Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Immigration : Les protestants de France s'engagent !

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 8 Juillet 2006, 18:02pm

Catégories : #Protestantisme

Voici deux articles qui reflètent bien les inquitétudes des protestants de France concernant la politique de l'immigration suivie actuellement.

Pour soutenir vous aussi l'action de la CIMADE contre les expulsions, rendez-vous sur le site assezdhumilition.org, signez la pétition, faites un don et agissez !


 Immigration: l’Eglise réformée de France s’engage

par Ricardo Matalbert vu sur le site de aleloo.com

Le Synode national a dit son inquiétude à propos de la situation des étrangers en France, du durcissement des lois comme des méthodes parfois inhumaines employées dans la lutte contre l'immigration clandestine, en s'associant ainsi à celles et ceux qui rappellent avec force que...

"l'homme doit toujours être au cœur de nos choix et la loi doit toujours viser à protéger les plus faibles"

..l'homme doit toujours être au cœur de nos choix et que la loi doit toujours viser à protéger les plus faibles. Il a en particulier demandé au Conseil national d'être attentif à la campagne lancée par la Cimade pour changer notre regard sur les migrants.

En 1998 déjà, à la suite des débats sur le thème "Etranger-étrangers" qui avaient eu lieu dans nos Eglises, le Synode avait tenu à affirmer que la présence d'étrangers parmi nous n'était pas seulement un problème ou une menace, mais d'abord une réalité positive, importante et nécessaire pour nous-mêmes. Chacun peut reprendre et méditer les convictions alors affirmées (décision 30 - extrait) :

Nous avons besoin des étrangers pour nous exprimer et nous assumer dans notre identité de chrétiennes et de chrétiens : ils nous rappellent la part d’étranger qu’il y a en nous-mêmes et en Dieu. Nous affirmons que les discours et attitudes racistes et xénophobes, qui diabolisent l’étranger et le rendent responsable de tous les maux et désordres, sont radicalement incompatibles avec l’ouverture et l’accueil que prône la foi chrétienne. Nous rejetons l’idéal de la pureté parce qu’il nous asservit ; en revanche, nous considérons comme enrichissant le métissage de nos identités, la diversité de nos racines, de nos communautés et de nos nations.

Cette conviction n'a pas perdu de son actualité pour intervenir dans les débats actuels, en nous gardant certes de tout "angélisme", mais aussi et surtout en suscitant notre vigilance sur tout ce qui concerne le respect de chaque personne humaine (le Synode national 2005 a rappelé que l'affirmation de "la valeur inconditionnelle de chaque personne devant le Dieu de Jésus-Christ" est "au cœur de la foi chrétienne") et notre engagement pour tout ce qui va dans le sens de la pratique d'un véritable accueil et de plus de justice dans les échanges internationaux. Noussaluons ainsi et encourageons les décisions prises par notre pays pour la remise de la dette aux pays les plus pauvres.

En vous encourageant ainsi à l'attention, à la vigilance et au témoignage, je vous prie d'accepter, chers frères et sœurs, les bien fraternelles salutations des membres du Conseil national.

Pasteur Marcel Manoël, président du Conseil national.

Informations sur le lancement de la campagne de la Cimade : assezdhumiliation.org

Source(s) : FPF;FEDERATION PROTESTANTE DE FRANCE

Les articles de notre site peuvent être repris sur tout support intégralement ou partiellement à condition de mentionner le ou les auteurs et le site http://www.aleloo.com/. Merci de nous le signaler à chaque fois.


A lire également avec le plus grand intérêt le dossier Migration et Droit d'Asile de la Fédération Protestante de France dans le cadre de sa réflexion intitulée : Protestants en débat pour 2007. Voici ci-après l'introduction de ce débat sur l'immigration par Patrick Peugeot, Président de la CIMADE :

Dossier Migrations et droit d'asile

 (…) un pays se détruit lui-même s'il refuse le pluralisme, l'hospitalité, l'ouverture à l'autre.
La CIMADE est bien placée pour mesurer quel enrichissement, quel élargissement humains nous viennent de la présence sur notre sol de millions d'étrangers et dénonce la montée de l'égoïsme et de l'aveuglement nationaliste qui menacent présentement l'esprit et les structures du régime démocratique. Elle invite toutes les communautés à une ferme résistance spirituelle enracinée dans l'Evangile (…) 26 janvier 1985

Introduction : Un autre regard, un autre avenir

par Patrick Peugeot, Président de la Cimade

Une inquiétude commune est certainement à l’origine de diverses initiatives qui se rejoignent dans le but à atteindre et se répondent l’une l’autre.

En premier lieu, le 25 avril 2006, une lettre du Conseil des Eglises chrétiennes en France (CECEF) au Premier ministre rappelle que les migrations deviennent un sujet majeur de notre société, qu’«  elles constituent un véritable défi pour notre avenir et mériteraient d’être situées dans le cadre d’une politique globale de développement des pays du sud. »

En écho, le même mois, 50 associations chrétiennes lancent un appel « Ne transigeons pas avec le droit de l’étranger » et indiquent que «  en tant que citoyens et chrétiens, nous ne pouvons pas accepter la vision d’une société centrée sur elle-même. » Elles s’engagent, en conséquence, « à agir pour que notre société porte un autre regard sur l’immigration. »

Plus localement, les communautés chrétiennes de la région parisienne ont organisé une semaine œcuménique autour des sans papiers, du 5 au 9 juin, voulant, par ce geste, « exprimer une solidarité et une inquiétude partagées. »

Le synode de l’Eglise réformée, qui s’est réuni à Paris les 25, 26 et 28 mai 2006, s’est quant à lui inquiété :

  • du durcissement des lois concernant les étrangers (droit d’asile, atteintes au droit à la vie privée et familiale…) ;
  • de méthodes parfois indignes mises en œuvre en matière de lutte contre l’immigration irrégulière.

En juin 2006, la Cimade, constatant chaque jour le traitement indigne fait aux migrants et aux demandeurs d’asile, a décidé de lancer une campagne intitulée « Assez d’humiliation – les migrants sont notre monde », campagne qui se veut favoriser un autre regard sur les migrants et travailler à l’élaboration de nouvelles propositions.

Enfin, ce dossier « migrations et droit d’asile » est mis en oeuvre par la Fédération Protestante de France pour alimenter le débat et pour donner à tous des éléments pour chercher, approfondir, réfléchir, inventer. Car n’y aurait-il pas en effet à inventer dans ce domaine ? Ne sommes-nous pas prisonniers de nos habitudes de pensée ?

La situation des migrants dans notre pays se détériore toujours plus. La Cimade est bien placée pour le dire, elle qui accompagne ces personnes tout au long de leur parcours, jusque dans les centres de rétention où les étrangers sont placés avant leur expulsion.

Des personnes humiliées parce qu’assimilées à une immigration « subie ». Des populations stigmatisées. Des droits fondamentaux bafoués : droit d’asile qui se réduit comme peau de chagrin, qui s’externalise aux frontières de l’Europe, y compris vers des pays qui n’ont pas ratifié la convention de Genève ; droit de vivre en famille auquel on met toujours plus d’entraves.

Le discours politique exprime aujourd’hui un repli sur soi qui ne peut qu’être inquiétant pour l’avenir de notre société elle-même. D’une part, il est totalement irréaliste car on ne peut plus, à l’heure de la mondialisation, se recentrer sur son pré carré. Le faire croire est une contre-vérité. D’autre part, il ne permet pas de mettre en œuvre une vraie réflexion sur la migration.

Si tant de gens viennent, au risque de leur vie, se cogner aux frontières de l’Europe, croit-on vraiment que c’est en légiférant plus sévèrement qu’on les arrêtera ? Tant qu’il y aura cet écart, cet abîme entre les conditions de vie au Nord et au Sud, inévitablement, des hommes et des femmes auront la volonté de partir de chez eux pour construire une vie meilleure. Sans compter sur la déstabilisation structurelle qui est le quotidien de beaucoup de ces pays.

On estime actuellement le nombre de sans papiers entre 300.000 et 400.000 personnes. Sur 60 millions de Français, il n’y a pas là mesure à craindre l’invasion. En regard, on note une volonté politique de fermeté avec une mise en place d’objectifs chiffrés de reconduites à la frontière : 23.000 pour 2005 ; 25.000 pour 2006. Par suite, les arrestations se multiplient : des enfants arrêtés aux abords des écoles, des arrestations collectives ciblées par quartier. Les centres de rétention se spécialisent et s’ouvrent aux familles, On y voit désormais des enfants, des malades… Certains centres doublent leur capacité d’accueil. Et l’Europe mutualise ses forces en affrétant des charters pour les reconduites. On entre ainsi dans une logique de répression.

Les législations toujours plus restrictives produisent par ailleurs des effets néfastes. Outre le fait qu’elles poussent nombre d’étrangers à la clandestinité, alors même qu’ils peuvent être depuis de longue date en France ou qu’ils y ont établis des liens familiaux, elles fragilisent les bases mêmes de notre société.

A travers les migrations, ce sont les fondements démocratiques de nos sociétés qui sont en jeu. Non seulement les étrangers sont visés mais aussi l’ensemble des citoyens. Dans la manière dont on traite l’étranger aujourd’hui se profile notre avenir à tous.

Les chrétiens, parce que leur foi les pousse à considérer tout être comme un proche, un frère, ne peuvent qu’être habités par cette question :

  • D’une part dans une approche biblique, parce que le « Va, quitte ton pays » adressé par Dieu à Abraham et les épisodes comme la sortie d’Egypte ne peuvent que résonner à nos oreilles. La pérégrination d’un peuple vue comme symbole de l’exil de tout être humain sur cette terre, en quête d’un monde de justice et de paix.
  • D’autre part parce que l’accueil de l’étranger est inscrit dans la Bible et l’Evangile. Accueil et protection du plus faible, certes, mais aussi parce qu’aucune terre n’appartient à personne en propre mais à Dieu.

Il y a urgence à ouvrir un vrai débat sur la question. Je ne peux qu’inciter chacun d’entre nous à s’emparer de ce merveilleux outil que nous offre la Fédération protestante de France pour que nous puissions, collectivement, inventer une autre manière d’être ensemble, les uns avec les autres, partenaires les uns des autres. Il y va de l’avenir...

Patrick PEUGEOT

- juin 2006 -

Source : FPF

Je vous invite bien sûr à lire l'ensemble du dossier sur le site de la FPF

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents