Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


GODF : Orientations de travail pour 2012/2013.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 4 Septembre 2012, 15:38pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie

GulinoJoseph2.gifLe nouveau Grand-Maître du Grand Orient de France (GODF) Joseph (José) Gulino était à peine élu qu’il faisait connaître les grandes perspectives de travail de l’année à venir pour son obédience. Ce qui est, sommes toutes, logique, puisque elles donneront le "la" de l'année de travail pour les soeurs et les frères du Grand Orient de France.  

José Gulino se situe d’emblée dans les pas de son prédécesseur, Guy Arcizet. Celui-ci n’avait-il pas déclaré en effet,  lors de la conférence de presse de 6 responsables d’obédiences maçonniques françaises le 18 janvier 2012, que « la Franc-Maçonnerie est politique » ?

C’est au lendemain de son élection que le nouveau Grand-Maître a fait part des perspectives de travail qu’il entend donner aux frères et sœurs du GODF.

José Gulino rappelle tout d’abord qu’il est « socialiste depuis 30 ans ». Pour lui également, la politique est au cœur de la pensée et de l’action du Grand Orient de France.

Et ce sont des questions politiques et sociales qui feront l’objet des réflexions des membres du GODF.

Il souhaite tout d’abord une  « remise à plat des relations entre l'État et le monde financier ».

Il indique que pour le Grand Orient de France, « la laïcité ne s'applique pas seulement au domaine religieux », mais aussi aux volets « social et culturel ».

José Gulino développe son opinion devant les journalistes présents : « Nos prédécesseurs ont fait la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Désormais, nous souhaitons une remise à plat des relations entre l'Etat et le monde financier » , a-t-il expliqué face à quelques journalistes.

Enfin, il conclue sur ce thème en expliquant qu’ « aujourd'hui, on ne verrait pas un cardinal devenir Premier ministre. Eh bien, nous trouvons tout aussi choquant de voir le Premier ministre italien et le président de la Banque centrale européenne (Mario Monti et Mario Draghi) sortir de chez Goldman Sachs! ».

José Gulino a également indiqué que le Grand Orient de France se lance dans l’écriture d’un cahier de doléances que le GODF remettra à la fin de l’année 2012 au président de la République, au Premier ministre et aux parlementaires.

 

En ce qui concerne la laïcité, le Grand Orient de France était signataire avec une vingtaine d’association laïque, en juillet 2012 d’un texte où ces associations s’inquiétaient de la possible inscription dans la Constitution du Concordat d’Alsace-Mozelle (en 1905, lors de la séparation des églises et de l’état en France, l’Alsace-Lorraine était territoire allemand, depuis la défaite de 1870. Le Concordat Napoléonien de 1804 resta en vigueur et ne fut pas abrogé en 1918. Il a encore force de loi aujourd’hui sur ces territoires de la République Française).

Le GODF déclare  donc : « Nous sommes évidemment très favorables à l'engagement pris par le président de la République d'inscrire dans la Constitution le titre 1er de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat, et notamment son article 2. En revanche, nous ne pourrions accepter l'inclusion du statut particulier des cultes en Alsace et en Moselle dans notre loi fondamentale. Comment inscrire dans la Constitution le principe de séparation et son contraire, l’exception concordataire ? Avec beaucoup de spécialistes, nous pensons qu'une telle décision serait aberrante du point de vue juridique ».

Le Grand Maître du Grand Orient de France nous a également appris que le Gouvernement lui avait demandé l’avis de son obédience sur la Réforme de l’état en cours de discussion. Le GODF devrait prochainement faire part de ses propositions.

Par ailleurs José Gulino a évoqué la loi de bioéthique, dite « Léonetti », votée en 2005 et qui aurait dû révisée en 2011 (mais rien n’est sorti de ce processus de révision) :  Il déclare à propos de cette loi qu’« elle ne va pas assez loin. On s'honorerait à permettre [aux personnes qui le souhaitent] de pouvoir nous quitter en paix: c'est ma position et celle du Grand Orient de France ».

Enfin José Gulino indique qu’il est « à titre personnel, complètement favorable au mariage homosexuel ».

José Gulino doit agir vite pour laisser sa marque comme Grand-Maître du Grand Orient de France. Il ne dispose en effet que d’un mandat d’un an pour ce faire.

Et c’est tout à fait sciemment – peut-être pour se démarquer par avance de certaines orientations à venir au sein de la Franc-Maçonnerie française et pour bien réaffirmer la spécificité du Grand Orient de France – que le Grand-Maître du GODF propose exclusivement l’étude de questions politiques et sociales. Il reste ainsi, il faut le dire, dans la tradition historique du Grand Orient de France.

Les thèmes de travail de l’obédience sont ainsi bien fixés, par le Grand-Maître comme par le Conseil de l’Ordre pour l’année 2012-2013. Il reste maintenant à le décliner dans toutes les loges du GODF qui en feront leur programme de travail pour donner corps aux propositions que le GODF compte porter.

Bon travail à toutes les sœurs et tous les frères du Grand Orient de France.

 

Jean-Laurent Turbet

 

° Pour aller plus loin :

° Le site du Grand Orient de France.

° "GODF : José Gulino élu Grand Maître", sur ce site.

° « GODF : Les enjeux importants du Convent de septembre 2012 à Nice », sur ce site.

° « GODF : Déroulé du Convent de Nice 2012 », sur ce site.

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents