Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


GLDF : un point officiel sur les négociations en cours.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 19 Juillet 2012, 20:40pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #GLDF

Truelle-2-copie-1.jpg

Le Grand-Maître de la Grande Loge de France Marc HENRY et le passé Grand-Maître Alain-Noël Dubart, en charge des négociations avec les obédiences européennes viennent d'adresser une lettre circulaire aux frères de la Grande Loge de France pour les informer de l'état d'avancement de ces négociations.

 

Il est non seulement important mais essentiel de connaître ce que veulent nous dire les principaux intéressés aux négociations en cours avec les obédiences maçonniques européennes signataires de l'appel de Bâle.

 

Voici donc le texte de cette lettre que vous trouverez en format pdf dans les liens en bas de cet article. Puis nous ferons, comme d'habitude quelques commentaires exégétiques qui, bien entendu, n'engagent que leur auteur !

 

Il nous apparaît nécessaire de faire le point quant aux conséquences découlant de la Déclaration de Bâle du 10 Juin 2012 des cinq Grandes Loges européennes et de notre Déclaration, approuvée à l'unanimité par le Conseil Fédéral le 13 Juin 2012 puis par notre Convent par 97 % des mandats le 15 juin.

 

Ces déclarations affirment, chacune d’entre elles, des principes à partir desquels il est possible d'engager des négociations.

 

En ce qui concerne les cinq Obédiences européennes, les deux éléments essentiels se situent dans la rupture définitive de leurs liens avec la Grande Loge Nationale Française et dans la constatation que la Grande Loge de France, en raison de la qualité des Frères qui la composent et des travaux rituels qui y sont accomplis, doit être l'acteur majeur dans le processus de recomposition du paysage maçonnique en France.

 

En ce qui nous concerne, la Grande Loge de France a pris acte du nouveau regard porté par ces cinq Obédiences, la qualité des Frères de la Grande Loge et la régularité de leurs travaux, étant conformes à la réalité. La Grande Loge de France s’inscrit dans la pure tradition de la Franc-Maçonnerie universelle, comme elle l’a fait depuis son origine et elle restera attachée aux principes fondamentaux de l’Ecossisme.

 

Il revient à notre Obédience de poursuivre les contacts déjà entrepris avec les cinq signataires de la Déclaration de Bâle et d’envisager, avec les Obédiences françaises qui souhaiteraient s'inscrire dans cette démarche, les processus pouvant en permettre la réalisation.

 

Ces perspectives, la première en Europe, la seconde en France, sont séparées et complémentaires.

 

A ce jour, en France, il n'y a eu, contrairement aux multiples informations contradictoires circulant par courriels ou "blogs" interposés, aucun entretien avec aucune Obédience.

 

Ces entretiens s’inscriront dans un cadre fixé par la Grande Loge de France, à l'issue de contacts informels, dans les prochaines semaines, avec les Grands Maîtres de ces différentes Obédiences.

 

Les relations avec les Obédiences européennes se poursuivront dans des échanges désormais officiels, et porteront sur les sujets évoqués dans la Déclaration de Bâle et sur ceux rappelés dans notre Déclaration.

 

En l’espèce, et ces points sont fondamentaux, il a été rappelé à nos Frères européens:

 

- que la Grande Loge de France travaille a la Gloire du Grand Architecte de l’Univers, en présence du Volume de la Loi Sacrée, ouvert sur l’autel des Serments.

 

- que le Symbole du Grand Architecte de l’Univers émane du Convent Universel de Lausanne de Septembre 1875.

 

- que ce concept, pour les Frères de la Grande Loge de France, n'implique aucune croyance particulière.

 

- que le Volume de la Loi Sacrée, réintroduit sur |’autel des Serments par notre Convent en 1953, est la Bible, en tant que symbole de la Tradition.

 

Aucune interprétation dogmatique ne peut être conférée ni à l'invocation au Grand Architecte de l’Univers ni à la présence du Volume de la Loi Sacrée ouvert au Prologue de Jean dans les Ateliers de la Grande Loge de France.

 

Ces principes fondamentaux sont ceux du Rite Ecossais Ancien et Accepté et ne peuvent être remis en cause.

 

Sur ces bases les échanges pourront être poursuivis.

 

Chacun mesure l’importance de ce chantier et notre dernier Convent ne s’y est pas trompé.

 

Chacun comprend également est impossible que les échanges entre les différentes Obédiences se fassent sur la place publique, encore moins par personnes interposées.

 

Il vous en sera rendu compte de manière exhaustive lors de la Tenue de Grande Loge et du Convent: seule notre Assemblée souveraine aura qualité pour se prononcer.

 

Nous vous prions de croire, Très Chers Frères, en nos sentiments les plus chaleureux et les plus fraternels.

 

Alain-Noël DUBART, Passé Grand Maître

Marc HENRY, Grand Maître

 

 

Il s'agit avant tout d'un rappel de la déclaration du Conseil fédéral de la Grande Loge de France, adopté par le Convent en juin 2012.

 

Le Grand-Maître et le passé Grand-Maître ont raison de rappeler que seul les négociateurs officiels (Alain-Noël Dubart, Alain Pigeau et Jean-Jacques Zambrowski, sous l'autorité de Marc Henry, Grand-Maître) sont habilités à parler au nom de la Grande Loge de France. Les commentaires faits sur les blogs n'engagent... que leurs auteurs et personne d'autre! Et les interprétations sur des sujets qui n'existent pas encore plus.

 

C'est pourquoi Marc Henry & Alain-Noël Dubart parlent avant tout des valeurs et des principes fondamentaux. La façon dont la GLDF interprête le Grand Architecte de l'Univers ou le volume de la Loi Sacrée : "Aucune interprétation dogmatique ne peut être conférèe ni à I'ìnvocation au Grand Architecte de l’Univers ni à la présence du Volume de la Loi Sacrée ouvert au Prologue de Jean dans les Ateliers de la Grande Loge de France".

 

Voilà pour l'adogmatisme. Et surtout le rite, le Rite Ecossais Ancien & Accepté: clé de voûte des maçons de la GLDF il ne saura être sacrifié dans une négociation.

 

Puisque les Grandes Loges européennes ont constaté que la GLDF travaillait selon les critères de la maçonnerie de Tradition, celle-ci affirme donc fort justement que "Ces principes fondamentaux sont ceux du Rite Ecossais Ancien et Accepté et ne peuvent être remis en cause. Sur ces bases les échanges pourront être poursuivis". Pas question pour le Grand-Maître de porter atteinte à l'unité de l'obédience ni à la pratique scrupuleuse du REAA.

 

Voilà pour le fond.

 

Pour la forme : C'est à la Grande Loge de France de mener les deux négociations distinctes mais complémentaires: D'une part avec les grandes loges européennes. D'autre part avec les Obédiences françaises qui voudraient prendre leur part du "processus de recomposition du paysage maçonnique en France", avec la Grande Loge de France.

 

Après le temps des "contacts informels" entre responsables vient maintenant le temps des discussions officielles entre Grands Maîtres des différentes obédiences françaises. La déclaration du Conseil fédéral de la Grande Loge de France le soulignait déjà le 13 juin dernier en disant que le CF « fait sienne la volonté du Grand Maître de n'exclure de cette recomposition aucun Frère, quelles que soient sa pratique et son Obédience ». Aucune obédience, aucun frère, de quelque obédience qu'il soit, GODF, GLTSO, DH, LNF, GPDG, GL-AMF, GLTF etc... ne doit être exclu s'il souhaite être partie prenante de ce processus.

 

La Grande Loge de France a d'ailleurs fait valider chaque étape (9 septembre 2011, 13 juin 2012 etc...) par son Convent. Ce qu'en pensent les frères des autres obédiences? Nous le sauront si leurs convents respectifs s'emparent de cette question qui ne laissera, soyons en sûr, personne indifférent.

 

A la Grande Loge de France évidemment ce sera le Convent qui, in fine, sera souverain pour approuver - ou non - les conclusions des discussions en cours. Car, comme il était rappelé le 13 juin dernier, il s'agit bien d'"aboutir au rétablissement des liens historiques unissant les Obédiences travaillant selon la Tradition Maçonnique Universelle". Et à la Grande Loge de France ce sont toujours les frères qui ont le dernier mot.

Les choses sont bien lancées. Chaque obédience devra maintenant se déterminer pour savoir si les frères de ces obédiences sont prêts - ou non - à rejoindre le mouvement de recomposition de la Franc-Maçonnerie Française et d'aller encore plus loin dans l'ouverture de cette Franc-Maçonnerie aux Francs-Maçonneries européennes et américaines.
 

Alea jacta est!
 

Jean-Laurent TURBET

 

° Pour aller plus loin :

 

° Le site de la Grande Loge de France.

 

° La lettre-circulaire du Grand-Maître et du passé Grand-Maître.

° Le paysage maçonnique risque d'évoluer plus vite que prévu, sur ce site.

 

° Alain Graesel explique les relations entre le GODF et la maçonnerie écossaise, sur ce site.

 

° Guy Arcizet en donneur de leçon contre la Grande Loge de France, sur ce site.

 

° Marc Henry élu Grand-Maître de la Grande Loge de France, sur ce site.

 

° Le site de la Grande Loge de France.

 

° Le communiqué de Presse officiel de la Grande Loge de France, sur l'élection de Marc Henry, sur ce site.

 

° La Grande Loge de France réagi officiellement aux 5 obédiences européennes. Décryptage., sur ce site.

 

° Réponse officielle de la Grande Loge de France, à la déclaration de Bâle, sur ce site.

 

° La déclaration de Bâle, sur ce site.

 

° La Grande Loge de France accepte d'ouvrir des discussion avec les 5 grandes loges régulières européennes, sur ce site.

 

° La Grande Loge de France en pleine forme et très convoitée avant son Convent, sur ce site.

 

° Après l'appel de Bâle des grandes loges réagissent, sur ce site.

 

° Le site d'Alain Graesel, passé GM de la Grande Loge de France, Président de la Confédération des Grandes Loges Unies d'Europe.

 

 

Commenter cet article

Marina Santorelli 24/07/2012 10:33


BEL EXEMPLE DE PROGRESSISME A LA GLNF (pour une fois!) UNE FEMME LA DIRIGE !!!


COMMUNIQUE DE L'ADMINISTRATEUR PROVISOIRE



 



 En ma qualité d’administrateur provisoire de l’association GRANDE LOGE NATIONALE FRANCAISE, j’ai pris connaissance des décisions prises par Monsieur François STIFANI, à l’issue de la
réunion des Grands Maîtres Provinciaux de la GLNF, qui s’est tenue aujourd’hui, à Nice, à son initiative, au titre de la « sortie de crise ». 
 
Monsieur STIFANI a notamment décidé qu’il ne se présenterait pas aux suffrages du Souverain Grand Comité, au titre de la désignation d’un nouveau candidat à la Grande Maîtrise. 
 
Prenant acte de cette décision, au demeurant conforme à la « logique coutumière » telle que rappelée dans la note n° 10 intitulée « quel est le mode de désignation du Grand Maître ?
(…) » qu’il s’avère impératif de respecter, pour l’exécution de ma mission telle que confiée suivant ordonnance sur requête en date du 28 juin 2012, je convoquerai, après les congés d’été,
les membres de droit de l’assemblée générale de la GLNF, autrement appelé le Souverain Grand Comité, pour la désignation d’un nouveau candidat à la Grande Maîtrise, conformément aux règles
applicables au processus d’élection du Grand Maître de la GLNF. 
 
 
Rédigé et signé à Paris, le 20 juillet 2012 
Par Maître Monique LEGRAND, Administrateur Judiciaire

Peter Bu 21/07/2012 12:43


S'il s'agit réellement de cela: il s'agit bien d' "aboutir au rétablissement des liens historiques unissant les
Obédiences travaillant selon la Tradition Maçonnique Universelle"", il serait très utile de se rappeller du texte suivant d'un grand F.:M.: américain, Paul Besset:


 


U.S. Recognition of French Grand Lodges in the 1900s
[publié dans Heredom,The Transactions of the Scottish Rite Research Society -- volume 5, 1996, pages 221-244]


by Paul M. Bessel, 32°


http://bessel.org/masrec/france.htm


(extraits)


 


 


Reconnaissance américaine des Grandes Loges françaises dans les années 1900


 


"Parmi les Francs-Maçons américains rien ne provoque autant de disputes que la question de reconnaissance et de régularité. (...) En fait, pour comprendre ce sujet
les maçons ont besoin de plus d'informations. C'est le propos de cet article qui apporte certaines données sur la reconnaissance, dans les années 1900, des Grandes Loges françaises par des
Grandes Loges américaines et suggère des questions pour poursuivre ces recherches et réflexions."


 


" Régulières, irrégulières, reconnues et illégales."


 


" Tout d'abord, il y a des questions à propos de définitions. Qu'est-ce qui est "régulier" ou "irrégulier"? Que signifie "illégales" (Bessel utilise le mot
"clandestines") et qui décide de la "reconnaissance" ?


 


L'Encyclopédie maçonnique de Coil définit comme régulière une loge qui a
été "légalement constituée" et se conforme aux lois d'une Grande Loge "reconnue". Chaque Grande Loge est reconnu par certaines autres Grandes Loges: ainsi, si une Loge respecte les règles d'une
Grande Loge, cela signifie-t-il qu'elle est "régulière"? "


 


"Régulière" peut vouloir dire qu'une Grande Loge suit les "Anciennes règles" (note du traducteur: "Landmarks", donc "anciennes règles", "bornes", "limites", "points
de repère") de la Franc-Maçonnerie qui, d'après certains, sont immuables. Mais quelles sont ces "Anciennes règles"? Chaque Grande Loge donne une réponse différente. Les unes énumèrent des
dizaines de "Landamarks" (Kentucky en a cinquante-quatre, Nevada trente-neuf, Minnesota vingt-six, Connecticut dix-neuf), d'autres en listent juste quelques-unes (Vermont en a sept) et d'autres
n'en ont pas du tout mais affirment, sans dire ce qu'elles sont, que les maçons devraient les observer (parfois en ajoutant que ces règles sont immuables, tout en acceptant des changements, et
parfois en adoptant elles-mêmes des modifications). Dans certaines Grande Loges la politique concernant les "Anciennes règles" n'est pas du tout claire, même pour leurs Grands Secrétaires. Mais
s'il n'y a pas d'accord sur les "Landamarks" de la Franc-Maçonnerie et si, pour être "régulières", les Grandes Loges doivent les respecter, on ne peut arriver à aucun accord universel, ou à peu
près universel sur ce qui constitue la "maçonnerie régulière".


 


L'Encyclopédie maçonnique de Coil définit "illégaux" les organismes qui
n'ont pas reçu de "charte" (note du traducteur: document attestant qu'elles correspondent à la Loi, confirmant leur légalité) de la part d'une entité supérieure ayant le pouvoir de l'accorder.
Mais elle admet que ce mot induit souvent en erreur et n'est certainement pas clair.


 


Freemasons' Guide and Compendium affirme qu'une loge est "illégale" si elle n'a pas été dûment approuvée, ou dotée d'une "charte" par une Grande Loge. Ainsi, une Loge pourrait-elle être "régulière" dans son
fonctionnement, mais "illégale" parce qu'elle n'a pas été constituée "régulièrement". Ou bien, elle pourrait être "irrégulière" parce qu'aux yeux de quelqu'un elle ne suivrait pas les pratiques
maçonniques "appropriées", même si elle ne serait pas "illégale" parce qu'elle aurait été dûment agréé par une Grande Loge, cette dernière pouvant éventuellement ne pas être reconnue par
certaines autres Grandes Loges...


 


Il n'y a pas de règles claires qui permettent à quiconque de décider quelles Grandes Loges sont
régulières ou irrégulières ou illégales. L'utilisation de ces mots embrouille simplement toute discussion raisonnable." (p. 226)


.......................


"En alléguant que


- la GLDF (Grande Loge de France) et le GODF (Grand Orient de France) n'ont pas la Bible sur
les autels de leurs loges;


- n'exigent pas de leurs candidats la croyance en Dieu;


- acceptent des femmes comme membres ou visiteuses;


- se livrent à des activités politiques;


- n'utilisent pas de rituel maçonnique;


certains prétendent, que ces Obédiences sont irréguliers et
illégales (p. 222).

Guillaume 20/07/2012 09:29


Bonjour,


Je trouve réellement dommage qu'un courrier destiné aux seuls V.M. de la GLDF, et donc, uniquement à diffusion interne, se retrouve aussi rapidement sur le net, même si ce blog est de qualité par
ailleurs.


A moins d'une diffusion publique par A-N DUBART ou M HENRY, je préfèrerais que l'on ne tombe pas dans les travers de la transparence à tout prix.


Je ne comprenais pas que Paris ne tienne pas au courant les LL., mais si tout courrier destiné aux V.M. se retrouve diffusé au public, mon incompréhension s'efface.


Bien fraternellement,


G.L.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents