Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog des Spiritualités

Le Blog des Spiritualités

Gnose, Esotérisme, Franc-maçonnerie, Hermétisme, Illuminisme, Initiation, Kabbale, Martinisme, Occultisme, Religions, Rose-Croix, Spiritualités, Symbolisme, Théosophie, et toutes ces sortes de choses...


Serge Hutin. L'un de nos maîtres oubliés. Lisez le encore et toujours ! Il faut faire vivre l'œuvre de Serge Hutin.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 5 Avril 2021, 07:30am

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #FrancMaçonnerie, #GLDF, #REAA, #Hutin, #SergeHutin, #Spiritualité, #Esotérisme, #Hermétisme, #Martinisme, #Livres, #Articles

Article long mais à lire jusqu'au bout : Serge Hutin en vaut la peine ! 

"Serge Hutin ne s'est pas trompé : la maçonnerie n'est pas statique, elle veut unir tous les hommes de bonne volonté, son passé lui donne ses lettres de noblesse mais elle est vivante, s'insère dans nos structures tout en maintenant l'esprit traditionnel, Non, la maçonnerie n'est pas le musée mort d'un reliquat du passé; elle n'est pas une institution du passéisme. Alors Hutin pour rester dans un cadre imparti, a tourné son regard vers l'avenir en définissant le cadre de vie de l'homme, en évoquant uniquement la spiritualité, cet intellectuel est resté humain".

Jean-Pierre Bayard

Qui se souvient encore aujourd'hui de Serge Hutin (né le 2 avril 1929 à Paris et mort le 1er novembre 1997 à Prades, Pyrénées-Orientales) ?

Bien trop peu de monde malheureusement. Alors que pour moi il a été l'un des grands érudits de la maçonnerie au 20ème siècle pour tout ce qui concerne l'initiation, l'ésotérisme, la gnose, l'hermétisme, l'occultisme et la spiritualité en général.

Il faut dire que son érudition est phénoménale. Tant sur le plan historique que symbolique... voire magique !

Serge Hutin est un écrivain prolixe et surtout - ce qui pour moi n'est en rien péjoratif bien au contraire ! -  un vulgarisateur hors pair. Un conteur extraordinaire comme me l'on rapporté ceux qui ont eu la chance de le connaître ainsi qu'un écrivain merveilleux, et parfois même un écrivain du merveilleux ce qui est encore mieux !

J'ai entendu prononcé pour la première fois le nom de Serge Hutin par mon ami, frère et très regretté François Rognon.

François Rognon a en effet été initié le 3 mars 1975 au sein de la Respectable Loge N°355 "Art et travailde la Grande Loge de France, et il a eu la grande chance, le grand bonheur d'avoir Serge Hutin  comme second surveillant. Et François de me raconter par le menu leurs merveilleuses séances d'instructions avec lui ! Et la richesse de leurs débats comme la connaissance de Serge. Serge a donné à François le goût de connaître et de chercher. Sans Serge Hutin il n'y aurait pas eu François Rognon, en tout cas pas le François Rognon historien et chercheur que nous avons connu et aimé.

Alors, depuis, comment ne pas aimer celui que François Rognon considérait comme son Maître ?!

C'est dans ce même atelier - "Art et travail" - que Serge Hutin a été initié franc-maçon le 9 février 1966. Il est passé compagnon le 22 mai 1967, et est élevé maître le 30 septembre 1968.  Il est également 30ème degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté. Il fréquente également de très nombreux autres ateliers !

Comme vous le constatez je pense toujours à Serge au présent.

Serge Hutin est licencié de philosophie à la Sorbonne alors qu'il n'a que 20 ans et l'année suivante, en 1950, il est diplômé d'Etudes supérieures de philosophie et en 1951 diplômé de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (5ème section, sciences religieuses), pour son mémoire sur Robert Fludd.

Enfin en 1958 il obtient son Doctorat ès lettres d'Etat (Sorbonne). Sa thèse principale étant Henry More et les Platoniciens de Cambridge avec une thèse complémentaire sur Les disciples anglais de Jacob Boehme aux 17ème et 18ème siècles.

Quel cursus universitaire exceptionnel !

Attaché au Centre National de la Recherche Scientifique (le CNRS), il le quitte rapidement. La carrière toute tracée de fonctionnaire (ou encore pire d'homme d'affaire !) ce n'est pas pour Serge !

Il ne voudra pas "faire carrière" comme nous l'entendons aujourd'hui. Il ne gagnera jamais beaucoup d'argent, c'est le moins que l'on puisse dire.

Serge Hutin veut vivre de sa plume et de ses écrits. Il en vivra extrêmement mal et sera pauvre toute sa vie. Il ne survivra, lors de ses dernière années - malade et accablé - que par la générosité de ses frères de Prades.

Peut-être est-ce d'ailleurs pour cela qu'on ne se souvient plus de Serge Hutin aujourd'hui. Peut-être cultive-t-on trop de nos jours l'entre-soi et la promotion de la réussite matérielle - et donc profane ? Y compris au sein de notre Ordre qui se veut pourtant un ordre initiatique et traditionnel fondé sur la fraternité. Peut-être Serge Hutin ne coche-t-il pas toutes les cases qu'il faut aujourd'hui ? Il n'a jamais été un notable. Ni à Paris, ni en province. Ce sont des questions que je me pose sans trouver de réelles réponses. Mais ce que je sais c'est qu'il a toujours été un cherchant, un chercheur de Lumière, un véritable initié. Serge Hutin est en tout cas de ceux qui ne s'assigne aucune limite dans la recherche de la vérité et de la justice.

Car nous le savons bien, même en cette période, le pire ennemi de la maçonnerie n'est pas le Covid19, mais l'ennui, le conformisme, l'autoritarisme déréglé et le préchi-précha qui font fuir les frères plus sûrement que la maladie. Or Serge Hutin nous propose à la fois du savoir - historique et symbolique  notamment - mais aussi de l'évasion, du rêve, du merveilleux, de l'Amour. Bref tout ce qui donne envie de venir en loge et de maçonner ! 

Ce que je sais aussi, c'est que l'ésotériste, le symboliste et le frère Serge Hutin nous manque et que nous manquons cruellement de nouveaux Serge Hutin aujourd'hui. De frères "différents", de frères qui "ne rentrent pas dans les bonnes cases". Serge détonait déjà un peu de son temps. Il détonerait encore plus aujourd'hui ! Peut-être détonerait-il trop ?

Si « le fantôme de sa mère l'accompagne » cet être dépassé par notre civilisation matérialiste n'a que son inaltérable soif du merveilleux, sa bonté naturelle. Cet errant était en quête d'un sourire, d'une sensible amitié. A-t-on été assez réceptif à la détresse de celui qui a donné avec amour? " écrit Jean-Pierre Bayard dans son article consacré aux écrits maçonniques de Serge Hutin.

Esotériste, symboliste, hermétiste, gnostique, martiniste, franc-maçon, il explore de multiples voies de Connaissance et c'est tant mieux. Car ces voies font le miel de ses très nombreux ouvrages que nous pouvons lire aujourd'hui passionnément, comme il les a écrit. 

Et il est un grand - un très grand ! - vulgarisateur. Et moi c'est aussi (et surtout?) ce  Serge Hutin là que j'adore !

Voici ce qu'écrit Jacques Fabry dans son article intitulé " La théosophie selon Serge Hutin" :  " Dans son ouvrage Théosophie, A la recherche de Dieu paru en 1977 aux Editions Dangles, Serge Nutin cite une belle formule de Paracelse que je voudrais à mon tour mettre en exergue à cette communication : "L'imagination mène la vie de l'homme. S'il pense au feu, il est en feu; s'il pense à la guerre, il fera la guerre. Tout dépend du désir de l'homme d'être soleil, c'est-à-dire d'être totalement ce qu'il veut être".
De complexion plutôt lunaire, Serge Hutin, sans nul doute, a néanmoins été ce soleil de rêve. Je l'ai peu connu, peut-être l'ai-je rencontré tout au plus une dizaine de fois dans les années soixante, mais je garde de lui le souvenir d'un homme très bon et indulgent. Il avait même, si l'on veut bien me passer cette expression un peu insolite, "quelque chose d'un ange". Son ouvrage sur la théosophie n'a certes pas la qualité de ses premiers travaux universitaires, mais il y a au moins deux raisons à cela. La première, c'est qu'il avait décidé d'écrire pour un large public et non pour des spécialistes. La deuxième, c'est qu'il avait un esprit si ouvert et si tolérant qu'il accueillait, dans un large sourire, du bon et du moins bon, d'où parfois un certain flou de sa pensée ou, à tout le moins, un manque de rigueur. C'est le cas de l'ouvrage que je voudrais résumer et commenter
". Avant de conclure : "C'est pourquoi, son travail sur la théosophie, si riche d'aperçus brillants et de citations judicieusement choisies, s'apparente davantage à une toile impressionniste qu'aux contours léchés et précis d'un tableau de Philipp Otto Runge, le chantre pictural de la Naturphilosophie romantique allemande. Il n'en est pas moins précieux et cher au cœur de tous ceux qui ont connu son auteur soit personnellement, soit par le biais d'un message qui ne saurait laisser quiconque indifférent". Fin de citation.

Oui comme nous l'avons vu, Serge Hutin s'était établi à Prades, en maison de retraite, quasiment sans ressources. Il a été désargenté toute sa vie ou presque. Je dois ici rendre hommage à tous les frères de la loge N°1122 "Harmonie Solidarité" de la Grande Loge de France qui continuent de faire vivre la mémoire et l'œuvre de Serge Hutin. La sépulture de notre Frère Serge avait été financé, lors de son décès, par un ancien Vénérable Maître de la Loge, le Très Regretté Frère Louis ROCHMAN, qui l'a soutenu, moralement et financièrement,  jusqu’à la fin. Merci à l'ancien Vénérable Maître de la Loge, Daniel L de s'être rendu au cimetière de Prades et de m'avoir fait parvenir cette photo par l'intermédiaire de notre frère Michel Brewer, Premier Grand-Maître adjoint de la Grande Loge de France.

Qu'il nous semble loin aujourd'hui le Grand Colloque organisé par la Grande Loge de France le 6 mai 1998 en mémoire du frère Serge Hutin et de son œuvre ! Qu'ils nous semblent loin les deux numéros de Points de Vue Initiatiques (113 et 114) de 1998, pratiquement entièrement consacrés à notre frère Serge !

Serge a écrit des livres merveilleux sur les sujets qui nous passionnent : les franc-maçonnerie, l'alchimie, les rose-croix, l'initiation, les sociétés secrètes, l'ésotérisme, l'initiation, le symbolisme ! Ne vous privez pas, ne vous privez plus de ces lectures passionnantes !

Alors, à quand un nouveau grand colloque autour de l'actualité de l'œuvre de Serge Hutin à la Grande Loge de France ? A quand de nouveaux numéros de PVI (ou la réédition des anciens qui sont merveilleux - ou les deux) consacrés à Serge Hutin ?

Mes chers amis, prenez le temps de lire cet article même s'il est un peu long. Serge Hutin en vaut la peine. Vraiment. 

Et surtout, lisez encore et toujours les livre de Serge Hutin, ils sont magnifiques !

J'aurais réussi mon pari si je vous donne - avec cet article un peu trop long - envie de lire et de relire Serge Hutin !

Jean-Laurent Turbet

 

 

Hommage à Serge Hutin

Par Jean-Pierre Bayard.

 

EDITORIAL
A notre Frère Serge Hutin

Serge Hutin est décédé le le> novembre 1997. Cet écrivain fécond, qui a publié tant d'ouvrages, s'est éteint sans ressources dans la maison de retraite de Prades (Pyrénées-Orientales). Cet homme confiant et bon enfant était dépassé par notre vie matérialiste idéaliste, adepte du mystère, il ne savait lutter contre les rigueurs de la vie.

Grâce à la fraternité des frères de la Loge « Harmonie Solidarité »  n° 1122 de la Grande Loge de France, Serge repose dignement au cimetière de Prades, dans une concession achetée par leurs soins. Un beau geste de solidarité.

Ce jeune universitaire au brillant avenir a su surmonter ses difficultés de santé dont il a conservé quelques traces discernables principalement dans sa grande écriture.

Né dans le VIème arrondissement de Paris le 2 avril 1929, il est licencié de philosophie (Sorbonne) alors qu'il n'a que 20 ans l'année suivante, en 1950, le voici diplômé d'Etudes supérieures de philosophie et en 1951 diplômé de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (5ème section, sciences religieuses), pour son mémoire sur Robert Fludd. Enfin en 1958 il obtient son Doctorat ès lettres d'Etat (Sorbonne). Sa thèse principale étant Henry More et les Platoniciens rrde Cambridge avec une thèse complémentaire sur Les disciples anglais de Jacob Boehme aux 17ème et 18ème siècles.

Attaché au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), qu'il quitte rapidement, ses recherches sont bientôt éditées.

Parmi ses collaborations - dont on trouvera ci-dessous une liste peut-être encore incomplète-, notons son adaptation française du Dictionnaire des religions de E. Royster Pike, ainsi que son essai « La Franc-Maçonnerie » paru dans l'Encyclopédie de la Pléiade dirigée par Henri-Charles Puech, de l'Institut (Histoires des religions t. II p. 1382-1409, Gallimard- NRF) ses nombreux écrits de la collection "Que Sais-Je ?" sont également à citer.
 

Il vit avec sa mère, à Fontenay-aux-Roses, dans la région parisienne. A cause de sa constitution physique, écrivain indépendant, il n'a pour seule ressource que la publication de ses recherches littéraires centrées sur la pensée traditionnelle. Il est ainsi confronté à un monde fermé, où les publications sont à faible tirage, où les éditeurs de cette discipline sont eux-mêmes en nombre limité.

Puis à la mort de sa mère, paralysée durant de longues années, leur pavillon est vendu au profit de l'Assistance Publique.

Serge Hutin est seul, privé de son seul secours. Si « le fantôme de sa mère l'accompagne », il n'a plus de domicile et dépend souvent du bon vouloir de ses amis.

Il entre bientôt à la Grande Loge de France. Initié en 1966 à la loge Art et Travail, il fréquente bien d'autres ateliers, y trouvant un refuge, un lieu où il peut s'exprimer dans un climat de compréhension mutuelle.

Malgré ses abondants écrits, livres et articles, ses nombreuses conférences, il reçoit peu d'argent. Il quête un repas, une amitié et pendant un certain temps il a été un invité de la Fraternelle des Journalistes et Ecrivains.

Humblement il participe aux travaux en apportant sa riche contribution et une vaste documentation aux questions les plus complexes, mais il ne brigue pas les « honneurs » qui pour lui ne devraient pas exister en Maçonnerie, car ce sont des devoirs.

Il conserve le pouvoir de rêver... Accompagnant des amis qui lui sont dévoués, il s'installe à Prades où finalement il rejoint la maison de retraite.

Serge Hutin ne se plaint pas, sauf parfois contre quelques éditeurs qui oublient de lui régler ses droits d'auteur. Plus spécialement depuis deux ans il subit la grave crise de l'édition qui accuse une perte de 30% du chiffre d'affaire dans la catégorie de l'ésotérisme.

En juillet 1997 il s'était cassé le bras droit ; début octobre il avait été soigné d'une embolie pulmonaire à l'hôpital de Montpellier et m'écrivait le 9 octobre «j'ai bien failli passer de «l'autre côté». Cela n'eût-il pas mieux valu, la vie m'ayant si peu gâté ?».

En accord avec la revue Avec Regard de l'Institut d'Etudes et de Recherches (34700 Poujols), je lui avais demandé le 29 septembre 1997 sa collaboration pour évoquer «Le Compagnonnage », se proposant de revenir sur ce thème.  Son dernier travail...

Avant « la gentille lettre qui va droit au cœur » , Serge Flutin avait eu le grand plaisir de voir la publication de deux de ses ouvrages Saint-Germain, Cag!iostro, la princesse de Lamballe aux éditions Bélisane et la réédition revue et corrigée de Rose-Croix d'hier et d'aujourd'hui aux éditions Louise Courteau au Canada.

C'est ce sourire d'enfant que j'évoque car cet excellent conférencianer, cet auteur souvent cité qui a voulu avec ses moyens servir la pensée spirituelle à tous les degrés, est toujours resté dans sa simplicité, excusant les erreurs des autres, bienveillant envers tous : je ne l'ai jamais entendu médire de quelqu'un, mais, sans se plaindre, très humblement, il a accepté son sort avec résignation, ne nous faisant guère connaître son déchirement intérieur.

Jean-Pierre Bayard.

 

Hommage publié dans Points de Vue Initiatiques - Les Cahiers de la Grande Loge de France, N°109. Mars/Avril/Mai 1998

 


Nous avons reçu une lettre de I' « Association Partage et Équilibre » qui, sous la direction de son président Daniel Leeuwerck et grâce à la participation de nombreux amis (dont nous fûmes), a pu donner à notre frère Serge Hutin, passé le 31 octobre dernier à l'Orient Éternel, une sépulture décente au cimetière nouveau de Prades, dans les Pyrénées-Orientales.

Une concession de cinquante ans a été acquise et, sur le caveau, a été placée une plaque de marbre de Carrare sur laquelle est sculptée et rendue à la feuille d'or l'inscription suivante :

ln Eternam Frater
Ici Repose Serge Hutin
1929-1997
Écrivain

accompagnée de la Croix pattée avec en son centre la Rose rouge qui figure sur la couverture de son dernier ouvrage. D'autre part, nos frères de Prades ont commencé la réalisation d'un espace Serge Hutin et la bibliothèque portera son nom. Notre revue adresse ses plus fraternels remerciements aux frères de Prades qui se sont si prestement et si fraternellement acquittés de cette mission .

Yves-Fred BOISSET Rédacteur en chef

In : L'Initiation (Revue fondée en 1888 par PAPlJS (Dr Gérard ENCAUSSE). Réveillée en 1953 par le Dr Philippe ENCAUSSE. Directeur : Michel LÉGER. Rédacteur en chef : Yves-Fred BOISSET)  Avril-Mai-Juin 1998.


Le mercredi 6 mai 1998 s'est tenu en l'Hôtel de la Grande Loge de France, 8 rue Puteaux à Paris un colloque à la mémoire de la personne et de l'œuvre de Serge Hutin (1929-1997). Ce colloque, coorganisé par la loge n° 1130 "Les Maçons Ecossais" et par son Vénérable Maître, Célestin Houédénou Eba, et honoré par la présence de Bernard Platon, Grand Chancelier adjoint de la Grande Loge de France, réunit la collaboration de plusieurs conférenciers.

Les numéros 113 et 114 de Points de Vue Initiatiques, de 1998 - que j'ai évidemment dans ma bibliothèque - , ont rendu-compte de ce colloque et ont donné lieu à la publication d'interventions majeures. 

Points de Vue Initiatiques est la revue maçonnique de référence de la Grande Loge de France dont la qualité est reconnue par tous.

"Les textes ainsi réunis dégagent le caractère ambivalent de l'œuvre de Serge Hutin où les ouvrages académiques, techniquement rigoureux et objectifs, contrastent étrangement avec des écrits où une imagination débridée sollicite des conclusions rationnellement incroyables au risque de se discréditer auprès du lecteur bienveillant et intellectuellement ouvert mais exigeant. Désormais définitivement fixée puisque son auteur disparu ne peut plus la retoucher, cette œuvre de l'ésotériste Serge Hutin se propose aujourd'hui à nous pour que nous découvrions par delà toute corroboration ou toute critique qui demeurent les tâches individuelles de tout lecteur, de quel universel elle fut et demeure le signe historial" écrivait Patrick Négrier, alors directeur de la revue.

Ces deux numéros 113 et 114 de PVI contiennent environ 10 articles merveilleux. Je publie ici quelques extraits d'articles in extenso :

Lettre de Robert Amadou

Nous avons été compagnons. Je l'ai connu dans les années 50 et j'assistais, seul spectateur (il n'avait pu surmonter sa timidité et inviter d'autres camarades) à sa soutenance de thèse sur Henry More, le platonicien de Cambridge, et le règlement exigeant à l'époque une thèse subsidiaire sur Les Disciples anglais de Jacob Boehme.

Serge Hutin demeura dans l'ombre ou dans la lumière de notre Tour Saint-Jacques, du début à la fin, collaborateur modèle.

Après avoir assuré un temps la suppléance de Koyré à l'E.P.H.E., Serge Hutin choisit la carrière de littérateur, de conférencier, de journaliste.

Votre colloque analysera son œuvre écrite et rappellera, peut-être grâce à des témoignages directs, son œuvre orale, au sein du monde profane et au sein du monde maçonnique, mais aussi martiniste et au sein de I' AMORC.

Partout, toujours, Serge Hutin faisait de son mieux, avec la plus grande conviction et la plus grande gentillesse.

Le goût du secret le motivait, et il ne cachait rien de ses découvertes. Il a connu les leurres et ils l'ont déçu; quoiqu'il finît par croire, la Sagesse qu'il courtisait à travers les femmes, l'immortalité spirituelle qu'il voulait outre l'élixir de vie et la transmutation alchimique, le temple de pierres d'hommes qu'il rêvait à travers les intrigues politiques, bref la réalité en vérité au-delà des références et des fantaisies, Serge Hutin sait aujourd'hui qu'il l'a rencontrée de plus près qu' il ne le croyait lui-même, qu'elle l'a édifié plus solidement qu'il ne le craignait.

La graphie et la démarche de Serge souffraient des séquelles d'une poliomyélite infantile (des sots l'en moquaient et il taisait son chagrin). Mais la réflexion allait ferme et le but ne changea pas, en dépit des écarts, et il ne cessa d'en approcher mystère assurément des plans tracés pour chacun par le Grand Architecte de l'Univers. Serge Hutin ne s'est pas dérobé aux épreuves ni à la gloire du travail obligatoire. Il s'est préparé, passivement, activement, à la résurrection qu'il attend, dans la paix, le repos et la pleine lumière, enfin. Beaucoup nous reste à recevoir de lui.

Bien fraternellement à vous,

Robert Amadou

Tombeau de Serge Hutin

Par Patrick Négrier 


 Nous n'aurons plus la joie de lire sur une enveloppe la légendaire écriture, enfantine et massive à la fois, de Serge Hutin. L'ésotériste français est passé à l'orient éternel.

Né le 2 avril 1929, il s'est endormi dans le Seigneur le 1er novembre 1997.

Elève de Maurice de Gandillac à la Sorbonne, et d'Alexandre Koyré à L'Ecole Pratique des Hautes Etudes, il obtint du CNRS une bourse d'études qui lui permit de préparer à Londres, pendant l'année universitaire 1951-1952, son ouvrage sur Les Disciples anglais de Jacob Boehme, paru chez Denoél en 1960.

Il n'était pas encore franc-maçon lorsque, cette même année, à l'âge de trente et un ans, il publia une excellente présentation d'ensemble de la franc-maçonnerie dans la collection Points aux éditions du Seuil, Six ans plus tard, en 1966, il publia en Allemagne, chez Georges Olms, sa thèse de doctorat ès-lettres consacrée à Henry More (1614-1687) et aux doctrines théosophiques des platoniciens de Cambridge.

Ayant enfin achevé ses études, c'est alors que Serge Hutin posa sa candidature à la Grande Loge de France pour être reçu maçon. C'est à l'atelier "Art et travail" n° 355 qu'il fut initié le 9 février 1966, passé compagnon le 22 mai 1967, et élevé maître le 30 septembre 1968.

Il était en outre 30ème degré du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

Sa dernière publication à titre universitaire fut en 1972 celle de son mémoire, préparé en vue du diplôme de l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, sur l'alchimiste et philosophe rosicrucien Robert Fludd (1574-1637).
Serge Hutin ne fut pas un maçon replié sur un quelconque identitarisme maçonnique. Son œuvre, presque entièrement consacrée à l'ésotérisme, couvre cinq champs principaux : les sociétés secrètes et en particulier la franc-maçonnerie; l'alchimie et son surgeon paracelsien que fut le mouvement Rose Croix; la théosophie chrétienne; le tantrisme; et enfin les Prophéties de Nostradamus.

Il appartiendra aux lecteurs de la vingtaine d'ouvrages laissés par Serge Hutin de faire le point critique sur son œuvre.

Le domaine que Serge étudia et connaissait le mieux fut incontestablement l'alchimie, qui fut aussi le courant ésotérique sur lequel il écrivit le plus. Il connaissait personnellement Eugène Canseliet, et c'est l'art d'Hermès qui lui avait permis un jour d'apercevoir André Breton à une conférence sur cette discipline.

Serge Hutin était un ésotériste authentique pour deux raisons d'abord parce qu'il était compétent (même si ses lecteurs les plus exigeants réfutent avec raison certains de ses résultats induits par une naïveté invincible tant dans la méthode que dans le jugement), et ensuite parce qu'il était sincère (guénonien convaincu, ii croyait à la Tradition primordiale et ne publia ni pour l'argent - il était très pauvre - ni pour la renommée, ses travaux alimentaires ont largement contribué à amoindrir son rayonnement).

Serge Hutin était un homme humble sans artifice ni calcul. Sa candeur jointe à sa bienveillance inspira du respect à ceux qui surent l'apprécier à sa juste valeur. Comme écrivain, il préférait le langage simple et clair au jargon professionnel, et son style écrit n'était, comme son style oral, jamais négligé ni vulgaire.

Lorsque je lui demandai quel livre de lui il préférait, il me répondit aussitôt sans aucune hésitation
L'Amour magique. Ce livre en effet lui rappelait la femme avec laquelle il avait partagé, selon ses dires, deux mois d'un bonheur total avant que la mort ne mette fin à cette idylle en 1972. Cette jeune femme, Serge Hutin l'a évoquée dans son livre sur Les Sociétés secrètes en Chine, paru chez Laffont en 1976. Elle était niçoise, s'appelait Marie-Rose Baleron de Brauwer, et était "l'une des rares femmes à occuper en France des responsabilités importantes dans le contre-espionnage" (p. 147). " Chef de division au ministère français de l'Intérieur" (p. 148), elle mourut "le 27 octobre 1972 dans une assez mystérieuse catastrophe aérienne" (p. 147).

C'est à cette femme aimée qu'un an plus tard, en 1973, Hutin dédia son livre sur le mage Aleister Crowley.

Les dernières années de Serge Hutin se déroulèrent dans les Pyrénées orientales, à Prades, assombries par des hospitalisations qui lui inspirèrent de son propre aveu le sentiment aigu de vivre ici-bas dans la vallée des larmes.

Plusieurs publications et la fréquentation des frères de la loge de Prades firent néanmoins briller un rayon de joie sur la vie de Serge Hutin, qui avait en outre le plaisir de venir à Paris donner des conférences plusieurs fois par an à l'hôtel Frantour/Suffren rue Jean Rey dans le XVème arrondissement.

Il s'installait alors pendant la durée de ses séjours à l'hôtel Riquet. dans le X19ème arrondissement.

Sa dernière visite au 8 de la rue Puteaux à Paris semble avoir eu lieu le 8 décembre 1995 lorsqu'il participa aux travaux de la loge "La Roumanie unie". Portant ce soir-là une longue écharpe de laine écarlate qui rachetait royalement le reste de sa tenue vestimentaire plutôt improvisée, il avait apporté quelques livres à dédicacer, et prononcé un discours sur l'initiation à l'occasion de la réception d'un nouveau frère.

Etonné qu'un auteur, diplômé comme il l'était, ait consenti à écrire des livres d'intérêt plus que secondaire et même dénués de discernement critique, je lui demandai amicalement un jour pourquoi il avait publié ces ouvrages d'occultisme sur l'insolite, le mystérieux. Je compris à sa réponse défensive que lui-même justifiait ces écrits douteux, et que son attrait pour le merveilleux et l'irrationnel était irrépressible. C'est
cette double facette de l'œuvre de Serge Hutin qui la fait ressembler à une cité aux remparts affaiblis par d'immenses brèches, même si au cœur de cette cité subsiste ce qu'il y a de plus valable et de plus beau
dans son œuvre.

C'est plutôt en historien que Serge Hutin explorait les divers secteurs de l'ésotérisme, mais il ne fut pas toujours fidèle à la rigueur méthodologique qui fait la force de la discipline historique. Et s'il se laissa attirer tant par les phénomènes extérieurs de l'étrange et du paranormal que par les expressions littéraires modernes (le plus souvent non traditionnelles) de l'occulte comme certaine poésie ou les romans fantastiques, c'est à la fois parce qu'il n'était pas un philosophe au sens technique de ce mot, et qu'il travailla à une époque où l'influence du surréalisme était encore active et où les manifestations publiques de ce mouvement faisaient encore du surréalisme un modèle explicite du vivre et du sentir, toujours revendiqué comme tel.

J'achèverai cette notice en soulignant que Serge Hutin avait porté à leur point le plus haut deux vertus maçonniques par excellence : la parfaite abstention de toute médisance, et le culte de l'amitié.

Un classique de la franc-maçonnerie affirme que le franc-maçon creuse des cachots pour les vices or on n'entendit jamais Serge Hutin dire du mal de quelqu'un ou critiquer quiconque. Par ailleurs il est édifiant de remarquer que la plupart de ses livres sont dédiés à des amis le Dr Phllippe Encausse, Raymond Bernard, Gérard Fleym, Julien Origas, Violette d'Aspréa, Claude Seignolle, Henry Bac, Marie-Madeleine Davy, Jacques Henry Lamour, Georges Lussaud.

Que ces deux vertus de notre ami Serge Mutin rayonnent sur nous. 

Patrick Négrier

Serge Hutin et le tantrisme

Par Patrick Négrier


L'ésotériste Serge Hutin a consacré deux livres au tantrisme, non seulement par intérêt personnel pour cette doctrine et cette pratique, mais aussi parce que le tantrisme relève de l'ésotérisme. Ses principales
sources d'information en ce domaine furent Arthur Avalon (La Puissance du serpent), Julius Evola (Le Yoga tantrique). et Ajit Mookerjee (Tantra asana).

Même si Serge Hutin présente le tantrisme comme un moyen pour transformer la sexualité animale, vulgaire et violente, en un plaisir raffiné de gourmet longuement dégusté', il reconnait cependant que le tantrisme avait bien un but spirituel. Mais là où il se sépare de la tradition tantrique, c'est lorsqu'il concentre presque exclusivement son attention sur le tantrisme dit "de la main gauche", pratique au cours de laquelle un homme et une femme s'uniraient sexuellement pour se spiritualiser.  Quel était exactement le rôle de la femme et des pratiques sexuelles dans le tantrisme?

Le rôle de la femme dans le tantrisme.

Dans Les Secrets du tantrisme. Serge Hutin fonde le rôle de la sexualité dans le tantrisme sur la complémentarité psychique et physique de l'homme et de la femme. Or si dans le tantrisme la femme apparaît bien comme le complément psychique de l'homme, c'est parce qu'en tant que femme elle personnifie l'Esprit. En effet la doctrine tantrique a été synthétisée par la symbolique du Shrî-yantra. Dans ce diagramme cosmologique, les quatre côtés orientés aux quatre points cardinaux symbolisent les quatre états de conscience de l'homme de désir.

Or ces quatre états de conscience de l'homme de désir ne sont eux-mêmes que les effets des quatre modalités distinctes de l'Esprit symbolisées par quatre femmes-parèdres.

a) La première de ces parèdres, qu'il s'agisse de Lakshmî (déesse de l'abondance), de Sâvitrî ("incitatrice") ou de Shâkambharî ("Potagère"), symbolise le réel qui, n'ayant pas exaucé les désirs humains non peccamineux mais réalisables, oblige l'homme à réorienter ces désirs vers la seule porte qui s'ouvrira et exaucera ces désirs.

b) Pârvatî ("montagnarde") symbolise le réel qui, n'exauçant pas les désirs irréalisables, oblige l'homme à renoncer à ces désirs.

c) Dûrga, qui élimine le buffle sauvage9, symbolise le réel qui envoie à l'homme des signes pour le dissuader de mettre à exécution les péchés capitaux, c'est à dire mortels.

d) Enfin Kali ("noire"), qui porte un collier de crânes-humains ramassés dans les cimetières, qui se lacère et se décapite elle-même, et qui brandit une coupe pleine de sang11, symbolise le réel qui fait connaître à l'homme la conséquence de ses péchés capitaux (la mort à plus ou moins brève échéance, ou au contraire l'exemption de mort prématurée), et oblige par là l'homme à ne pas recommencer à commettre
un péché capital.

Ainsi, si c'est à titre de personnification des quatre modalités de l'Esprit que la femme est dans le tantrisme le complément psychique de l'homme, c'est donc que le véritable complément psychique de l'homme c'est l'Esprit dont la femme n'est, comme tout maître spirituel, que le représentant et le substitut. Et c'est pourquoi ce n'est pas de l'homme en tant que mâle, mais de l'homme en tant que créature humaine, que la femme/Esprit est le complément psychique. Ce fait est déterminant il nous permet de comprendre que si la femme joue un rôle dans le tantrisme, c'est uniquement pour exercer vis à vis de l'homme les quatre rôles que remplit ordinairement, l'Esprit. Dans ce contexte bien précis, quel rôle joue dans le tantrisme la sexualité?

Le rôle de la sexualité dans le tantrisme.

Serge Hutin cite trois textes tantriques qu'il interprète en croyant que le tantrisme prescrit les actes de perdition, la satisfaction de tous les désirs, la boisson alcoolisée, etc... Or cela est impossible puisque, comme nous venons de le voir, la parèdre Dûrga a pour but de dissuader l'homme de réaliser les péchés capitaux, et que la parèdre Kali fait connaître à l'homme en état de péché mortel la redoutable conséquence de ses péchés. La parèdre la plus puissante est Kali, car c'est elle seule qui, en confrontant l'homme à la mort provoquée par ses péchés, a en cela même le pouvoir d'inspirer au pécheur une horreur et une détresse assez fortes pour le détourner définitivement des péchés mortels. On comprend à la lumière de cette dialectique que le tantrisme ne pouvait prescrire des péchés mortels auxquels il avait pour but d'arracher les hommes. La présence de Kali dans le tantrisme montre que ce dernier, loin de recommander la transgression, s'adresse en fait aux hommes déjà transgresseurs pour leur signifier que s'ils s'entêtent à commettre des péchés mortels, ils feront au cœur même de leurs péchés l'horrible et déprimante expérience de la confrontation à la mort seule susceptible de les détourner définitivement des péchés capitaux, si toutefois ces pécheurs ont eu la chance de survivre au risque de mort prématurée impliqué dans ces péchés ! Comme l'écrit Jean Varenne "Si le but est de s'en libérer, le combat, pense t-on le plus souvent, consistera à l'affronter directement en faisant tout pour diminuer son emprise, jusqu'à l'abolir".

Si donc dans le tantrisme les péchés mortels constituaient bien un instrument de libération, c'est à titre involontaire (ils ne faisaient pas l'objet d'une prescription normative, mais caractérisaient au contraire la situation effective et originelle du tantrika) et indirect (les péchés mortels ne réussissent à détourner l'homme d'eux-mêmes que lorsqu'ils confrontent ce dernier à leur effet mortel). C'est cette dialectique vivante entre péchés mortels et libération spirituelle qui a fait dire à Varenne : "La foi en l'union des contraires ... est l'un des principes fondamentaux du tantrisme". Et c'est ce "pouvoir du glaive divin" de la déesse évoqué par le rituel tantrique qui explique pourquoi cette déesse est appelée shakti, c'est à dire littéralement "capacité d'agir"'.

Enfin n'oublions pas que cette dialectique entre péchés mortels et libération spirituelle n'est pas propre au tantrisme. Elle se retrouve dans toutes les traditions, y compris dans la Bible qui l'illustre par le pouvoir qu'eut la mort des premiers-nés d'Egypte de libérer les hébreux du joug de pharaon (Ex. 11-15).

Une fois dégoûté et définitivement détourné des péchés capitaux, l'homme est prêt à respecter la loi du non-désir : il mortifie en lui les désirs peccamineux, et c'est cette mortification des désirs peccamineux que symbolise dans le Shri-yantra, analoguée à la position centrale et fixe de l'étoile polaire, la position centrale et par conséquent fixe de kama : le "désir"'.

L'ambiguité des rites sexuels dans le tantrisme

Si l'acte sexuel ne pouvait logiquement pas faire l'objet d'une prescription par les rituels tantriques, comment expliquer malgré cela l'existence de rites sexuels dans le tantrisme dit "de la main gauche", lequel est effectivement attesté par J. Varenne comme une réalité historique à prendre au pied de la lettre ? A cette question deux réponses se proposent.

D'abord les indications fournies par Varenne nous suggèrent, à la lumière de tout ce que nous venons de dire, que si des partenaires féminines jouèrent bien un rôle dans certains rituels tantriques, c'était pour tenter les tantrikas, et tester ainsi leur résistance et leur degré de purification.

Nous trouvons un exemple analogue de ce procédé dans la Bible au Ps. 139,23-24 ainsi que sous la forme symbolique de la pelle à vanner en Mt. 3,12.

Ensuite le fait que les rites sexuels du tantrisme ont été et sont encore aujourd'hui en Inde l'objet de la réprobation publique suffit à attester que ces rites sexuels ont été introduits dans le tantrisme par suite de la dégénérescence de ce dernier, et qu'ils constituent à cet égard une perversion qui ne peut servir de critère pour définir l'essence véritable du tantrisme orthodoxe.
C'est là un point fondamental que Serge Hutin n'a pas soupçonné, et qui a conduit l'ésotériste français à développer sur le tantrisme des vues non traditionnelles pourtant fondées sur des informations objectives authentiques.


Patrick NEGRIER

 

Quelques-uns des livres de Serge Hutin de ma bibliothèque

 

Bibliographie (incomplète ?)


° Presses Universitaires de France Collection "Que Sais-je ?" :

- L'alchimie
- Les sociétés secrètes
- La philosophie anglaise et américaine
- Les gnostiques

Adaptation française du Dictionnaire des religions (de E. Royster Pike).

° Gallimard-NRF

- Collection la Pléiade : Dans Histoire des religions t. Il « La Franc-Maçonnerie » p. 1382-1409.

° Verlag Georg Olms (Hildesheim : Allemagne) :

- Henry More et les Platoniciens de Cambridge (texte en français).

° Denoël :

Les disciples anglais de Jacob Boehme aux 17ème et 18ème siècles.

° Omnium Littéraire (réédité aux éditions Savoir pour être (Bruxelles)

- Robert Fludd, alchimiste et philosophe rosicrucien.

° Marabout 

° Collection Marabout Université:
- Histoire de l'astrologie (réédition par H. Veyrier) collaboration de Jacques Halbronn
- Histoire de l'alchimie.

Collection "Univers secrets":
- Les civilisations inconnues
- L'immortalité magique
- Aleister Crowley (1973) 
- Les secrets du tantrisme (1973).


° Fayard :

Voyages vers ailleurs (1961).

° J'ai lu (repris par Ramuel)

- Gouvernants invisibles et sociétés secrètes (1971).

° Pierre Belfond :

- Les prophéties de Nostradamus
- L 'envoutement.

° Le Seuil :

- Les alchimistes (avec M. Caron)
- Les Francs-Maçons (rééditée par Bélisane en 1977).

° Le courrier du Livre :

- Histoire des Rose-Croix (1955).

° Albin Michel :

- L'amour magique (révélations sur le tantrisme) réédité par Savoir pour être
- Des mondes souterrains au roi du monde.

° Montorgueil : 

- L 'immortalité alchimique.

° Bélisane : 

- Saint Germain. Cagliostro et la princesse de Lamballe : trois personnages clefs du 18ème siècle (1997).

° Le Rocher :

- Nostradamus et l'alchimie (1988).

° Hachette :

- La vie quotidienne des Alchimistes (1977).

° Dangles : 

- La tradition alchimique (1979)
- Théosophie, à la recherche de Dieu (1977).

° Jean Boully : 

- Les sociétés secrètes d'hier et d'aujourd'hui (1989).

° Les Productions de Paris :

- Sociétés secrètes (1960).

° La Table Ronde :

- Paracelse (1966).

° Le Prisme :

- Les noces chymiques de Christian Rosenkreutz (traduction et notes) 1973.

° Dervy :

- Tous les secrets sont en nous (1975).

° Louise Courteau (Canada) :

- Rose-Croix d'hier et d'aujourd'hui (1997).

° Ed. du Marais

- La franc-maçonnerie et la Révolution française (1989).

° Camion Noir :

- Aleister Crowley (2016)

Je n'ai pas répertorié ici les très nombreux articles de Serge Hutin dans de multiples revues...

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Blog des Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) - est écrit en mon nom personnel ou sous la responsabilité des différents contributeurs si je ne suis pas le signataire de l'article.

Le "Blog des Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est un site d'information traitant des spiritualités, du symbolisme, de l'ésotérisme, de l'occultisme, de l'hermétisme, de l'Initiation, des religions, des mouvements spirituels, de la franc-maçonnerie etc., site d'information totalement libre et indépendant.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi
et non pas l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Blog, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

« Jurez-vous, de plus, d’obéir fidèlement aux chefs de notre Ordre, en ce qu’ils vous commanderont de conforme et non contraire à nos lois ? » (Extrait du Serment prêté par chaque franc-maçon lors de son initiation).

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Bernardo Schiavetta 06/04/2021 02:46

pas du tout oublié dans mon cas, plusieurs de ses ouvrages (dont sa thèse à l'École Pratique des Hautes Études " Les disciples anglais de Jacob Boehme aux 17ème et 18ème siècles."; j'ai lu ses Que sais-je lorsque j'étais adolescent, et ce fut mon premier pas dans ces études d'histoire de la pensée ésotérique.

Dimitri Cadéré 05/04/2021 16:11

Un Frère de grande qualité, modeste et travailleur, sensible et cultivé, un exemple à suivre en Franc-maçonnerie et pas seulement. Les moments passés avec lui sont des souvenir précieux.
Merci très cher Jean-Laurent de ce rappel salutaire

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents