Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Catholique & franc-maçon ?

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 6 Février 2009, 12:56pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie

Après les déclarations papales sur la réintégration programmée et voulue des catholiques intégristes, j'ai reçu beaucoup de mails qui posent la question de savoir si l'on peut encore être à la fois catholique et franc-maçon aujourd'hui.

J'avais déjà écrit sur ce bloc-notes quelques articles sur le sujet mais je vais donc essayer de "récapituler"...

J'allais dire, tout dépend d'abord de quel côté on se place.

Il convient de rappeler que du point de vue de la Franc-Maçonnerie, être catholique, être chrétien,
ne pose aucun problème particulier et ce toutes obédiences confondues.

A titre d'exemple nous pouvons lire sur son site, le point de vue de la Grande Loge de France : http://www.gldf.org/rubrique.php3?id_rubrique=6#ancre10
  :

 

"Faut-il croire en Dieu pour être Franc-Maçon ?"
" La Grande Loge de France travaille à la gloire du Grand Architecte de l’Univers, que nos rituels interprètent comme étant "un Principe Créateur". Les Maçons de la Grande Loge de France peuvent, dans leur for intérieur, appeler le Grand Architecte Dieu, Allah, Élohim, Principe Créateur, Etre Suprême, ou ce qu’ils désirent. Ils bénéficient ainsi d’une liberté absolue de conscience, car nul ne leur demande le sens exact qu’ils prêtent à cette formule. Il reste évident qu’il serait difficile de prétendre faire une recherche spirituelle si l’on ne croit pas à l’existence d’un monde spirituel.


"Est-il vrai que vous êtes excommuniés?"
" Nous n’avons jamais été excommuniés dans les faits, l’ancien droit canon étant presque toujours resté lettre morte en ce qui concerne la Grande Loge de France. D’éminents ecclésiastiques furent Maçons. D’ailleurs et depuis 1981, le nouveau droit canon ne mentionne plus du tout la Maçonnerie, seulement "les organisations qui oeuvrent contre l’Église", ce qui n’est pas du tout le cas de notre Grande Loge.


Voila du côté maçonnique. Du point de vue de l'église catholique il n'en est pas tout à fait de même.


Si des prélat avisés comme l'ancien évêque de Versailles (et bien d'autres heureusement) sont compréhensifs, il n'en reste pas moins que la position officielle de l'Eglise catholique reste la condamnation.


Le Concile de Vatican II a bien abolit le canon 23-35 qui condamnait la Franc-Maçonnerie en tant que telle.


La Sacrée Congrégation pour la doctrine de la foi s'est prononcée sur la Franc-Maçonnerie de façon récente en 1983. Rappelons qu'elle était alors présidée par un certain Cardinal Joseph Ratzinger.


La Sacrée Congrégation est très claire lors de sa déclaration du 26 novembre 1983. Il ne s'agit pas "d'excommunication" mais le fait d'être franc-maçon ne permet plus de recevoir la communions.


En voici le texte intégral à voir sur le site du Vatican : http://www.vatican.va/roman_curia/congregations
/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_
19831126_declaration-masonic_fr.html


"DÉCLARATION SUR L’INCOMPATIBILITÉ ENTRE L’APPARTENANCE À L’ÉGLISE ET LA FRANC-MAÇONNERIE


On a demandé si le jugement de l’Eglise sur les associations maçonniques était changé, étant donné que dans le nouveau Code de droit canonique il n’en est pas fait mention expresse, comme dans le Code antérieur.


Cette Congrégation est en mesure de répondre qu’une telle circonstance est due au critère adopté dans la rédaction, qui a été suivi aussi pour d’autres associations également passées sous silence parce qu’elles sont inclues dans des catégories plus larges.


Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise.


Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion. Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer sur la nature des associations maçonniques par un jugement qui impliquerait une dérogation à ce qui a été affirmé ci dessus, dans la ligne de la déclaration de cette Congrégation du 17 février 1981 (cf. AAS 73, 1981, p. 240-241: DC 1981, n° 1805, p. 349.


Voir aussi la déclaration de l’épiscopat allemand du 12 mai 1980, DC 1981, n° 1807, p. 444-448).


Le Souverain Pontife Jean-Paul II, dans l’audience accordée au cardinal préfet soussigné, a approuvé cette déclaration, qui avait été délibérée en réunion ordinaire de la Congrégation, et en a ordonné la publication.


A Rome, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, le 26 novembre 1983.


Joseph, card. RATZINGER, Préfet + Fr.


Jérôme Hamer, O.P.Secrétaire "


Opinion reprise d'ailleurs naturellement reprise - et c'est normal puisque c'est la position officielle de l'église catholique - par de nombreux évéques et prêtres, dont L'évèque du Puy-en-Velay à qui l'ont demandait si l'on pouvait être catholique et Franc-Maçon : la réponse est évidemment non : http://catholique-lepuy.cef.fr/evek/questions2a.htm


Voir également les textes condamnant la Franc-Maçonnerie sur d'autres sites catholiques, dont - au hasard - celui intitulé "Enseignements pontificaux sur la Franc-Maçonnerie": http://www.spiritualite-chretienne.com/Papes/franc-maconnerie.html


Bien entendu, le Benoît XVI d'aujourd'hui ne déjuge pas le Cardinal Ratzinger d'hier. Sa vision pour le moins traditionaliste du catholicisme (pour employer un doux euphémisme), le raidissement doctrinal de l'église catholique, commencé sous Jean-Paul II et continué sous Benoît XVI, n'incite pas à penser que l'église de Rome adoptera une position plus modérée dans les années à venir.


Néanmoins la position du Pape et de la hierarchie catholique n'est - fort heureusement - pas appliquée à la lettre et de nombreux catholiques - y compris pratiquants - sont francs-maçons.


Notons que du côté protestant la question ne s'est jamais posée en ces termes en France. L'Eglise Réformée de France comme la Fédération protestante de France ou l'Alliance Luthérienne n'ont jamais émis de condamnation de la Franc-Maçonnerie.  Au sein du monde protestant, seuls quelques groupes maginaux (mais parfois virulents), issus du mouvement évangélique (à l'image de ce qui se passe aux Etats-Unis), condamnent la maçonnerie.


Il faut donc dire clairement que du côté des obédiences maçonniques la réponse est OUI, on peut être catholique et Franc-Maçon. On peut d'ailleurs être également  protestant, juif, bouddhiste, musulman, hindouiste, agnostique, athée ou tout ce que l'on veut...


Le problème des croyances est laissé à la libre appréciation de chaque membre.


Pour aller plus loin :


° "Peut-on être chrétien et Franc-Maçon?", de Mgr Dominique Rey, sur ce site.

° Peut-on être chétien et franc-maçon? (suite), sur ce site.

° L'extrême-droite catholique anti-IVG va manifester devant le GODF, sur ce site.

° Protestantisme & Franc-Maçonnerie, sur ce site.


Commenter cet article

Axel 30/08/2010 12:45



Je pense que la question est un peu plus compliquée que ce que vous laissez entendre. Citer l'épitre aux Gallates est effectivement adapté. On le sais, c'est de cet épitre que vient la fameuse
poignée de main des francs maçons.


Dans cet épitre St Paul n'est pas en rupture avec la loi de Moïse. Il explique simplement que la loi expose sa propre limitation. C'est une démarche épistémiologique liée à la
question trinitaire.


L'Eglise catholique a largement réformé sa doctrine sur le credo de Nicée-Constantinople en y incorporant (depuis Charlemagne) les conceptions accaciennes et mêmes celles de Pélage. Celà peut
apparaitre paradoxale, mais explique à la fois la rupture avec le judaïsme orthodoxe (l'élection), le grand chisme (la trinité de Constantinople) et la réforme (le salut).


L'orthodoxie et la réforme, c'est une négation de la trinité catholique c'est à dire telle qu'elle résulte du credo de Nicée et des modifications opérées lors du concile de Tollède et par le
concile d'AIx-la-Chapelle de (809).


De plus, les deux sont également en rupture selon moi avec le caractère "apostolique" du fait de leur approche de la question du Salut (comme l'élection dans le judaisme).


La franc-maçonnerie s'est formée du fait de la disparition des confréries catholiques. En premier lieu, elle a fait le choix de l'élection (car l'initiation distingue le profane de l'initié)
et donc elle est la négation de la démarche apostolique. En outre, si le choix d'une épistémiologie accacienne était clairement affirmée dans les rites anciens (l'équerre et le compas ne sont pas
complets : c'est le coeur de l'enseignement de la FM), la dérive "calviniste" (qui est un retour évident vers la trinité de Constantinople) de la FM puis la rupture de la plupart des loges avec
la "régularité" fesant, au fil du temps, de la FM des clubs-services dévoués à des intérêts particuliers font que la position du Saint-office est justifiée.


La FM n'est pas "catholique" et "sainte" au sens de l'universalité; elle ne reconnait plus le credo catholique et surtout, elle ne s'incrit pas dans la démarche apostolique essentielle. On
ne peut donc être catholique et FM aujourd'hui.


De plus, dire que la FM est tolérante et ouverte contrairement à l'Eglise catholique ne peut que préter à rire : la FM depuis le milieu du 18ème siècle à tout fait pour la disparition de
l'Eglise catholique en usant de tout le pouvoir que lui procure le "secret" qui est tout sauf une démarche démocratique et apostolique.


La réflexion des premiers francs-maçon était conforme à la tradition catholique. Il existe encore des FM aux intentions louables même si selon moi l'épistémiologie FM est aujourd'hui erronée.


Pour ceux qui (plus généralement en province mais il ne faut pas stigmatiser les loges provinciales) observent l'action de la FM, ils ne peuvent que constater hélas quotidiennement
le coté souvent "cloche-merde" de la FM qui est sous couvert d'humanisme hypothétique et de secret revendiqué participe aux "petits arrangements entre amis de bonne naissance".


Mais c'est juste mon avis.  



Arno 21/04/2009 16:01

Votre conclusion est bien différente de la mienne. Comme c'est étrange!

Damien 19/02/2009 09:23

Une précision cependant : la franc-maçonnerie traditionnelle demande de croire en Dieu (quel que soit le nom qu'on lui donne). Ce qui est incompatible avec l'agnostisme ou l'athéisme.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents