Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Vers la réunion de la famille du REAA en France. Décision majeure du SCPLF.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 2 Septembre 2014, 21:20pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #REAA, #GLDF, #SCDF, #SCPLF, #GLAMF, #CMF

Une nouvelle aube se lève pour le REAA

Une nouvelle aube se lève pour le REAA

Une aube nouvelle se lève pour le Rite Ecossais Ancien et Accepté et pour la maçonnerie humaniste, régulière et spiritualiste de Tradition en France.

 

Tant de choses ont été dites, le plus souvent sans fondement, depuis plusieurs mois. La désinformation a joué à plein ainsi que la diffusion de fausses nouvelles.

 

La Grande Loge de France (GLDF) devra, au mois de décembre prochain, valider un certain nombre de points qui ne sont que la transposition « en droit interne » de mesures qui ont déjà été votées, par les députés de la GLDF, lors des convents précédents.

 

Sur la question « sensible » des visites, tout est réglé depuis l’adoption du « Protocole de visites et d’échanges maçonniques » adopté avec plus de 90% des voix des députés de la GLDF, en même temps que le traité fondateur de la CMF, en juin 2013. Il n’y a rien de nouveau dans ce qui est proposé en décembre. C’est d’ailleurs ce que le Convent de juin 2014 a également voté à 81%, à savoir que « dans le respect des principes de la Grande Loge de France, les frères ont la liberté de voyager ». Alors que des rumeurs et des interprétations fantaisistes fleurissent.

 

Idem pour les principes de Régularité. Ces principes, qui sont ceux de la Franc-Maçonnerie Universelle sont, de tout temps, les principes du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

 

Faut-il une nouvelle fois les rappeler ?

 

• l’invocation du Grand Architecte de l’Univers,

 

• la présence en Loge des Trois Grandes Lumières: le Volume de la Loi Sacrée exposé et ouvert avec l’Equerre et le Compas,

 

• la souveraineté exclusive sur les grades symboliques,

 

• l’indépendance vis-à-vis de toute structure maçonnique de hauts grades,

 

• la non- mixité dans les travaux rituels,

 

• l’interdiction de discussions politiques ou religieuses,

 

• le caractère progressif et spirituel de la démarche maçonnique.

 

Ce sont bien les « landmarks », les bornes de notre rite.

 

Ce qui signifie donc qu’en deçà de ces principes, il n’est plus possible de parler de Rite Ecossais Ancien et Accepté.

 

Les cinq Grandes Loges européennes signataires de la Déclaration de Bâle de juin 2012 considèrent la Grande Loge de France comme régulière, ce que, de fait, elle est, à la fois par rapport à ses principes et par rapport à son histoire.

 

Il convient juste qu’elle adapte ses règlements généraux en fonction des textes votés préalablement par les députés de la GLDF concernant la Confédération et les Grandes Loges Européennes la reconnaîtront, en même temps que la Confédération.

 

Là encore une confusion est savamment entretenue entre Régularité et Reconnaissance pour introduire le doute dans l’esprit des frères.

 

Et, last but not least - nous le verrons – la question que posent certains frères c’est « Pourquoi voter pour finaliser la CMF alors que la Grande Loge Unie d’Angleterre reconnait de nouveau la Grande Loge Nationale Française ? »

 

Cette question est perverse à plus d’un titre. Surtout parce qu’elle laisse croire que le but de la CMF était d’être reconnue par la GLUA.

 

Alors que depuis juin 2012, dans chacune de leurs déclarations, dans chacun de leurs textes les frères en charge des discussions pour créer la CMF ont déclaré n’avoir aucun rapport – ni officiel, ni officieux, de quelque nature que ce soit – avec des responsables de la GLUA. Que la reconnaissance de la GLUA n’était absolument pas à l’ordre du jour.

 

Que la seule reconnaissance qui était visée était celle des 5 Grandes Loges Européennes signataires de la déclaration de Bâle.

 

Et pourtant, malgré ces dénégations constantes et répétées, des « esprits chagrins » n’ont cessé de tenter de persuader les frères de la Grande Loge de France que le but ultime (et évidemment secret) était la reconnaissance de la GLUA.

 

Que n’a-t-on entendu de frères répéter qu’ils ne voteraient pas pour la CMF pour ne pas « passer sous les fourches caudines de Londres » alors qu’il n’en a jamais été question ! Cela s’appelle tout simplement de l’intox…

 

Mais maintenant au moins les choses sont claires.

 

La Grande Loge Unie d’Angleterre a de nouveau reconnu la Grande Loge Nationale Française (GLNF), ce qui est sommes toutes logique.

 

Dans une déclaration commune du 21 août 2014, les Grandes Loges britanniques déclaraient notamment que « À l'heure actuelle la Grande Loge Unie d’Angleterre et les Grandes Loges d'Irlande et d'Ecosse n’envisagent pas de reconnaitre une autre Grande Loge en France et ne le feront pas dans le futur sans l’accord de la Grande Loge Nationale Française ».

 

Elles levaient là clairement une hypothèque qui n’avait de fait jamais eu d’existence, sauf dans l’esprit de ceux qui, depuis le début, voient d’un mauvais œil la création de la Confédération Maçonnique de France.

 

D’ailleurs certains auraient pu penser que la GLNF aurait retenue certaines leçons de sa période de « déreconnaissance londonnienne » et qu’elle aurait dorénavant un esprit d’ouverture et de rassemblement avec la Franc-Maçonnerie régulière de tradition. D’ailleurs un certain nombre de propos de son Grand-Maître, Jean-Pierre Servel, dans la période de « non reconnaissance » auraient pu le laisser penser.

 

Ce qui a pu aussi  alimenter les choses est la possibilité exprimée par les 5 grandes loges européennes de reconnaître à la fois la CMF et la GLNF. Mais c’est parfaitement leur droit. La CMF n’entend pas donner des leçons à des grandes loges amies en leur disant qui elles ont le droit de reconnaître ou pas. Les 5 Grandes Loges sont libres de reconnaitre les obédiences qu’elles souhaitent.

 

Mais que nenni. A peine « re-reconnue » par Londres la GLNF renoue avec ses travers, ses mauvais penchants et son dogmatisme. Il aurait pu en être autrement. C’est le choix de ses dirigeants… Tout en le déplorant nous ne pouvons que le constater.

 

L’une des premières tâches a été de « mettre au pas » les juridictions de Hauts Grades et de les soumettre à l’obédience.

 

Toutes se sont plié au diktat des dirigeants de la GLNF… toutes sauf le Suprême Conseil pour la France du Rite Ecossais Ancien et Accepté (SCPLF) qui n’entend pas capituler devant la GLNF et être dirigé par elle.

 

Il faut dire que les deux tiers des effectifs du SCPLF se trouvent au sein de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique de France (GL-AMF) obédience constitutive de la Confédération maçonnique de France (CMF), avec la Grande Loge de France et la Grande Loge Indépendante de France (GLIF).

 

C’est donc la tentation de la vengeance et du règlement de comptes qui prévaut à la GLNF. Le SCPLF et les frères du Rite Ecossais Ancien et Accepté sont tenus pour responsables de la « crise » de la GLNF et sont considérés pour beaucoup en interne à la GLNF comme « ingérables ».

 

Il vaut mieux donc s’en séparer ou créer un organisme de hauts grades du REAA « à la main » de l’obédience et qu’elle pourra de fait contrôler.

 

Ce qui est totalement en contradiction avec les règles de la régularité. En effet si l’obédience doit avoir une totale « indépendance vis-à-vis de toute structure maçonnique de hauts grades », l’obédience doit aussi respecter l’indépendance de la juridiction qui doit – elle aussi – s’administrer en toute liberté.

 

C’est par exemple le système qui prévaut pour le Rite Ecossais Ancien et Accepté depuis 1904 entre la Grande Loge de France et le Suprême Conseil de France (SCDF) grâce notamment à l’action de Gustave Mesureur, à l’époque Grand-Maître de la GLDF. Totale indépendance des deux structures qui vivent et agissent en amitié, mais en toute indépendance l’une par rapport à l’autre.

 

Il faut également rappeler à ceux (forts peu nombreux) qui ne le sauraient pas, qu’une crise majeure a eu lieu en 1964 à la GLDF et au SCDF. Plusieurs centaines de frères et plusieurs dizaines de loges sont allés à la GLNF et ont créé le SCPLF.

 

Le Rite Ecossais Ancien et Accepté en France s’est donc trouvé séparé entre ces différentes structures alors qu’il avait été uni au moins depuis 1821 jusqu’en 1964.

 

Les actuels dirigeants de la GLNF pensaient certainement que les frères de Rite Ecossais Ancien et Accepté allaient plier et « rentrer dans le rang », après quelques menaces.

 

Déjà l’annonce avant les vacances que le Souverain Grand Comité de la GLNF, dans sa séance du 18 octobre prochain, prendrait acte de la création d’une structure de hauts grades du REAA.

 

Puis la lettre du 29 août 2014 du Grand-Maître Jean-Pierre Servel déclarant que l’appartenance à la GNLF et au SCPLF sont désormais « incompatibles ».

 

Le Grand-Maître demande donc « aux Frères de la Grande Loge Nationale Française qui en sont membres, de suspendre la fréquentation de toute structure relevant du Suprême Conseil pour la France du Rite Écossais Ancien et Accepté et ce, avant le 15 novembre 2014 ».

 

La rupture est donc consommée.

 

D’autant que – loin d’aller la corde au cou à Canossa repentant – le Souverain Grand-Commandeur du Suprême Conseil pour la France, Jean-Luc Fauque,  vient d’écrire le 2 septembre 2014 aux membres de sa juridiction une lettre d’une qui donne des perspectives inespérées il y a quelques années encore pour le rassemblement de l’Ecossisme en France.

 

Fidèle à l’esprit de l’Ecossisme il rappelle que « Nous n’avons jamais fermé et ne fermerons jamais, sous aucun prétexte ni injonction de quiconque, l’accès de nos ateliers à  tout Maître Maçon d’un Corps maçonnique régulier ».

 

Ce qui est important de savoir pour les frères de la Grande Loge de France :

 

« Dans   l’hypothèse, où  les cinq Grandes Loges Européennes précitées confirment définitivement en fin d’année, la reconnaissance de la Confédération Maçonnique Française, notre Juridiction, conformément à ses statuts et règlements, est légitimement fondée à recevoir dans ses ateliers tous les Maîtres Maçons de cette Confédération et de la Grande Loge Nationale Française ».

 

Pour la première fois depuis 1964 est évoqué des relations entre les frères du SCDF et du SCPLF :

 

« Nous avons dans cette perspective, établi des contacts avec les Frères du Suprême Conseil de France aux fins d’étudier les modalités qui permettraient de travailler ensemble, au développement du Rite Ecossais Ancien et Accepté sur le territoire Français.

 

Les destins de nos deux Suprêmes Conseils sont liés.

 

Les événements que vous connaissez, ont conduit, en 1964, à une séparation. Aujourd’hui, l’histoire sollicite de nouveau les Maçons Ecossais Français et ouvre l’espérance d’un développement futur du Rite à la hauteur de ses origines et de sa deuxième place dans le concert maçonnique mondial ».

 

Concernant Jean-Pierre Servel, le Grand-Maître de la GLNF, le constat est clair et sans appel : « Il emboîte ainsi, les pas de ses prédécesseurs qui ambitionnaient la domination d’un Collège des Rites, sur le modèle de celui   du Grand Orient de France. Comme la tentative avortée de 2007 de main mise sur le Suprême Conseil. L’histoire de la Grande loge Nationale Française est une longue succession de conflits et de schismes. Ces tentatives sont vouées à l’échec. Elles sont incompatibles avec l’esprit initiatique traditionnel de l’Ordre Ecossais.

 

Toute Juridiction est,  en vertu de ses constitutions,  totalement souveraine. Les considérations mises en avant par le Grand Maître SERVEL pour justifier  sa prise de position, sont purement politiciennes.

 

Il surfe sur des confusions entre régularité, reconnaissance et relations en  amitié qui débouchent sur des ukases incompatibles avec la liberté de choix et de conscience du Maçon Ecossais. Notre Juridiction s’interdit toute pression sur la liberté de  conscience de ses membres qu’elle considère comme essentielle et qu’elle s’oblige à respecter avant toute autre considération ».      

 

 

« La Maçonnerie Française peut-elle encore se permettre un psychodrame de scission ? Ne pas chercher une solution à des affrontements purement politiques fait de notre maçonnerie une marionnette indigne des valeurs traditionnelles ! Les injonctions du Grand-maître de la GLNF vis-à-vis des Frères sont non seulement, incompatibles avec les idéaux de liberté de conscience maçonnique mais aussi avec les règles civiles des associations de 1901 ».

 

Et Jean-Luc Fauque de conclure : « Mes Très Chers Frères, nous avons aujourd’hui rendez-vous avec l’histoire. Soit, les Maçons Ecossais se laissent attirer vers une aventure sans avenir pour le Rite Ecossais Ancien et Accepté, en adhérent au projet de la Grande Loge Nationale Française et en obéissant aux injonctions de son Grand Maître. Soit, conscients de l’importance et du sens qu’ils donnent à la démarche initiatique, participent avec enthousiasme et détermination, au développement du Rite Ecossais Ancien et Accepté dans le cadre de ce nouveau contexte, inédit sur notre territoire.

 

Le Suprême Conseil pour la France, s’investira totalement dans cette voie et il est intimement convaincu que tous unis dans ce projet historique, nous saurons, sans dévier de nos valeurs, écarter les difficultés que nous pourrions rencontrer.

 

Nous comptons sur vous pour réussir ce défi que nous offre l’histoire ».

 

Oui le souverain Grand Commandeur du SCPLF a raison : les Francs-Maçons écossais de la Grande Loge de France et de la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique de France ont aujourd’hui rendez-vous avec l’Histoire.

 

Et cette histoire commune s’inscrit nécessairement dans le cadre de la Confédération maçonnique de France.

 

Non pas pour « passer sous la domination de Londres » comme certains le faisaient faussement accroire. Pas plus d’ailleurs que « sous la domination » d’une autre obédience maçonnique française.

 

Une Grande Loge de France indépendante, clairement indépendante, fidèle à son histoire, à son rite, à sa tradition dans l’union avec ses frères de la Confédération maçonnique de France.

 

Pour aussi avoir comme but, à court ou moyen terme de voir réunis – enfin ! – les frères écossais séparés depuis la scission de 1964.

 

C’est possible. C’est à portée de main. Les frères de la GL-AMF comme de la GLDF y sont prêts. Quelle mission exaltante! Retrouver enfin l’unité perdue de la famille écossaise depuis trop longtemps séparée. Dans le respect de l’histoire des uns et des autres. Sans rien brusquer. Dans la fraternité absolue.

 

Avec comme Devoir de faire vivre et prospérer le Rite Ecossais Ancien et Accepté dans sa beauté initiatique avec un esprit de rassemblement, d’unité, d’amour fraternel.

 

Je me souviens de ces quelques lignes d’un texte du Conseil Fédéral de la Grande Loge de France dans sa déclaration du 13 juin 2012 :

 

Le Conseil Fédéral (…) « rappelle que la Grande Loge de France s'est toujours inscrite, depuis son origine il y a près de trois siècles, dans la pure tradition de la Franc-maçonnerie universelle et des principes fondamentaux de l'Ecossisme ».

 

et

 

« fait sienne la volonté du Grand Maître de n'exclure de cette recomposition aucun Frère, quelles que soient sa pratique et son Obédience ».

 

Cela démontre bien la cohérence de la démarche.

 

C’est bien de cela dont il s’agira en décembre 2014 pour les frères de la GLDF. Réunir ce qui est épars. Consolider un projet d’union et de fédération d’une maçonnerie humaniste, spiritualiste, régulière et de tradition en France aujourd’hui.

 

Les enjeux sont posés. Ils sont clairs. 50 ans après il s’agit d’effacer définitivement la séparation de 1964. Quel beau cadeau d’anniversaire que ce serait là !

 

Il n’y a plus qu’à attendre la réponse des frères de la GLDF.

 

Jean-Laurent Turbet

 

 

°  Pour aller plus loin :

 

 

° Lettre de Jean-Luc Fauque, SGC du SCPLF, sur ce site.

 

° GLDF : Rendez-vous avec son histoire. CMF et fraternité universelle, sur ce site.

 

° La CMF répond à la déclaration de Berlin des 5 Grandes Loges européennes, sur ce site.

 

° La déclaration de Berlin du 24 juillet 2014, sur ce site.

 

° GLNF & CMF, déclaration choc des 5 GL d’europ., sur le site La Lumière de François Koch.

 

° Convent GLDF  : Marc Henry réélu. Unité , sérénité et dynamisme, sur ce site.

 

° Poursuite de la CMF votée au Convent 2014 de la GLDF, sur ce site.

 

° GLDF 2014 : Un Convent de Liberté, sur ce site.

 

° Exclusif, la GLUA reconnaît de nouveau la GLNF, sur ce site.

 

° Exclusif : Alain Graesel défend la GLDF attaquée avant son Convent de juin 2014, sur ce site.

 

° Histoire maçonnique : Louis Trébuchet répond à Gérard Contremoulin, sur ce site.

 

° Visites vous avez dit visites, sur ce site.

 

° La Circulaire Générale N° 35 , sur ce site.

 

° GLIF, régularité, tradition et recherche de la reconnaissance internationale, sur ce site.

 

° RPMF : La Grande Loge de France a son destin en main après Vienne et Baltimore, sur ce site.

 

 

° GLTSO : Pourquoi nous quittons la Confédération, sur le site de La Lumière de François Koch.

 

 

° Baltimore 2014 : Extraits du rapport de la commission de reconnaissance, sur le site La Lumière de François Koch.

 

 

° Déclaration de Vienne, des 28 et 29 janvier 2014, sur le site La Lumière de François Koch.

 

 

° Avenir de la GLNF : Plusieurs articles dans Nice-Matin, sur ce site.

 

 

° CMF : La Grande Loge de France adopte à plus de 86% les statuts et règlements de la Confédération Maçonnique de France, sur ce site.

 

 

° Les règlements et statuts de la Confédération maçonnique de France, sur ce site.

 

 

° CMF : Les règlements et statuts sont signés, sur ce site.

 

 

° RPMF : Les 5 GL européennes accueillent la Confédération Maçonnique de France avec enthousiasme !, sur ce site.

 

 

° La ballade irlandaise des frères français, sur ce site.

 

 

° Le courrier des 5 GL européennes du 10 juillet 2013, sur ce site.

 

 

° RPMF : « Déclaration de Paris » du 3 juillet 2013. La CMF va de l’avant ! , sur ce site.

 

 

° Le texte de la « Déclaration de Paris » du 3 juillet 2013, sur ce site.

 

 

° Le traité fondateur de la Confédération Maçonnique de Franceet le protocole d’Intervisites, sur ce site.

 

 

° Convent 2013 historique de la Grande Loge de France. La Confédération Maçonnique de France créée, sur ce site.

 

 

° Première tenue « confédérale » à la Grande Loge de France, sur ce site.

 

 

° RPMF : Le prétexte LNF, sur ce site.

 

 

° RPMF : Le Pari Confédéral, sur ce site.

 

 

° RPMF : Des réponses aux rumeurs qui font peur ! , sur ce site.

 

 

° RPMF : Tenues communes pour les frères des cinq Obédiences Régulières françaises, sur ce site.

 

 

° RPMF : Conférence de presse de Marc Henry et des Grands-Maîtres des obédiences régulières françaises, sur ce site.

 

 

° Marc Henry (GLDF) : « La Confédération aura une direction à 5 têtes. »,sur le site La Lumière de François Koch.

 

 

° La Grande Loge Indépendante de France est consacrée, sur ce site.

 

 

° GLTSO : le Grand-Maître Jean Dubar parle de la recomposition du paysage maçonnique français, sur ce site.

 

 

° RPMF : La Confédération des Grandes Loges Traditionnelles Régulières est en marche, sur ce site.

 

 

° Déclaration des cinq Grandes Loges Françaises du 18 décembre 2012, sur ce site.

 

 

° Déclaration des cinq Grandes Loges Régulières du 12 septembre 2012, sur ce site.

 

 

° GLNF : Le texte de la GLUA qui enlève la reconnaissance (explications), sur ce site.

 

 

° GLNF : La reconnaissance anglaise, c’est fini, sur ce site.

 

 

° La Grande Loge de France confirme que les négociations sont engagées avec les 5 Grandes Loges européennes, sur ce site.

 

 

° La Grande Loge de France accepte d'ouvrir des discussion avec les 5 grandes loges régulières européennes, sur ce site.

 

 

° La Grande Loge de France en pleine forme et très convoitée avant son Convent, sur ce site.

 

 

° Après l'appel de Bâle des grandes loges réagissent, sur ce site.

 

 

° Le communiqué de Presse officiel de la Grande Loge de France, sur l'élection de Marc Henry, sur ce site.

 

 

° Marc Henry élu Grand-Maître de la Grande Loge de France, sur ce site.

 

 

° La GLDF répond officiellement aux 5 obédiences européennes, sur ce site.

 

 

° La déclaration de Bâle du 10 juin 2012, sur ce site.

Lettre de JL Faulque, SGC du SCPLF appelant à l'union de la famille écossaise en France

Lettre de JL Servel GM de la GLNF sur la rupture des relations avec le SCPLF

Lettre GLUA - GLI -GLE sur la GLNF et la CMF

Commenter cet article

joaben 08/09/2014 13:37

Il y a tout même d'etranges incohérences :
En effet le convent de juin 2014 a voté la totale liberté des intervisites avec les GL ! Qu'est-il besoin d'un nouveau texte ? Le précédent l'interdisait-il ?
La nouveauté(si je me fie aux textes qui ont circulé) est pour le moins une hypocrisie qui consiste à laisser la liberté ... de violer ses serments maconniques(je force le trait) ... La on tombe dans une etrange vision de la FM où le parjure serait finalement acceptable ??? ...
On a bien compris qu'il y aurait des "enjeux" pas forcément affichés dans cette affaire.
mais qu'on devine un peu mieux puisque cette affaire purement GLDF s'avere une affaire SCDF-SCPLF(c'est bien l'article) qui bien entendu n'ont strictement aucune influence sur les délégués ...

GUGUS 05/09/2014 08:57

On attend avec intérêt la réponse de Servel sur ce site. J'observe également la discrétion du GO concernant toute cette agitation.

Wanderer 03/09/2014 19:20

Toute demarche visant a rassembler ce qui est epars est plus que la bienvenue dans le paysage maconnique, notamment francais.
Nonobstant, il semblerait que les motivations a ces demarches procedent de decisions de nature "politique" voire "personnelles", deux dimensions dont nous devrions nous affranchir en maconnerie…

Frat***

W.

brutus 03/09/2014 18:06

Nombre d’entre nous l’avaient dit sans être crus :
L’opposition entre la GLNF et la CMF est d’abord et avant tout de nature spirituelle.

L’une, la GLNF, viole délibérément la liberté de conscience en obligeant ses membres à croire en la révélation.

L’autre, la CMF, proclame la liberté absolue de conscience de ses membres.

La première, la GLNF, a sottement été reconnue par Londres, laquelle se faisant, à perdu sa légitimité à définir la tradition puisqu’elle a préféré ce qui ne pouvait l’être.

La seconde, la CMF sera reconnue en décembre par les GGLL EU.

Le Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil pour la France, en rappelant que la liberté de conscience était au centre de notre enseignement, à pris acte des errements dogmatiques de la GLNF.

Tout en proclamant nettement que les frères de la GLNF qui garnissent ses colonnes y sont naturellement chez eux, il remet à sa place son regrettable Grand Maître qui avait cru que sa passion judéo-chrétienne l’autorisait à exclure ses frères déistes ou d’autres confessions.

En remettant l’éthique maçonnique au centre du débat, en réaffirmant que l’esprit de tolérance est un principe auquel nul ne peut attenter, le Souverain Grand Commandeur ose dire à Londres qu’elle s’est trompée dans sa préférence pour l’obédience obscurantiste, laquelle en moins de quatre ans n’aura fait parler d’elle qu’en pratiquant à une échelle encore jamais observée la plus odieuse des politiques d’épurations (plus de la moitié de ses propres membres)

La Grande Loge Nationale Française à choisi d’être ce qu’elle est devenue : une petite obédience rabougrie, stigmatisée pour ses outrances, à rebours de l’histoire des hommes.

joaben 08/09/2014 13:48

reconnaissant à brutus sa constance à faire passer son discours sur une CMF imaginée par lui ... qui correpondrait en gos à GDF si surtout elle se gardait d'adopter les mesures MH..
La réalité est tout autre que l'etude de marché brutus.
Il s'avere que brutus est membre de GLAMF, un des composants de CMF.
Or les 2 GM de GLAMF, dont l'un est co-président de CMF ont rappellé l'adherence totale de GLAMF aux Basic Principles (croyance en ES et sa volonté révélée) et l'actuel a rappelé l'identité totale avec la GLNF sur ce point.
En cas de doute les principe énoncés par GLAMF son clairs : FOI(vertu theologale chrétienne) en l'Etre Supreme... en cas de doute les rituels GLAMF sont clairs en désignant la bible chretienne : "les saintes écritures dirigent notre foi"....

Que brutus se sente lus à l'aise sur les principes de GLDF(actuels) est respectable (et pour ma prt, j'appouverais) mais qu'il prête cette position à GLAMF ou CMF est une imposture !
Si brutus souhaite faire changer GLAMF, ce qui est obligatoire, tant elle est éloignée de ce qu'il annonce) il lui faut proposer ses idées en convent de GLAMF ! mais aussi dissuader GLDF d'evoluer en sens inverse.

GORAGUER Jean-Yves 03/09/2014 17:17

Depuis sa création en 1894 "se reporter aux vrais historiens" la GLDF a toujours eu un problème d'identité. Vouloir être plus ancienne que le GODF, vouloir être reconnue par LONDRE "à plusieurs reprises", faire la course aux effectifs avec la GLNF, faire croire que seul le SCDF travail au REAA pour les hauts grandes, et maintenant la CMF afin de tout cumuler, sauf bien sur l'histoire. Alors que les frères dans leurs loges travaillent tranquillement en visitant leurs frères du GODF , une fois de plus la gouvernance de cette belle obédience n'écoute pas ses effectifs.
Amitiés fraternelles

Jean-Laurent Turbet 03/09/2014 17:44

Je vous conseille la lecture très utile des livres de Louis Trébuchet ("de l'Ecosse à L'écossisme" tomes 1 et 2 publiés chez Ubik) ou d'Alain Bernheim ("Une certaine idée de la FM" , et "Le rite en 33 grades" tous les deux publiés chez Dervy) qui sont de loin les meilleurs livres sur le sujet pour vous faire peut-être une autre idée de la recherche historique contemporaine. Eh oui l'Histoire maçonnique n'est plus univoque. C'est mieux non ?

Animus_Maçonicus 03/09/2014 15:38

Mon TCF Jean-Laurent,
Moi qui étais pour le moins (euphémisme...) réticent à la CMF, je constate que nous sommes vilipendés sur certains blogs de FF. du G.O., et maintenant décriés par les FF. de la GLNF (J-P SERVEL, au passage, fait preuve, en bon tacticien, d'un ostracisme revigoré par la reconnaissance obtenue de la GLUA).

Aujourd'hui, j'apprends que les S.C. (DF et PLF) pourraient marcher ensemble et plus si affinité.

J'adhère !! Que ce qui a été séparé en 1964/1965 soit hypothétiquement réuni en 2014-2015 m'emballe. Allons de l'avant !!... sabre au clair ou non... (humour écossais).

Pensées très fraternelles,
A.M.

gugus 03/09/2014 19:42

Je n'ai jamais traité les députés d'imbéciles mais disposant de mauvaises informations ou d'informations occultées avant vote. Quant on parle de vouloir travailler en sérénité, ce jugement sur la qualité de nos députés n'augure rien de bon. Tout a été fait en catimini, et ensuite on a fait voter les députés pour entériner des décisions déjà prises et des engagements déjà signés. Nous des avons des noms, des dates et des faits...
Quoiqu'il en soit si ces modifications sont adoptées en décembre et qui sont des chaines que l'on veut imposer à des FF libres, nous en tirerons les conséquences.En effet, renoncer à sa liberté c'est renoncer à sa qualité d'homme, aux droits de l'humanité, et surtout à ses devoirs de franc maçon. L'espèce de léviathan que l'on veut mettre en place sous couvert du SCDF qui n'a rien à voir avec la GLDF est une tartuferie sans nom.
Lorsque j'ai prêté serment, c’était sur les principes de 1953, avec un livre et non le livre uniforme. Quant on nous parle de régularité on sait qu une certaine conception du grand architecte qui est Dieu, dont on voit les bienfaits de la dévotion dans plusieurs parties du monde, n'est pas très loin. Personnellement je préfère en rester à cette religion que tous les hommes partagent propre à notre F:. Anderson. Tout ce qui a été fait après 1723 n'est que manipulation politique et création de dévots. Nous voulons pouvoir traiter tous les sujets dans nos loges, comme nous l'avons toujours faits, et ne pas devenir une copie conforme de la GLNF Déjà des loges du Nord, du sud est, et de l'Ouest se lèvent contre ce quasi coup d’état.
Enfin comment parler de fraternité universelle lorsque que l'on va nous interdire de fréquenter ou de recevoir des f:. du GO, de la GLNF, ou d'ailleurs, FF que nous fréquentions depuis de très nombreuses années et avec certains desquels nous avons mené localement des actions humanitaires ou de bienfaisance.
Vos certitudes vous paraissent confortables, nous c'est le doute qui était notre confort et nous entendons le préserver.

Jean-Laurent Turbet 03/09/2014 17:44

Oui c'est une vraie opportunité historique qu'il ne faut pas rater!

GUGUS 03/09/2014 13:40

Ce n’est pas l’obédience qui initie, c’est ce creuset qu’est la loge souveraine et indépendante composée de FF libres dans une loge libre, qui n’ont de comptes à rendre qu’à leur conscience et à leur jugement. La grande loge n'est qu'une fédération administrative...point.
L’orientation prise actuellement par la Grande Loge de France qui consiste à diviser la fraternité maçonnique adogmatique afin de rejoindre un groupement dogmatique ne correspond ni à notre éthique ni à notre serment.
Toute cette affaire est la suite d'une manipulation que nous démontrerons en son temps. Les votes des députés? souvent mal informés? auraient été tout autre si ils avaient eu les tenants et les aboutissants de toute cette sinistre farce.

Jean-Laurent Turbet 03/09/2014 17:50

Ah bon les députés ne savent pas ce qu'ils votent??? ...

C'est vraiment les prendre pour des imbéciles... Je les prends moi pour des FF responsables qui savent parfaitement ce qu'ils votent. Et les choix qu'ils font.

La Grande Loge de France ne divise pas une maçonnerie "adogmatique" (qu'est ce que c'est???) mais creuse de façon indépendante le sillon d'une FM spiritualiste, traditionnelle, régulière et humaniste, à côté d'une FM conservatrice de la GLNF et d'une FM politique et sociale du GODF.

C'est bien d'avoir cette "offre" originale. Et qui répond à une vraie attente.

Quand à votre éthique et à votre serment, si vous êtes membre de la GLDF, je vous recommande vivement la lecture du rituel du 1er degré, notamment en ce qui concerne la cérémonie d'initiation et les divers serments... Tout est dit...

Michel Singer 03/09/2014 12:36

Situation nouvelle et pleine de surprises, bien que cette note du SCPF ne m'étonne pas. En effet les relations entre les deux Suprêmes conseils sont bonnes depuis quelques années. Un rapprochement entre ces deux juridictions du REAA est tout à fait possible mais il ne faut pas mélanger les deux approches, l'une concerne uniquement les obédiences elles mêmes régissant les trois premiers degrés dit "symboliques" et l'autre concernant un rapprochement possible maintenant entre les deux Suprêmes conseils. En réalité, l'une n'empêche pas l'autre. Il n'a jamais été question pour la GLdF de quémander une éventuelle reconnaissance londonienne dans le cadre de la CMF. Ceux qui le pensent ne connaissent pas les arcanes internes de cette dernière qui n'a aucunement l'intention de provoquer une éventuelle scission entre les fidèles de la "régularité " Ecossaise, et ceux qui tiennent à tout prix au maintien des relations avec le GOdF.
Les Suprêmes Conseils eux, n'ont pas ce problème. Ni l'un ni l'autre n'acceptent les visites des obédiences dites "libérales" ( ou adogmatiques ) au choix. Vous ne verrez jamais de visiteurs venant du GOdF dans les loges des hauts grades gérés par le SCdF tout comme celles du SCPF.
En revanche, il est très probable que dans un très proche avenir, un accord soit trouvé entre les deux Suprêmes Conseils qui accepteront des visiteurs venant de l'un d'entre eux puisqu'ils se considèrent mutuellement "réguliers". Le problème majeur qui va se poser au SCPF est la continuation de ses relations "officielles" avec les Suprêmes Conseils reconnus" donc les Etats Unis ( juridiction Sud et Nord ) relations fondamentales pour une ouverture vers les Grandes Loges de la régularité anglo-saxonne. Ces Suprêmes Conseils recrutent leurs membres parmi les Frères de ces Grandes Loges, toutes reconnue par Londres. La question est : comment va réagir Londres si les deux Suprêmes Conseils acceptent les inter-visites ? D'un coté les Écossais du SCPF reconnus, et de l'autre les Écossais du SCdF réguliers mais non reconnus. Évidemment, vous me direz que cela ne concerne uniquement que les hauts grades, mais sachant que les effectifs du SCdF sont de plus de 8000 Frères tous membres de la GLdF le SCPF risque de se voir notifier par Londres et Washington un retrait de sa reconnaissance au prétexte qu'un Suprême Conseil ne peut recruter que dans des obédiences symboliques ( donc la GLNF ) reconnues par elle. Encore un nœud gordien auquel il faudra bien trouver une solution. Je ne cite même pas les cinq Grandes Lo ges Européennes "reconnues" qui mettent en jeu leur reconnaissance londonienne si elles approuvent un rapprochement avec la GLdF qui, au regard des anglais n'est toujours pas digne d'une éventuelle reconnaissance parce qu'elle conserve toujours ses relations d'inter-visite avec le GOdF. C'est compliqué tout ça n'est ce pas !! Mais telle est la définition du problème aujourd'hui. De nouveau, au delà des deux Suprêmes Conseils français, c'est la Grande Loge qui détient la clé de la solution.

zouizoui 03/09/2014 12:22

Bravo Jean-Laurent
Ton analyse de la situation ,que je partage, a le mérite d'être claire, et elle met un terme à la cacophonie judicieusement orchestrée sur la confusion entre reconnaissance et régularité.
La base de notre travail maçonique est la pratique du rite et non pas les pseudo mots d'Ordre diffusés par telle ou telle Obédience. Nous allons bientôt refermer une plaie ouverte il y a 50 ans au coeur du REAA, par la manipulation anglo-saxonne de l'époque, et c'est bien ainsi.
Ce que je souhaite désormais, c'est que nous puissions travailler enfin en sérénité et à couvert, loin de tous les miasmes et scories qui n'ont plus rien à faire dans nos temples.

Jean-Laurent Turbet 03/09/2014 17:50

Je suis d'accord!

Yaob 03/09/2014 10:10

La Pravda de la GLDF est à nouveau à l'oeuvre. Le croisé Turbet sabre eu clair !

GUGUS 05/09/2014 08:55

Sauf que les principes auxquels tu fais référence concernant l'inter visite ne sont pas ceux de 1953. Par ailleurs, au regard du courrier de JP Servel publié ce jour, la régularité ne sera pas accordée à la GLDF. Bref, on a mis le bazar au sein de notre obédience pour un résultat nul. Quant on dirige une obédience on ne doit pas faire preuve de naïveté.

Jean-Laurent Turbet 03/09/2014 17:51

Malheureusement votre commentaire est totalement à côté de la plaque et n'est pas au niveau des enjeux en cause.

Yaob 03/09/2014 15:03

Le convent à voté :
« dans le respect des principes de la Grande Loge de France, les frères ont la liberté de voyager ». Il faut être aveugle pour ne pas avoir lu que les députés ont dit, "il n'est pas question de rompre avec le GO, la GLFF et le DH pour aller vers une régularité londonnienne ou même européenne . Nous voyons ces trois là régulièrement et les autres sont bien loin.
Sur la table, se trouve désormais une modification de la Déclaration de Principes de la Grande Loge de France qui, à l'évidence, va à l'encontre du souhait du convent. Reste à savoir combien de députés prendront ombrage de cette manipulation.

Par ailleurs, ces tentatives récurrentes de la GLDF de se rapprocher de la GLNF (ou de la GLUA) ont mal fini, notamment :
- en 1903 la GLDF demande sa reconnaissance à la GLUA qui la refuse au motif que la GLDF est née d'un suprême conseil.
- en 1956, Louis Doignon retire la motion avant le convent compte tenu de l'hostilité des loges à ce sujet
- en 59-1964, 500 FF (sur 8000) quittent la GLDF (pour la GLNF) après que la rupture avec le GO ait été votée puis remplacée par une convention administrative.
- etc...

Et puis le plaidoyer pro-domo est trop évident quand vous mentionnez les landmarks Monsieur Turbet.
"Ces principes, qui sont ceux de la Franc-Maçonnerie Universelle sont, de tout temps, les principes du Rite Ecossais Ancien et Accepté. "
Ceux que vous listez sont apparus avec la CMF, quelques temps aupravant ils étaient différents à la GLDF et sont variables selon les lieux et les époques du REAA.

Tout le reste est du même accabit

Jean-Laurent Turbet 03/09/2014 11:14

Si c'est ça le seul argument de fond je suis tranquille...

GUGUS 03/09/2014 09:35

Si j'ai bien compris c'est l'arroseur qui risque de se faire arroser...M'étonnerait que les députés de la GLDF acceptent toutes ces régressions à leurs libertés.
Il suffit de voir les échanges entre les FF de cette obédience...

TS 03/09/2014 08:16

Mon BAF ,
je crois que nous n'avons pas vécu la même histoire que celle que tu racontes ( fort belle ) dans ton édito si je puis me permettre .
frat

TS 03/09/2014 08:14

mon BAF ,
je crois que nous n'avons pas vécu la même histoire que celle ( très belle) que tu racontes si je puis me permettre.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents