Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


GODF : 1er Mai, Commune de Paris et Père Lachaise

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 25 Avril 2014, 16:54pm

Catégories : #GODF, #Commune, #Père Lachaise, #1er Mai

 

FM-et-Commune.jpgComme chaque année, le jeudi 1er mai 2013, les francs-maçon(ne)s du Grand Orient de France rendront hommage aux Martyrs de la Commune de Paris de 1871 et à tous leurs Frères qui se sont engagés pour que l’idéal de Liberté, d’Egalité et de Fraternité soit plus qu’une devise inscrite sur le fronton des édifices publics.

 

Attention, cette année, le rendez-vous de ce traditionnel rassemblement commémoratif est fixé à 9 heures 30 le jeudi 1er mai 2013 au niveau du parking du Colombarium - Crématorium du Père Lachaise, avenue des Combattants Etrangers Morts pour la France, Paris XXème (métro Gambetta).

 

Voici le parcours de ce  1er mai 2014.

 

Le parcours, suivi cette année lors la Commémoration de la Commune de Paris par les Frères et les Sœurs, sera l’occasion d’en célébrer le 143ème anniversaire, d’évoquer, le rôle de la franc-maçonnerie durant cette période et les valeurs qu’elle porte au travers notamment de franc-maçonnes et francs-maçons célèbres reposant au Cimetière du Père Lachaise.

 

Dépôt de gerbe, recueillement et hommage :

 

• Devant la case de Pierre Brossolette :

Animation musicale par la Colonne d’Harmonie vivante de Dunkerque : La Marseillaise

 

• Devant la tombe d’Eugène Pottier :

Animation musicale par la Colonne d’Harmonie vivante de Dunkerque : L’Internationale

 

• Devant les mémoriaux de la déportation :

Animation musicale par la Colonne d’Harmonie vivante de Dunkerque : Le chant des partisans

 

Devant le Mur des Fédérés :

 

Station devant le Mur des Fédérés (76ème division) :

 

• Dépôt d’une gerbe au pied du Mur des Fédérés par Daniel KELLER, Grand Maître du Grand Orient de France.

 

• Allocution de bienvenue de l’adjoint au Maire du XXème arrondissement.

 

Discours de Daniel KELLER au Mur des Fédérés.

 

• Animation musicale devant la tombe de Jean-Baptiste Clément 1836-1903 (76ème division).

 

La Colonne d’Harmonie vivante de Dunkerque interprétera « Le temps des cerises ».

 

 

Le GODF invite les Sœurs et les Frères qui le souhaitent à porter leurs cordons. Les bannières des Loges sont également les bienvenues.

 

 

C'est en effet une tradition bien établie maintenant que les francs-maçon(ne)s du Grand Orient de France, se retrouvent le 1er mai au cimetière parisien du Père Lachaise pour rendre hommage aux martyrs de la Commune de Paris de 1871.


De très nombreux francs-maçons tombèrent en effet sous les balles des versaillais durant la Semaine Sanglante qui mit fin dans un bain de sang à l'insurrection parisienne.


La Commune de Paris dura deux mois environ, du 18 mars 1871 jusqu'à la Semaine Sanglante (21 - 28 mai 1871). Cette insurrection contre le gouvernement issu de l'Assemblée nationale, qui venait d'être élue au suffrage universel, établit une organisation proche de l'autogestion pour gérer la ville.


Les francs-maçons des loges de Paris et de la banlieue furent très actifs durant cette période. Environ le quart des élus de la Commune sont Francs-maçons.

 

Le 2 avril, l'une des premières mesures est la Séparation de l’Eglise et de l’Etat et la suppression du budget des Cultes. Le Frère Raoul Rigault se montre particulièrement actif dans la laïcisation des services publics, notamment des hôpitaux.


Le Frère Edouard Vaillant reste comme le véritable et éphémère fondateur de l’école laïque, dont il jette les bases par son arrêté du 22 mai, instituant la gratuité, créant les premières écoles primaires de filles et les collèges professionnels.


Les Frères Adolphe Assi et Benoît Malon proposent des coopératives de production. La solidarité envers les plus démunis trouve tout son sens dans l’interdiction des expulsions pour loyers impayés et le décret du Frère Jourde daté du 7 mai, permettant aux débiteurs de retirer du Mont de piété les objets de petite valeur, vêtements meubles, outils de travail.

 

Les exemples sont nombreux de mesures prises durant la Commune qui seront rapidement abolies par l'ordre réactionnaire de Mac-Mahon qui suivra bientôt... avant d'être reprises bien des années plus tard par d'autres francs-maçons (l'école laïque par le frère Jules Ferry ou la séparation de l'Eglise et de l'Etat par le frère Emile Combes).

FM-et-Commune-2.jpg


Les frères parisiens des deux principales obédiences d'alors, le Grand Orient et le Suprême Conseil (d'où sera issue la Grande Loge de France en 1894) sont unis : Les frères Jules Vallès ou Thirifoc par exemple, sont membres de loges du Suprême Conseil. Comme le jeune Gustave Mesureur (initié en 1869 à 22 ans, le même jour que Jules Vallès, à la loge "La Justice N°133" de la Grande Loge Centrale, placée la juridiction du Suprême Conseil de France du Rite Ecossais Ancien & Accepté) qui fondera la Grande Loge Symbolique Ecossaise en 1880.

 

Mais Gustave Mesureur, comme Charles Floquet, son frère de « La Justice 133 », sera du parti de la conciliation qui tentera d’éviter le bain de sang. Il assistera désemparé à la folie de la guerre civile et aux massacres.

 

Député, ministre puis Directeur de l'Assistance Publique, Gustave Mesureur sera plusieurs fois (de 1903 à 1910, de 1911 à 1913 et de 1924 à l'année de sa mort 1925) Grand Maître de la Grande Loge de France.

 

Beaucoup d'autres communards, à l'image de Jean-Baptiste Clément, Eugène Pottier (l'auteur de l'Internationale) ou Louise Michel, adhéreront plus tard à la Franc-Maçonnerie.

 

Mais il ne faut pas tomber dans la mythologie. L'adhésion de beaucoup de loges maçonniques parisiennes et surtout de loges de banlieue ne reflètent pas la réalité de la Franc-Maçonnerie française sur l'ensemble du territoire. La Commune n’est pas, loin s’en faut, une œuvre maçonnique. Bien au contraire et très majoritairement, la Franc-Maçonnerie a dénoncé les excès de la Commune et s’est désolidarisée d’elle.

 

Le Grand-Maître du Grand Orient de France en 1871, Léonide Babaud-Laribière, élu la même année (1871) Maire d'Angoulême et qui succède au Général Émile Mellinet (Grand-Maître du GODF de 1865 à 1870, lui-même successeur du Maréchal Bernard Pierre Magnan) n'est pas sur les barricades avec les insurgés... mais au contraire aux côtés d'Adolphe Thiers à Versailles avec la quasi-totalité du Conseil de l'Ordre du GODF.

 

Le 1er mai 1871, le Grand Orateur du Suprême Conseil, Malapert, protestait simplement — et à bon droit — dans une lettre adressées aux journaux parisiens, que le Rite écossais ne pouvait être engagé par « toutes résolutions arrêtées en dehors de la Grande Loge centrale ». Le Rite Ecossais, fidèle à sa tradition, laissait chacun libre de choisir selon ses opinions et ne prenait pas partie institutionnellement. Ce sont les seuls mots concernant la Commune qui émaneront du Rite Ecossais.

 

Le Grand-Orient de France alla beaucoup plus loin. Dès le 29 mai, au lendemain de la semaine sanglante (21-28 mai 1871 qui se terminât par le passage par les armes de 30 000  communards, sans compter les 3000 morts au combat) et de la  victoire de Versailles, une circulaire du Conseil de l'Ordre du GODF condamnait « absolument les manifestations auxquelles s'est livré ce groupe de Francs-Maçons, ou soi-disant tels, recrutés pour la plupart on ne sait où, et dont la majeure partie, nous sommes heureux de le constater, n'appartenaient pas à l'obédience du Grand-Orient ».

 

Le GODF fait ainsi allusion au grand nombre de francs-maçons qui, à l’image des frères Jules Vallès, Charles Floquet, Elie May, Thirifocq, Emile Eudes, Arthur Ranc, Gustave-Adolphe LeFrançais, le docteur Goupil, l’avocat Protot et bien d’autres communards, n’appartenaient pas au GODF mais bien à la Grande Loge Centrale du SCDF et étaient des francs-maçons écossais.

 

Le Grand-Maître du Grand Orient de France en 1871, Léonide Babaud-Laribière, élu la même année Maire d'Angoulême et qui succède au Général Émile Mellinet (Grand-Maître du GODF de 1865 à 1870 et qui a passé le temps de la Commune à Versailles avec Thiers) enfonce le clou.

 

Il qualifie, dans une circulaire aux Loges du GODF, publiée le 1er août  1871 dans le Bulletin Officiel du Grand Orient, le mouvement communard de «criminelle sédition qui a épouvanté l'univers, en couvrant Paris de sang et de ruines », et précise « qu'il n'y a aucune solidarité possible entre ses doctrines [du Grand Orient] et celles de la Commune, et que si quelques hommes indignes du nom de Maçons ont pu tenter de transformer notre bannière pacifique en drapeau de guerre civile, le Grand Orient les répudie comme ayant manqué à leurs devoirs les plus sacrés ».

 

Le nouveau Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil de France Adolphe Crémieux (il le sera de 1869 à sa mort en 1880) est lui aussi réservé sur l'insurrection communarde.

 

Néanmoins, le Suprême Conseil de France du REAA apparait alors (à tort ou à raison) comme l'obédience qui a résisté à l'Empire. En effet de 1860 à 1864, le Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil de France Jean-Pons Viennet, a lutté pied à pied pour maintenir l'indépendance du Rite Ecossais Ancien et Accepté contre le GODF et son Grand-Maître, le Maréchal Magnan, nommé par Napoléon III, qui voulait l’absorber.

 

Les loges parisiennes placées sous la juridiction du Suprême Conseil de France voient alors affluer les opposants au régime impérial. En effet le Grand Orient de France de Magnan, Mellinet et Babaud-Laribière est alors clairement l’obédience « officielle » du régime impérial oppresseur.

 

En tout cas, les francs-maçons seront dans les années suivantes à la pointe du combat pour l'amnistie des communards (qui adviendra en 1880), et seront ensuite les piliers de la IIIème République naissante.

 

Les francs-maçons du GODF célèbrent aujourd’hui ce que leur ancêtres de 1871 avaient très largement condamné.

 

Bien des idées de la Commune, sans le bain de sang de la Révolution et de la répression, seront, déchargées de leur potentiel violent, quelques années plus tard, intégrées au corpus républicain.

 

N’est-ce pas cela qui est célébré le 1er mai ?

 

En Franc-Maçonnerie tout n'est-il pas mythe et symbole ?

 

Et n'oublions pas que les soeurs de la Grande Loge Féminine de France rendront hommage à Louise Michel, ce 1er mai à 14 heures 30 au cimetière de Levallois-Perret. Une cérémonie à laquelle toutes et tous sont également conviés.

 

Jean-Laurent Turbet

 

 

° Pour aller plus loin :

 

° Le programme de la matinée au Père Lachaise.

 

° Le site du Grand Orient de France.

GODF : 1er Mai, Commune de Paris et Père Lachaise

Commenter cet article

aj Lacot 03/05/2015 11:01

Pourquoi cette manifestation ne s'arrête t-elle pas sur la tombe du F Jules Vallès au Père Lachaise? Pourquoi le Godf n'est-il pas à l'hommage rendu par le Glff à la S Louise Michel.
Le 29 Avril 1871, les FM défilaient sous la bannière d'une loge de Vincennes où étaient inscrits ces mots: " Aimons-nous les uns les autres" .... Une utopie , sans doute ...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents