Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Alain Bernheim : Régularité et reconnaissance. Un propos éclairant après « les promesses de l’aube ».

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 13 Octobre 2013, 23:12pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie

Alain BerheimRégularité et reconnaissance… voici deux termes qui font couler beaucoup d’encre en ce moment.

Je suis une nouvelle fois très heureux (et fier) qu’Alain Bernheim choisisse mon bloc-notes pour publier une mise au point à la fois circonstanciée et précise, notamment à l’endroit des auteurs du livre récent « Les promesses de l’aube », Alain Bauer, Michel Barat et Roger Dachez.

Pour celles et ceux qui ne le connaîtraient pas encore, Alain Bernheim est l’un des tous meilleurs historiens de la Franc-Maçonnerie, en France et dans le monde. La qualité et le sérieux de son travail sont reconnus en France bien entendu, mais également en Angleterre et aux Etats-Unis et dans tout le monde anglo-saxon où ses travaux sont publiés.

Initié au Grand Orient de France en 1963, Alain Bernheim appartient aujourd’hui à la Grande Loge Suisse Alpina (Masonry Universal No. 40), à la Grande Loge Régulière de Belgique (PM d’Ars Macionica No. 30 )  et à la Grande Loge Unie d’Angleterre.

A la Grande Loge Unie d’Angleterre il est le premier français depuis 1894 à être élu membre actif de la loge très célèbre et justement renommée loge de recherche Quatuor Coronati No. 2076 de la GLUA qui fait référence en termes de recherche maçonnique, tant symbolique qu’historique. Une vraie performance !

Alain Bernheim est également est 33ème degré du REAA au sein du Suprême Conseil de la Juridiction Sud des États-Unis, Grand Capitulaire du Grand Prieuré de Belgique et membre de l’Ordre Royal d’Écosse.

Il a publié nombre d’ouvrages qui font autorité dont je vous recommande la lecture et notamment « Une certaine idée de la Franc-Maçonnerie », « Le rite en 33 grades, de Frederick Dalcho à Charles Riandey », un livre majeur sur le Rite Ecossais Ancien et Accepté, « Ramsay et ses deux discours » etc…

Alain-Bernheim---Hoyos-2.gif  Alain Bernheim & Arturo de Hoyos, Grand Archivist et Grand Historian du Suprême Conseil Juridiction sud des Etats-Unis, qui a préfacé certains de ses ouvarges.

 

Voici donc  le texte  qu’Alain Bernheim vient de me faire parvenir :

« Puisqu’on parle – et que l’on écrit beaucoup – depuis quelque temps sur la régularité et la notion de reconnaissance, les maçons expérimentés me pardonneront de rappeler à l’usage de mes jeunes Frères ce qu’ils savent (ou devraient savoir) depuis longtemps en laissant la parole à un orfèvre, anglais bien sûr, Sir James Stubbs, longtemps Grand Secrétaire de la Grande Loge Unie d'Angleterre. Voici ce qu’il écrivait il y a exactement trente ans :

« … la « régularité » […] est subjective et susceptible de recevoir plusieurs interprétations, […] la reconnaissance […] correspond à un état de fait.

Aucune Grande Loge ne peut être forcée de reconnaître une autre Grande Loge, même si elle est prête à admettre que celle-ci est régulière d'après ses propres critères d'appréciation.

Aucune Grande Loge ne peut exiger d'être reconnue; elle ne peut que demander à l'être et exposer ce qu'elle estime constituer les éléments d'un bon dossier.

Au contraire, si elle le désire, une Grande Loge peut rompre ses relations, c'est-à-dire ne plus reconnaître une autre Grande Loge si elle estime avoir une bonne raison pour cela. [...]

A mon avis il est aussi important pour la Grande Loge à qui une demande est adressée, de chercher des raisons pour ne pas accorder cette reconnaissance, que pour la Grande Loge qui la sollicite, de fournir des éléments pour que cette reconnaissance soit accordée. »

Autrement dit, écrire, comme le fait une brochure récente (note : Il s’agit du livre les « Promesses de l’aube », d’Alain Bauer, Michel Barat et Roger Dachez), « la régularité fut pendant longtemps une affaire purement administrative », est peut-être vrai, peut-être non, mais ne concerne pas notre siècle.

Lire dans la même brochure « Il y a un prix à payer pour devenir ‘’vraiment’’ [sic] régulier – c’est-à-dire reconnu par Londres, car la reconnaissance éventuelle par les seules “Grandes Loges’’ de l’Appel de Bâle ne mènera évidemment [sic] pas très loin… », fait preuve d’une sollicitude touchante, mais frise aussi la mauvaise foi, ce qui surprend sous la plume de deux anciens Grands Maîtres.

« Le cauchemar de la GLNF résonne comme une mise en garde : si nous n’y prenons garde, nous risquons de finir comme cela ». Remplaçons GLNF par GODF, la panique qui suscita cette brochure transparait.

Quant au troisième signataire, je ne pouvais m’empêcher de penser à lui en relisant le Journal de Jean Cocteau : « Le disciple fait ce que le maître évite de faire »

Alain Bernheim ».

PS : Alain Bernheim donnera le samedi 16 novembre 2013 à 10 heures 30, dans le cadre de l’Académie Maçonnique une conférence sur le thème « Le Rite Écossais Ancien et Accepté - Une singulière histoire. ». Une conférence évidemment à ne pas manquer (réservée aux maîtres maçon-nes)!

PS 2 : Alain Bernheim va publier en octobre 2013 son prochain livre, publié aux Éditions Dervy : « Les deux plus anciens manuscrits des gardes symboliques de la Franc-Maçonnerie de langue française ».

Un grand merci à Alain Bernheim pour ces précisions éclairantes…

Jean-Laurent Turbet

 

° Pour aller plus loin :

° Alain Bernheim et la censure, sur ce site.

° « Les promesses de l’aube », de Michel Barat, Alain Bauer et Roger Dachez, sur ce site.

° Alain GRAESEL (GLDF) : « Je ne suis pas d’accord avec Roger DACHEZ » , sur ce site.

° Les livres d’Alain Bernheim, sur Amazon.

° Le site internet d’Alain Bernheim.

° Académie Maçonnique : Programme 2013-2014, sur ce site.

 

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Metacryptic 12/04/2017 18:21

Si la crise qu'a traversée la GLNF est issue de la Reconnaissance (de la Régularité d'une Obédience), comme l'affirme Bernheim, ALORS c'est la démonstration la plus implacable de son intérêt.

Cuénod 14/10/2013 10:51


BAF Jean-Laurent, tout d'abord merci pour ton blogue qui est toujours intéressant. Ensuite, je suis un peu choqué par la présentation d'un F.: qui "appartient" à telle ou telle obédience. On
n'appartient pas à une obédience mais à une Loge. Je crains qu'en France, on l'oublie trop souvent. Seule la Loge détient le pouvoir d'initier qui se trouve au coeur de la démarche
maçonnique. Tout le reste n'est que littérature, bonne ou mauvaise. Avec ma tr.: acc.: frat.: Jean-Noël

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents