Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Quel avenir pour la franc-maçonnerie ?

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 17 Octobre 2006, 14:12pm

Catégories : #Chroniques de livres.

Vu sur le site du Monde. Article de Xavier Ternisien à propos du livre "Pour retrouver la parole" d' Alain Bauer, Roger Dachez, Bruno Etienne, Michel Maffesoli, La Table ronde, 176 pages, 16,50 €:

 

En 2005, Alain Bauer publiait un livre décapant sur le Grand Orient de France, Le Crépuscule des frères, la fin de la franc-maçonnerie ? (La Table ronde). L'ancien grand maître évoquait alors une "crise existentielle". Un an plus tard, il poursuit le débat. Il laisse s'exprimer des spécialistes de la franc-maçonnerie, dont certains ne partagent pas bon nombre de ses options idéologiques. C'est le cas de Bruno Etienne, professeur de science politique à l'Institut d'études politiques (IEP) d'Aix-en-Provence, franc-maçon affiché, et surtout l'un des principaux critiques des évolutions en cours au Grand Orient.

M. Etienne s'interroge de manière iconoclaste sur le rôle réel de la franc-maçonnerie dans la vie politique. Souvent, en effet, les loges se flattent d'avoir permis l'adoption de telle ou telle loi : "Certes, les loges étudient les "questions sociales", écrit-il. Mais quel impact peut avoir une médiocre synthèse sur le reste de la société, qui, d'ailleurs, considère moins les frères comme une chambre de réflexion que comme une mafia ?"

La franc-maçonnerie se gargariserait d'une influence et d'un passé prestigieux, qui ne correspondraient que très partiellement à la réalité. Bruno Etienne revisite l'histoire, rappelle que, sous la Commune, les frères étaient "beaucoup plus nombreux chez les versaillais que sur les barricades". L'historien Roger Dachez constate, lui aussi, que la maçonnerie a "toujours eu un problème avec l'histoire", soucieuse de se rattacher à une origine mythique !

Pour autant, à sa façon, Bruno Etienne se rattache lui aussi à ce grand récit des origines. Il persiste à voir dans la maçonnerie une voie initiatique. "Voie" s'entendant ici au sens de spiritualité, au même titre que les soufis parlent de la tariqa, les Chinois du tao, les Japonais du do.

L'universitaire s'en prend vivement à ceux qu'il appelle les "clubistes", les "consommateurs de maçonnerie", qui cherchent dans les loges un lieu de rencontres ou un réseau d'influence, au mépris de la tradition, au sens noble du terme. Entre "les partis politiques obsolètes, les Eglises raidies et les nouveaux mouvements religieux et sectes", elle pourrait jouer le rôle d'une "spiritualité laïque", à une époque où l'on assiste à "un embourbement de la raison". L'universitaire invite aussi les loges à modifier leur regard sur la laïcité à la française, qui n'est pas un absolu, mais "un accident de l'histoire".

Pour sa part, Alain Bauer avoue qu'il n'est pas d'accord avec Bruno Etienne sur de nombreux points, dont ce dernier. Il admet toutefois que la laïcité ne doit pas être "une excuse à l'ignorance". L'ancien grand maître ne peut que déplorer le silence de la franc-maçonnerie sur la crise des banlieues, l'immigration, l'Europe après le non à la Constitution.

Pour lui, la franc-maçonnerie a vocation à être "une puissance spirituelle et morale, (...) à condition d'en être digne". Aux dernières nouvelles, Alain Bauer, qui avait claqué la porte du Grand Orient, vient d'y revenir.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents