Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Eugène Pottier, franc-maçon écossais.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 29 Septembre 2014, 17:41pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #Histoire, #GLDF, #GLSE, #Pottier

Eugène Pottier, créateur de l'Internationale.

Eugène Pottier, créateur de l'Internationale.

Eugène Pottier est célèbre mondialement pour avoir écrit les paroles de lInternationale qui deviendra l’hymne du monde ouvrier.

 

Voici brièvement son histoire et celle de sa plus célèbre chanson.

 

Il est célébré notamment tous les 1er mai lors du défilé en hommage à la Commune organisé chaque année par le Grand Orient de France.

 

Il est fort louable au GODF de rendre hommage chaque année … à ce frère écossais qui n’eut pas de rapport avec la grande obédience du rite français.

 

Eugène Pottier est décorateur sur tissu (comme Gustave Mesureur, futur Grand-Maître de la Grande Loge de France, qui adhérera jeune à la chambre syndicale des dessinateurs que Pottier a créée).

 

Après la défaite de Sedan il est membre de la Garde Nationale.

 

La Garde Nationale est commandée par Gabriel Ranvier, peintre décorateur élu du 20ème arrondissement de Paris.

 

 

Gabriel Ranvier est membre de la Loge écossaise la Ligne droite N°146 de la Grande Loge Centrale du Suprême Conseil de France (GLCSCDF), ancêtre de la Grande Loge de France. C’est-à-dire la maçonnerie écossaise.

 

Ranvier est proche de Flourens et de Jules Vallès (ce dernier ayant été initié le 2 avril 1869 au sein de la Loge écossaise "La Justice" N°133 de la GLCSCDF, même jour que Gustave Mesureur).

 

Eugène Pottier participe aux combats durant le siège de Paris de 1870, puis il prend une part active à la Commune de Paris, dont il est élu membre dans le 2ème arrondissement. Il siège à la commission des Services publics. Il participe aux combats de la Semaine Sanglante (21-28 mai 1871).

 

En juin 1871 il se cache dans Paris. C’est là qu’il compose son célèbre poème l’Internationale.

 

Il dédie cette cahnson à son ami Gustave Lefrançais (1826-1901), anarchiste de tendance bakouniniste et qui réussira (alors qu’il est condamné à mort) à se réfugier à Genève. Gustave Lefrançais était membre – comme Gustave Mesureur, Brisson, Floquet, Charles Beslay ou Emile Eudes, de la loge écossaise La Justice N°133 de la GLCSCDF.

 

Gustave Lefrançais écrit dès 1871 dans son Etude sur le mouvement communaliste à Paris en 1871 en parlant du Palis des Tuileries : « Oui, je suis de ceux qui approuvèrent comme absolument moral de brûler ce palais essentiellement monarchique, symbole abhorré d’un exécrable passé […], où tant de crimes antisociaux avaient été prémédités et glorifiés. » 

 

Eugène Pottier s’exile d’abord en Angleterre puis aux Etats-Unis.

 

Il est reçu franc-maçon en 1875 au sein de la loge « Les Egalitaires » à New-York.

 

C’est une loge de communards en exil. Son pdt est Elie May (Membre de la loge écossaise « Les Trinitaires » N°3 de la GLCSCDF.) qui l’initie au rite écossais ancien et accepté.

 

Le docteur Edmond Goupil, membre de la loge écossaise « L’Alliance Fraternelle » de la GLCSCDF, président du Comité Pottier (dont Elie May sera également président de nombreuses années) a retenu le souvenir de l’initiation de Pottier.

 

Eugène Pottier définit la FM comme « composée d’un groupe de libres penseurs qui, ayant fait table rase des traditions et ne reconnaissant rien de supérieur à la Raison Humaine, emploient consciencieusement la leur à la recherche de la Vérité et de la Justice. »

 

Et enfin il conclut « C’est à Paris, dans les derniers jours de la lutte, quand j’ai vu, au milieu des transports d’enthousiasme, le spectacle grandiose de la maçonnerie adhérant à la Commune et plantant ses bannières sur nos murailles &ventrées d’obus, c’est alors que je me suis juré d’être un jour un des compagnons de cette phalange laborieuse. Je me présente à son chantier. Embauchez-moi ! ».

 

Eugène Pottier, pourtant malade et presque paralysé  devait être régularisé au sein de la Loge écossaise « Le Libre Examen » N° 217  de la Grande Loge Centrale du Suprême Conseil de France le 10 octobre 1887.

 

« Le Libre Examen » avait été créé en 1870 par Emile Thirifocq (1813-1900), tailleur puis professeur de coupe.  Spiritualiste, il soutient le souverain Grand Commandeur Adolphe Crémieux en 1868 lors du conflit concernant le Grand Architecte de l'Univers.

 

FM-et-Commune-2.jpgEmile Thirifoq était le Vénérable Maître et le député de la loge écossaise « La Jérusalem Ecossaise » N°99 de la GLCSCDF, qui appartient toujours aujourd’hui à la Grande Loge de France.

 

C’est Thirifocq qui propose que des bannières soient plantées sur les barricades et que si elles sont trouées par les balles, la Franc-Maçonnerie prenne partie pour la Commune.

 

C’est lui qui prend le drapeau rouge de la Commune des mains de Jules Vallès pour le mettre « dans les archives de la Franc-Maçonnerie », lors du grand défilé maçonnique du 29 avril 1871 à Paris.

 

Eugène Pottier meurt le 6 octobre 1887, quelques jours seulement avant sa réception dans la loge « Le Libre Examen » alors que tout était prêt et organisé pour le recevoir.

 

Il est enterré au cimetière du Père Lachaise à Paris.

 

Eugène Pottier connaîtra avec l’Internationale une gloire posthume.

 

Le poème est publié en 1887 dans un recueil intitulé Chants révolutionnaires. Eugène Pottier avait composé sa chanson sur l’air de La Marseillaise, autre œuvre éminemment maçonnique écrite par le frère Rouget de L’Isle. Il est d’ailleurs amusant aujourd’hui de chanter l’Internationale sur l’air de La Marseillaise (essayez ça marche très bien !).

 

En 1888, un an après la première édition imprimée des paroles, la chorale lilloise du Parti ouvrier français demande à un de ses membres, Pierre Degeyter, de composer une musique originale pour L'Internationale.

 

Le 23 juillet 1888, pour la première fois, la chorale de la Lyre des Travailleurs, réunie dans l'estaminet A la Vignette à Lille, interprète le chant de l'Internationale sur l'air nouveau de Degeyter. Sa partition est publiée en 1889, soit deux ans après la mort de Pottier.

 

Le succès de la chanson est lancé. Il ne s’arrêtera plus et elle deviendra l’hymne de l’Internationale Socialiste à travers le monde et dans toutes les langues !

 

Eugène Pottier fut donc un éminent… franc-maçon écossais… Les frères de la Grande Loge de France peuvent tout à fait légitimement se réclamer de lui et le reconnaître comme un authentique aïeul.

 

Mais et c'est peut-être le plus paradoxal et le plus drôle.

 

Les frères et les soeurs qui, le 1er mai au Mur des Fédérés, rendent hommage à Eugène Pottier, chantent l'Internationale (telle que nous la connaissons aujourd'hui) en rendant hommage au marxiste révolutionnaire Pottier et pensant - après le panégyrique du Grand-Maître - rendre hommage à un frère du GODF.

 

Or, comme nous venons de le voir, Eugène Pottier n'a jamais entendu l'Internationale sur l'air que nous lui connaissons (il l'a composé sur l'air de la Marseillaise), il n'a jamais été marxiste et il n'a jamais appartenu au GODF !

 

Mais rassurez-vous, peu s’en souviennent aujourd’hui, au Grand Orient comme à la Grande Loge…

 

Ô Tempora Ô mores…

 

 

Jean-Laurent Turbet

 

(Sources principales : "L'Unique et l'Initié, franc-maçonnerie et anarchisme" de Christophe Bitaud, éditions Théolib - "Commune de Paris (mars-mai 1871) la Franc-Maçonnerie déchirée" d'André Combes, éditions Dervy - et divers sites sur Internet).

 

 

° Pour aller plus loin :

 

° Le site  de la Grande Loge de France.

 

° « La Marseillaise », œuvre Maçonnique, sur ce site.

 

° La Grande Loge de France et le politique, sur ce site.

 

° GODF 1er mai 2014. FM et Commune de Paris, sur ce site.

 

° La Commune à l'Hôtel de Ville: la manifestation des francs-maçons, sur ce site.

 

° La Grande Loge de France et le politique, sur ce site.

 

° Henri Tort-Nouguès : La Franc-Maçonnerie et le Politique  , sur ce site. Extraits de PVI, journal de la GLDF.

 

° Henri Tort-Nouguès : Règles et Principe de la Franc-Maçonnerie traditionnelle , sur ce site. Conférence de 1984. Voir notamment le paragraphe : « La Franc-Maçonnerie et le Politique ».

 

° Gustave Mesureur, Franc-Maçon et homme politique exemplaire, sur ce site.

 

° Madeleine Pelletier, une combattante. Franc-maçonne, féministe, socialiste et… libre !, sur ce site.

 

° Louise Michel franc-maçonne, sur ce site.

 

° La Loge « Diderot » Madeleine Pelletier, Louise Michel … et la Grande Loge de France, sur ce site.

 

° La « Jérusalem Ecossaise » va réunir la famille du REAA le samedi 8 décembre 2012, sur ce site.

 

° La Grande Loge Symbolique Ecossaise, ou les avant-gardes maçonniques (1880-1911), de Françoise Jupeau Réquillard, sur ce site.

 

° La Grande Loge de France célèbre Jean Jaurès, sur ce site.

 

° 08 décembre 2009 - « Commémoration des 150 ans de la naissance de Jean Jaurès au Café du Croissant » Alain Noel Dubart, Gilles Candar, Hugues Vial  , sur le site de la GLDF.

 

° Pierre Brossolette doit entrer au Panthéon, sur ce site.

 

° "Guide de l'Orient éternel", de Maurice Lévy, sur ce site.

Commenter cet article

Arsenic 30/09/2014 16:55

Que la Grande Loge se souvienne de son passé d'extrême gauche, c'est une bonne chose!

Christian Labrousse 29/09/2014 19:24

MERCI ! Chanter l'Internationale sur l'air de la Marseillaise....Franchement, l'Idéal !!!!!;;; Bien sûr, la rose et le réséda.....

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents