Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


"Guide de l'Orient éternel", de Maurice Lévy.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 12 Juillet 2012, 11:19am

Catégories : #Chroniques de livres., #GLDF, #Livres, #Franc-Maçonnerie

GOE1Levy.jpg

Quel vrai bonheur que ce "Guide de l'Orient éternel" du toujours dynamique et truculent Maurice Lévy. Pour celles et ceux qui connaissent Maurice, vous retrouverez dans cet ouvrage son savoir, aussi grand qu'il est sans prétention, et sa verve légendaire. Pour celles et ceux qui ne le connaissent pas, vous allez la découvrir... avec bonheur! Et surtout ne vous fiez pas au titre ! Rien de sinistre dans ce livre, bien au contraire.

C'est un travail de titan que Maurice Lévy a réalisé. Il a recherché durant près de 6 années les tombes des francs-maçonnes et des francs-maçons français(es) illustres. Il les a photographiés et répertoriés par villes. Cela donne plus de 400 portraits sur près de 300 pages. Portraits ciselés d'une plume d'orfèvre!

Vous trouverez évidemment les portraits des francs-maçons les plus célèbres, Voltaire, Cambacérès, Victor Schœlcher, Philippe-Egalité, Jules Ferry, Emile Littré...

J'ai appris aussi que le cimetière de Nice est riche des tombes de Léon Gambetta (1838-1882) et de Joseph Garibaldi (1807-1882) qui fut initié en 1844 dans l'atelier « Les amis de la Patrie ». Il sera deux ans plus tard Grand Maître de la Maçonnerie italienne avant d'être nommé en 1881, peu de temps avant sa mort, grand Maître du rite de Memphis-Misraïm.

A Courson, dans l'Aude (entre Narbonne et Béziers) la tombe d'un homme que nous sommes nombreux à admirer beaucoup, Henri Tort-Nouguès, ancien Grand-Maître de la Grande Loge de France que Maurice Lévy appelle à juste titre « un Grand Maître d'exception », initié en 1964 au sein de la loge « L'Union des peuples ».

A Montignac en Dordogne, la tombe d'Eugène Le Roy (1836-1907), l'auteur de Jacquou le Croquant, initié à la loge « Les amis persévérants et l'étoile de Vésone réunis » à Périgueux.

A Bonzac en Gironde, la tombe du Duc Elie Decazes (1780-1860) qui présidera aux activités du Suprême Conseil de France durant près d'un quart de siècle (1838-1860).

Maurice Lévy n'oublie pas les membres de la Commune à l'image de Jules Vallès, révolutionnaire et écrivain ("L'enfant"). Comme le rappelle Maurice, « Jules Vallès a été initié à la Loge "La Justice" (du Suprême Conseil de France), N°133 à l'Orient de Paris, qui comprenait entre autres membres, Charles Floquet, Gustave Mesureur, Ranc, Raspail, Brisson, Goupil... il n'y a pas de hasard » (p262).

Gustave Mesureur justement, enterré au père Lachaise, dont Maurice Lévy nous dit dans son livre que la tombe est laissée à l'abandon. Pour celui qui fut en 1901 le premier président du parti Radical (ministre, député, directeur général de l'assistance publique), et qui fut à l'origine de la création en 1880 de la Grande Loge Symbolique Ecossaise et qui fut à plusieurs reprises (de 1903 à 1910, de 1911 à 1913 et de 1924 à sa mort en 1925) Grand Maître de la Grande Loge de France cette situation était tout simplement indigne. C'est pourquoi Alain-Noël DUBART, le passé Grand-Maître de la Grande Loge de France m'a fait savoir que la tombe de Gustave Mesureur avait été restaurée au début du mois de juin 2012 par la GLDF. Une très bonne nouvelle donc pour ce grand homme que fut Gustave Mesureur !

Par association d'idée j'ai une pensée pour Gérard Berliner (1956-2010), le compositeur et chanteur de « Louise », enterré lui aussi au Père Lachaise, et qui avait été initié à la Loge « Gustave Mesureur » de la Grande Loge de France.

Maurice Lévy n'a pu trouver la tombe de nombreux francs-maçons dont il aurait aimé dresser le portrait dans son livre. Je pense notamment à Albert Lantoine (1859-1949), écrivain et historien de la Maçonnerie, membre de la Grande Loge de France et précurseur du réveil spirituel de l'Ordre. Il réveille à cet effet la loge "Le Portique" à la GLDF pour recharger spirituellement le Rite Ecossais Ancien & Accepté à la Grande Loge de France. Je pense aussi à Michel Dumesnil de Gramont, Grand-Maître de la Grande Loge de France et Grand Orateur du Suprême Conseil de France, qui obtint du Général de Gaulle à Alger en 1943 l'abolition des lois de Vichy qui interdisaient la Franc-Maçonnerie.

Une pensée lumineuse pour « Tito », Albert Chevrillon (1922-2004), Souverain Grand Commandeur du Suprême Conseil de France de 1978 à 1990 qui « fut un médecin réputé, un franc-maçon exemplaire et respecté, un homme d'une grande droiture à l'intelligence vive, au comportement rigoureux et dont le discours clair et cohérent n'était pas dépourvu d'humour... » (p289).

Maurice évoque évidemment la vie de nombreux francs-maçon(e)s que je ne peux tous citer ici de façon détaillée: Maria Deraismes, Louise Michel (enterrée au cimetière de Levallois-Perret), Madeleine Pelletier (toutes deux initiées à la Grande Loge Symbolique Ecossaise Maintenue et Mixte), La Fayette, Eugène Pottier (l'auteur de l'Internationale), Rouget de l'Isle (l'auteur de la Marseillaise) et bien d'autres!

Maurice Lévy souhaite donc que des personnes qui savent où se trouve la tombe de francs-maçon(ne)s qui ne figurent pas dans ce livre prennent contact avec lui afin qu'il les intègre dans une prochaine édition.

Je me permets dans ce cadre, de lui recommander une visite au cimetière de Pantin où il trouvera la tombe de François Collaveri. Membre de la loge « Jean Jaurès » de la Grande Loge de France, membre du Suprême Conseil de France, 33ème du REAA, il fut Résistant et Préfet de Marseille après la guerre (c'est lui qui octroya l'asile au nom de la France aux exilés de « l'Exodus », asile que ceux-ci refusèrent après l'en avoir remercié). Il est également historien de la Maçonnerie, auteur de « La Franc-Maçonnerie des Bonaparte » (préfacé par Georges Dumézil - qui lui est répertorié à la page 20 du livre) et de « Napoléon Empereur franc-maçon » (préfacé par Jean Tulard). Il est le fils d'Ezio Collaveri, maire de Pantin dans les années 50, membre de la loge « L'Equité » du Grand Orient de France, qui viendra fonder la loge « Jean Jaurès » à la Grande Loge de France en 1917, puisque le Conseil de l'Ordre du GODF, favorable à l'Union Sacrée à cette époque, avait refusé la création de cette loge pacifiste au sein du GODF. 

En bref, ruez-vous chez votre libraire dès la sortie du livre de Maurice Lévy! Il vous fera passer un excellent été (un bel automne et un merveilleux hiver). 

Voilà un livre qui trouvera naturellement sa place dans votre bibliothèque parmi les livres de référence! Un livre à lire absolument! Et un grand merci à Maurice Lévy pour ses 6 années de recherches actives qu'il peut enfin nous faire partager.

 

Jean-Laurent Turbet

 

° L'auteur :

Maurice Lévy est franc-maçon de la Grande Loge de France. Il a été initié en 1989 au sein d'une des plus anciennes loges de la GLDF, la loge N° 66, "Les Philanthropses Réunis", à l'Orient de Paris, dont il a été le Vénérable Maître.

Ancien Conseiller Fédéral il est actuellement, et depuis plusieurs années, le Président de la Commission des Droits de l'Homme et du Citoyen de la Grande Loge de France.

Il a reçu en 2011 la Médaille d'Or de la Grande Loge de France, distinction habituellement réservée aux anciens Grands-Maîtres.

 

° Le Livre :

Guide de l'Orient Eternel

de Maurice Lévy.

Publié aux Editions Dervy

Juillet 2012

23,90€

 

° Le mot de l'éditeur :

Ce guide foisonnant n’a pas d’équivalent à ce jour.

Il vous invite à découvrir au fil de ses pages, outre l’emplacement de leur sépulture, les biographies de près de cinq cents hommes et femmes ayant appartenu à la franc-maçonnerie, toutes obédiences confondues…

Plusieurs années de recherches hexagonales à travers des promenades nécropolitaines ont permis de situer la dernière demeure de beaucoup de célébrités mais aussi d’inconnus qui se sont distingués par des œuvres ou des actions qui mériteraient de les faire sortir de l’oubli…

Sublime ou dérisoire, épique ou simplement pittoresque, attendrissant et parfois cruel, chacun d’entre eux mérite votre attention… et aussi votre indulgence !

Pour ceux qui ignorent que le président Doumergue est le seul chef d’État français non catholique depuis Clovis; que Fouché, pour économiser les balles, attachait à Lyon les prisonniers en gerbe pour les exterminer au canon ; que le « Beau Brummel » a « inventé » la cravate noire faute de pouvoir payer sa lingère, pour tous ceux-là, bonnes découvertes… et bonne lecture !

° Pour aller plus loin :

° Le site des éditions Dervy.

° Le site de la Grande Loge de France.

° La Commssion des droits de l'homme et du citoyen, de la Grande Loge de France.

° Le livre sur Amazon.

° Le livre sur le site de la Fnac. 

 

 

 

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents