Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


"Abd el-Kader et la Franc-Maçonnerie", de Bruno Etienne

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 1 Juillet 2008, 13:59pm

Catégories : #Chroniques de livres., #Franc-Maçonnerie, #Etienne, #Islam, #Soufisme, #Abdelkader, #Histoire

 

Il y a des livres qui sont de petits joyaux. "Abd el-Kader et la Franc-Maçonnerie" de Bruno Etienne en est un.

Pourquoi Bruno Etienne a t-il écrit ce livre? Parce que ses précédents ouvrages sur Abd el-Kader (voir la liste à la fin de l'article) indiquant l'appartenance maçonnique de l'Emir à la Franc-Maçonnerie, ont provoqués un tollé chez bon nombre d'auteurs musulmans.

Des "intellectuels" se sont élevés avec vigueur pour dénoncer cette forfaiture. Comment le libérateur de l'Algérie aurait-il pu être membre d'une organisation selon eux pro-sioniste et anti-musulmane?
(Lire l'extrait du livre, plus bas). Les  critiques - bien peu historiques - ont donc fusées.

Nous voyons là les dégâts ravageurs d'un durcissement théorique des tenants d'un islam intransigeant, aux antipodes de celui prôné par l'Emir.

" Ajoutons que les autorités de la Mecque mettent régulièrement en garde les musulmans (surtout les africains de l'ancien Empire fraçais) contre les risques et les dégâts commis par la maçonnerie; les tracts distribués reprennent l'ensemble de la thèse encore plus antisémite sur ce point : (...) " institution juive et sioniste qui glorifie le judaïsme et diffame le christianisme et l'islam (...) les juifs sont les dirigeants (...) le sionisme mondial a fait une exploitation criminelle de la franc-maçonnerie".
On trouve une foultitude d'exemples similiares dans la littérature islamique contemporaine sans compter que foisonnent partout au Proche-Orient différentes versions des "Protocoles des Sages de Sion", sans qu'aucun intellectuel arabe ne dénonce cette forfaiture.

Le livre de Bruno Etienne remet donc les pendules à l'heure. C'est bien au nom d'une autre vision de l'Islam, ouverte et tolérante, bienveillante envers tous les êtres humains, que l'Emir, en pleine connaissance de cause, a accepté d'être initié franc-maçon en 1864 par la loge "Les Pyramides d'Egypte" du Caire pour le compte de la loge "Henri IV", du Grand Orient de France. Il s'était bien renseigné avant de commencer sa démarche auprès de frères vivant à Damas comme Nâzif Meshaka et surtout Shanin Mâkarius, un franc-maçon libanais autour de plusieurs ouvrages sur l'Ordre.

L'Emir était pleinement, totalement musulman. Et c'est au nom de l'Islam qu'il pratiquait qu'il a associé sa démarche maçonnique. D'ailleurs 4 de ses 7 fils furent initiés francs-maçons.

L'auteur émet une hypothèse sérieuse sur le pourquoi de son initiation : " (...) c'est qu'Abd el-Kader avait évolué vers un cosmopolitisme musulman qui lui faisait négliger sa patrie provinciale(l'Algérie) au profit d'un Dâr al-Islâm, régénéré par l'apport occidental. Cette thèse est défendable losque l'on étudie la pensée de l'Emir, ses écrits de maturité et sa vie à Damas près de la tombe de son maître Ibn 'Arabî".

Il faut maintenant en venir à la seconde partie de l'Ouvrage intitulé "Soufisme et Franc-Maçonnerie". Le soufisme n'est pas une doctrine, comme le souligne Bruno Etienne mais "un état. Il représente le coeur vivant de l'Islam, la dimension intérieure de la Révélation. Il n'est en rien un occultisme, mais un chemin vers Dieu qui se présente à la fois comme extérieur et intérieur. Il est donc une voie initiatique pour celui qui, aspirant, est désiré, voie dans laquelle la relation maître/disciple permet la transmission régulière de l'influx spirituel".
Et lorsque Bruno Etienne parle de Franc-Maçonnerie il ne parle pas d'un "club", mais bien également d'une société initiatique traditionnelle.

La plupart des soufis croient également à l'égalité (l'unité transcendante) des religions; tout au moins admettent-ils  que chaque voie, chaque tradition spirituelle, peu mener l'homme à Dieu.

On reconnait, dans la grande tolérance de l'Emir, la pensée de son maître Ibn 'Arabî.

La voie initiatique de la franc-maçonnerie et la voie mystique du soufi peuvent parfois se rencontrer, à l'exemple de l'Emir. Mais il en vrai que des différences importantes subsistent entre les deux voies.

Et Bruno Etienne n'entend pas les minimiser. Pourtant : "Or, je dirais - pour faire court - que le soufisme, comme la franc-maçonnerie, apparait essentiellement comme l'illustration du "connais-toi toi même" socratique. C'est donc non seulement une méthode introspective, mais aussi une praxia, une orthopraxie, pratique vraie qui vise à supprimer les distorsions, les distinctions car sa finalité est l'union essentielle. Avec Dieu? Avec le Cosmos? Avec l'Un?"

Il faut rappeller tout de même que le soufisme en terre d'Islam comme la franc-maçonnerie en terre chrétienne, ont été persécutés par les "orthodoxes". Aujourd'hui encore, certains courants salafî ou wahhabî, qui prétendent représenter l'islam orthodoxe, cherchent à diminuer l'influence des confréries soufies dans le monde, le soufisme étant considéré comme un instrument pour sortir du cadre d'une forme d'orthodoxie stricte et littérale et, surtout, comme une dérive superstitieuse et, parfois, païenne.

Et Bruno Etienne conclue : "Ce qui compte à mes yeux, si j'ai bien compris le soufisme et la maçonnerie, c'est de parvenir à n'avoir plus besoin du Maître terrestre".


Un livre à lire de toute urgence !


Le mot de l'éditeur :

En ce bicentenaire de la naissance de l'émir 'Abd al-Qâdir ibn Muhyi al-Dîn al-Hassanî dit al-Jazâ'irî, il nous a paru opportun de faire le point sur certains aspects contestés de sa vie, si complexe, si dense, qu'elle a pu taire l'objet d'appropriations partisanes.

En ces temps troublés où l'Histoire est revisitée des deux côtés de la Méditerranée, les chercheurs, et particulièrement les historiens, ne peuvent accepter que les États leur indiquent comment ils doivent écrire et enseigner l'Histoire, surtout quand elle est nationalisée.

Mais l'étude des relations entre la franc-maçonnerie et le soufisme, à travers l'exemple exceptionnel d'Abd el-Kader, n'est pas chose simple. En effet, celle-ci doit s'appuyer à la fois sur la d'alimentation historique et sur le vécu, la sensibilité et la discrétion propres aux adeptes des voies spirituelles et initiatiques. C'est pourtant ce défi que tente de relever ici un auteur qui revendique le droit à une sorte de schizophrénie professionnelle : être rigoureux dans la documentation proposée mais en sachant que tout n'est pas accessible à la connaissance médiatisée par la seule science ou la raison.

Ce pari est fondé sur la posture d'un chercheur talonné par le vécu du cherchant qu'il est aussi.
Puisse cette expérience périlleuse être comprise comme elle est proposée, pour mieux approcher toute la complexité de l'aventure humaine.


Extrait du livre :

Plusieurs années après mes premiers travaux sur l'Émir magnanime, il nous a paru intéressant, pour fêter le deuxième centenaire de sa naissance, de faire le point sur un sujet contro­versé dans la mesure où mes thèses et documents ont posé problème à certains Algériens, et aussi parce que nous avons une meilleure connaissance aujourd'hui de ce sujet grâce à de nombreux écrits universitaires, au titre desquels je citerais la thèse de Thierry Zarconne en particulier, celle d'Éric Anduze, ainsi qu'un numéro spécial de la revue Les Cahiers de l'Orient et un autre tout aussi intéressant des Cahiers de la Méditerranée.

Par ailleurs, quelques voyages au Liban et en Syrie m'ont permis d'accéder à de nouveaux documents et de rencontrer des personnes, dont des «frères» arabes, qui m'ont conforté sur certaines de mes positions.

À chacune de mes conférences sur l'Emir, la question m'était posée de sa relation avec la maçonnerie et, alors qu'en Syrie cela donnait lieu à des avancées sur le plan historique, en Algérie c'était toujours sur le ton polémique car la conception d'une histoire nationalisée, mâtinée d'un islamisme utilisant largement le thème/mythe du complot judéo-maçonnique, prévaut encore dans ce pays traumatisé.

Ainsi un intellectuel a-t-il écrit un livre entier pour démontrer que je n'ai rien compris à l'islam, ni à Guenon, ni même à la franc-maçonnerie et surtout que mes hypothèses sont fausses parce que impensables. L'argument est en effet strictement téléologique. Je résume sa thèse : «Étant donné ce que nous savons de l'Émir, il lui était impossible d'adhérer à une secte satanique, levier de l'athéisme et de la subversion mondiale et donc les documents fournis par Etienne sont des faux malveillants

Cet universitaire ajoute même que la présence de la signature et du sceau de l'Émir sur les lettres produites ne constitue pas une preuve et d'ajouter : «Voilà une limite plutôt fâcheuse de la manie du document.» Drôle de conception de l'histoire ! Mais ce nationaliste «guénonien» est - si je puis m'exprimer ainsi - battu par plus radical que lui : une certaine «princesse» Amîra Badî'a al-Jazâ'iriyya, arrière-petite-fille de l'Émir, a publié à Damas un ouvrage pour démontrer qu'il n'était pas «soufi» et que son oeuvre principale, le Kitâb al-mawâqif (Livre des haltes), n'est qu'un faux grossier qui lui est attribué à tort. Il est vrai que cette dame était liée par son fils aux Wahhabites dont on sait l'attrait pour le tassawuf (soufisme)... et la maçonnerie !


Sur l'auteur :

Bruno Etienne, Professeur émérite des Universités, auteur de nombreux ouvrages sur le champ religieux, dont L'initiation, 2004, la Spiritualité maçonnique, 2006, aux Editions Dervy, et Heureux comme Dieu en France, Editions Bayard, 2005.



Les autres livres de Bruno Etienne sur Abd el-Kader :

° Abd el-Kader. Editions Hachette Pluriel Références. Janvier 2003. ISBN : 2012791174.

° Abd el-Kader le Magnanime. Gallimard. Collection Découvertes N° 431.
 ISBN : 2070767493

Pour aller plus loin :

@ Abd el-Kader : sur wikipedia.

@ Abd el-Kader : sur Facebook.

@ Soufisme.org : le site sur le Soufisme.

@ Terre de Paix : Une invitation au Soufisme.

@ Soufisme : sur Wikipedia.

@ Le Livre des Haltes : d'Abd el-Kader.

 

Commenter cet article

Camille Desmoulins 06/07/2008 12:51

Bonjour,C'est en compagnie d'un musulman que je me suis rendu aux portes ouvertes du Grand Orient de France il y a quelques semaines dans le cadre des journées du patrimoine.Nous avons été très agréablement surpris par l'ouverture d'esprit qui y régnait. D'ailleurs, nous avons été marqués par le fait que c'est un tableau représentant Abd el Kader qui fait face au grand temple (n'étant pas franc-maçon, le terme exact m'échappe...).Bonne journée

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents