Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Notre frère Antoine Sfeir a rejoint l'Orient Éternel...

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 1 Octobre 2018, 09:08am

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #GLDF, #Sfeir

Notre frère Antoine Sfeir a rejoint l'Orient Éternel...

C'est une bien triste nouvelle apprise tôt ce matin.

Antoine SFEIR, le journaliste, le militant, celui qui avait connu l'enfer et qui était le défenseur infatigable de la Liberté nous a quitté cette nuit.

Antoine Sfeir est né le 25 novembre 1948 à Beyrouth. Chrétien maronite Il était un journaliste de talent, reconnu et présent sur nombre de plateaux de télévision pendant des années dès qu’il était question du Moyen-Orient.

La maladie l’avait écarté de la vie publique depuis quelques années.

Directeur emblématique des Cahiers de l'Orient, il présidait également le Centre d'études et de réflexion sur le Proche-Orient (Cerpo) et a enseigné les relations internationales au CELSA. Depuis septembre 2014, il était président de l'ILERI (Institut libre d'étude des relations internationales).

Antoine Sfeir a longtemps été journaliste à l’Orient le Jour dont il a dirigé le service étranger entre 1968 et 1976.

En 1976 il est enlevé par une milice palestinienne aux ordres d’Hafez El Hassad et il est torturé pendant sept jours; baïonnette dans le dos, coups de crosse sur les doigts et dans la mâchoire, ongles arrachés … qui lui laisseront de nombreuses séquelle. Son visage meurtri, portant les stigmates de la torture, était reconnaissable entre tous.

En 1985 il fonde Les Cahiers de l’Orient, revue trimestrielle traitant de l’Islam, du Proche et du Moyen Orient. Indiscutablement son œuvre majeure.

Jusqu'en 1989, il reste journaliste à La Croix et au Pèlerin. C'est également un collaborateur du journal Le Point, du Quotidien de Paris, de L'Événement du jeudi, ainsi que des revues Études, Esprit, Afrique et Asie Moderne et Politique internationale.

Il était bien connu du grand public grâce à ses analyses sur l’Islam et le monde arabe que ce soit à la radio (Europe 1, BFM Business) ou à la télévision (France 24, iTélé, BFM TV) Il est régulièrement l'invité d'Yves Calvi dans l'émission C dans l'air.

La pertinence et la clarté de ses analyses, sa connaissance encyclopédique de la Région en faisaient un commentateur privilégié et important. Sa pensée nous manquera cruellement.

Mais ce que ceux qui l’ont connus – et j’ai eu l’honneur, le bonheur et le plaisir d’être de ceux-là – retiendront en premier c’est sa grande gentillesse, son humanisme et sa fraternité sans faille. Son cœur était généreux et toujours ouvert à ses amis.

Antoine Sfeir était également membre de la Grande Loge de France. Sa fille Marie-José a autorisé à ce que nous parlions de son appartenance à la Franc-Maçonnerie en précisant que « non ce n’est pas un secret et ça fait partie de son humanité ». Ses frères se souviennent en effet d’un maçon particulièrement chaleureux et fraternel. C’est le souvenir que je garde aussi de lui. Notre frère Anthony que j’ai eu ce matin au téléphone et qui connaissait bien Antoine est lui aussi effondré par cette nouvelle, même si nous nous étions peu à peu préparés à cette échéance fatale…

C’est d’Antoine chaleureux et fraternel, à l’intelligence vive, à la connaissance précise et à l’analyse toujours pertinente que nous nous souvenons tous.

Notre frère Antoine Sfeir a en effet été initié le 14 mars 1997 au sein de la loge N°173 « L’espérance fraternelle » de la Grande Loge de France. Il avait également participé à la fondation de la loge « Henri Tort-Nouguès », ainsi qu’à la fondation de la Loge Nationale de Recherche « Marquis de la Fayette » à la demande du Grand Maître de l’époque, Alain-Noël Dubart, 1er Vénérable Maître de la Loge.

Antoine a fait sa dernière planche l'année dernière à l'Espérance Fraternelle.

Antoine Sfeir était également membre de la loge de Perfection « La Perfection Latine » (loge à laquelle avait appartenu aussi Pierre Brossolette avant-guerre) de la juridiction du Suprême Conseil de France.

C’est la perte d’un frère exceptionnel que nous pleurons aujourd’hui. Exceptionnel par son intelligence comme par sa gentillesse et sa fraternité.

Gémissons, Gémissons, Gémissons, mais espérons.

Puisse le Grand Architecte l’accueillir avec bonté en cet Éternel Orient qui est notre futur commun.

L’Orient qui a tant compté dans la vie d’Antoine Sfeir…

Jean-Laurent Turbet

 

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas
l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen pose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen pose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

yonnel ghernaouti, YG 03/10/2018 06:10

G, G, G mais E

yonnel ghernaouti 01/10/2018 18:24

Gémissons,
Gémissons,
Mais espérons !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents