 

 

° CMF : La Grande Loge de France adopte à plus de 86% les statuts et règlements de la Confédération Maçonnique de France, sur ce site.

 

 

° Les règlements et statuts de la Confédération maçonnique de France, sur ce site.

 

 

° CMF : Les règlements et statuts sont signés, sur ce site.

 

 

° RPMF : Les 5 GL européennes accueillent la Confédération Maçonnique de France avec enthousiasme !, sur ce site.

 

 

° La ballade irlandaise des frères français, sur ce site.

 

 

° Le courrier des 5 GL européennes du 10 juillet 2013, sur ce site.

 

 

° RPMF : « Déclaration de Paris » du 3 juillet 2013. La CMF va de l’avant ! , sur ce site.

 

 

° Le texte de la « Déclaration de Paris » du 3 juillet 2013, sur ce site.

 

 

° Le traité fondateur de la Confédération Maçonnique de Franceet le protocole d’Intervisites, sur ce site.

 

 

° Convent 2013 historique de la Grande Loge de France. La Confédération Maçonnique de France créée, sur ce site.

 

 

° Première tenue « confédérale » à la Grande Loge de France, sur ce site.

 

 

° RPMF : Le prétexte LNF, sur ce site.

 

 

° RPMF : Le Pari Confédéral, sur ce site.

 

 

° RPMF : Des réponses aux rumeurs qui font peur ! , sur ce site.

 

 

° RPMF : Tenues communes pour les frères des cinq Obédiences Régulières françaises, sur ce site.

 

 

° RPMF : Conférence de presse de Marc Henry et des Grands-Maîtres des obédiences régulières françaises, sur ce site.

 

 

° Marc Henry (GLDF) : « La Confédération aura une direction à 5 têtes. »,sur le site La Lumière de François Koch.

 

 

° La Grande Loge Indépendante de France est consacrée, sur ce site.

 

 

° GLTSO : le Grand-Maître Jean Dubar parle de la recomposition du paysage maçonnique français, sur ce site.

 

 

° RPMF : La Confédération des Grandes Loges Traditionnelles Régulières est en marche, sur ce site.

 

 

° Déclaration des cinq Grandes Loges Françaises du 18 décembre 2012, sur ce site.

 

 

° Déclaration des cinq Grandes Loges Régulières du 12 septembre 2012, sur ce site.

 

 

° GLNF : Le texte de la GLUA qui enlève la reconnaissance (explications), sur ce site.

 

 

° GLNF : La reconnaissance anglaise, c’est fini, sur ce site.

 

 

° La Grande Loge de France confirme que les négociations sont engagées avec les 5 Grandes Loges européennes, sur ce site.

 

 

° La Grande Loge de France accepte d'ouvrir des discussion avec les 5 grandes loges régulières européennes, sur ce site.

 

 

° La Grande Loge de France en pleine forme et très convoitée avant son Convent, sur ce site.

 

 

° Après l'appel de Bâle des grandes loges réagissent, sur ce site.

 

 

° Le communiqué de Presse officiel de la Grande Loge de France, sur l'élection de Marc Henry, sur ce site.

 

 

° Marc Henry élu Grand-Maître de la Grande Loge de France, sur ce site.

 

 

° La GLDF répond officiellement aux 5 obédiences européennes, sur ce site.

 

 

° La déclaration de Bâle du 10 juin 2012, sur ce site

 

Commenter cet article

wanderer 10/09/2014 13:56

Certes les faits historiques ont leur interet pour les informations qu'ils nous donnent sur les origines et differences entre les Rites, Obediences,…
Mais franchement: ils n'ont RIEN d'initiatique!
L'Initiation est possible par le Groupe que constitue la Loge, et celle-ci se vit AUJOURD'HUI dans toutes les Obediences.
Savoir ce qu'a dit X ou ce que Y a propose a Z en 1738 puis en 1804 n'a qu'un interet bien bien bien secondaire a notre demarche vers la Verite.

Frat***

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents