Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Tabliers et cordons bleus, tabliers et cordons rouges. Mais pourquoi donc?

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 20 Février 2015, 17:16pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #REAA, #GLDF, #Histoire

Tabliers et cordons bleus, tabliers et cordons rouges. Mais pourquoi donc?

Décidemment en Franc-Maçonnerie rien n'est vraiment simple, ni tellement compliqué d'ailleurs... Et vice versa...

 

Etant membre de la Grande Loge de France, travaillant donc au Rite Ecossais Ancien & Accepté (REAA) et étant de plus Second Surveillant, il me fut souvent demandé pourquoi au REAA les tabliers de Maîtres Maçons étaient blanc bordés de rouge alors qu'au Rite Français (ainsi qu'au rite émulation ou au rite écossais rectifié), ils sont blancs bordés de bleu.

 

Ce sont les teintes de bleu qui diffèrent entre le RF le RER et le RE, mais les trois sont bleus.

 

D'ailleurs dans les obédiences pratiquant ces rites, il est d'usage courant de dire "les loges bleues" pour désigner les loges pratiquant les trois premiers degrés, alors qu'à la Grande Loge de France il est d'usage de dire "loges symboliques" pour les désigner (les tabliers des maîtres n'étant pas bleus).

 

Si les tabliers des maîtres maçons sont bordés de bleu, c'est que ce grade, le grade de maître, naît en Angleterre un peu avant 1730 (date de publication de Freemasonry Dissected, du traître Samuel Pritchard, qui pour la première fois en parle).


Or en Angleterre, l'ordre de Chevalerie le plus ancien est l'Ordre de la Jarretière  (Most Noble Order of the Garter), créé le 23 avril 1348 en pleine guerre de Cent ans, le jour de la Saint-George, par le roi Edouard III

 

Evidemment déjà, les maçons anglais - pour bien se démarquer de leurs très lointains cousins les bâtisseurs de cathédrale (dont la filiation avec la Franc-Maçonnerie moderne n'est que purement légendaire) - choisirent pour leurs tablier la couleur bleue, celle du plus ancien ordre de Chevalerie anglais.

 

Et, évidemment, lorsque la Franc-Maçonnerie traversât le channel, le bleu anglais suivi et les maçons français l'adoptèrent.

 

De plus la couleur des rubans de l'Ordre de la Jarretière changèrent avec le temps. Ils furent d'abord bleu clair. Mais, comme le Prétendant Stuart en exil, se considérant comme le vrai Roi d'Angleterre continait à distribuer des cordons de l'ordre de la Jarretière, les monarques hanovriens décidèrent de donner une couleur bleue foncée aux cordons délivrés par le Roi.

 

Les Grands Officiers de la Grande Loge d'Angleterre portèrent donc des tabliers et cordons bleux foncés et les maîtres maçons des cordons bleus clairs (étant subalternes aux grands officiers).

 

Le bleu ciel devint donc la couleur des tabliers de maîtres maçons dans les loges anglaises dès 1740.

 

Il faut dire que ce bleu s'accomodait également très bien avec le bleu de l'Ordre du Saint-Esprit, qui fut, jusqu'à sa dispation en 1830, l'un des plus prestigieux ordres chevalesques français.

 

L' "Ordre et milice du benoît Saint-Esprit" fut, lui, créé en pleine guerres de religions en France par Henri III le 31 décembre 1578.

 

La couleur bleue pour les cordons et les tabliers allait bien, en France comme en Angleterre.

 

Il faut dire que le Rite Français, comme le Rite Ecossais Rectifié sont des rites issus du rite dit des "Modernes", descendants du rite de la 1ère Grande Loge, celle des Modernes, créée en 1717 à Londres. Ce sont donc les plus anglais des rites français...

 

Les francs-maçons français et les anglais ne furent d’ailleurs pas les seuls à utiliser les couleurs des ordres de chevaleries nationaux pour leurs décors.

 

En ce domaine, les écossais par exemple ne furent pas en reste.

Souvenons-nous que les décors des francs-maçons écossais (c’est-à-dire en l’occurrence des francs-maçons qui habitent l’Ecosse) sont de couleur verte.

 

Or, cette couleur verte est la couleur de l’Ordre du Chardon (Order of the Thistle) , ordre de chevalerie écossais, institué le 6 juin 1687, par le roi d’Angleterre Jacques II et roi d'Écosse sous le nom de Jacques VII, qui régna sur les deux pays de 1685 à 1689.

 

Le roi ou la Reine d’Angleterre est Grand-Maître de l’Ordre du Chardon. La devise de l’Ordre est Nemo me impune lacessit, ce qui signifie : « Personne ne me provoque impunément ».

 

Le siège de l’Ordre se situe dans la cathédrale Saint-Gilles d'Édimbourg, Thistle Chapel.

 

Comme nous le voyons ci-contre les décors des maçons écossais portent la même couleur que le beau vert des chevaliers du Thistle Order.

 

 

Mais quid alors des Tabliers rouges?

 

Lorsque le Comte de Grasse, Marquis de Tilly arrive en France en 1804, il créé le premier Suprême Conseil de France des Souverains Grands Inspecteurs Généraux du Rite Ecossais Ancien et Accepté.

 

Il avait participé en 1801 à la création du premier Suprême Conseil du monde, à Charleston, aux Etats-Unis par Frederick Dalcho et John Mitchell.

 

Et il avait créé en 1802 la Suprême Conseil des Iles du Vents et sous le Vent.

 

Il faut dire qu'en 1801 le Grand Orient de France avait adopté officiellement comme rite le Rite Français (celui que nous connaissons sous le titre de Régulateur du maçon, organisé vers 1785) et avait entrepris de rayer de sa matricule les loges pratiquant les anciens riruels écossais, réputés étrangers.

 

En effet, plusieurs systèmes de hauts grades (grades supérieurs au 3ème degré) se faisaient alors concurrence et le GODF entendait mettre de l'ordre là-dedans en ne "voyant qu'une seule tête". Bref finis les rituels écossais.

 

Outre les mères loges écossaises qui n'avaient pas reconnu le GODF en 1773 lors de sa création, de nombreuses loges de l'anciennne Grande Loge de France, qui venaient de fusionner en 1799 avec la GODF, se trouvèrent donc sommées d'appliquer le rite français et de laisser tomber leurs rituels écossais antérieurs, ceux qu'elles pratiquaient au delà du 3ème degré.

 

Lorsque Grasse-Tilly arrive en 1804, c'est pour pouvoir accueillir ces loges et ces frères qu'il va créer non seulement le Suprême Conseil de France le 21 septembre 1804, mais qu'il va également créer, dès le lendemain, le 22 septembre 1804 une Grande Loge Générale du Rite Ancien (et accepté) pour pouvoir accueillir les frères des trois premiers degrés.

 

En effet, aux Etats-Unis, les frères travaillaient aux trois premiers degrés avec le rite américain (on dit aussi Rite d'York) qui est un rite issu de la Grande Loge des Anciens. Le Rite Ecossais Ancien et Accepté ne commence donc dans les pays anglo-saxons qu'à partir du 4ème degré (et il n'est souvent dans les faits pratiqué qu'à partir du 18ème).

 

N'oublions pas qu'en 1804 l'antagonisme est encore fort en Angleterre comme aux Etats-Unis entre la Grande Loge des Modernes et la Grande Loge des Anciens, l'Union de ces deux Grandes Loges n'ayant lieu que près de 10 ans plus tard, en 1813, pour former la Grande Loge Unie d'Angleterre.

 

Il faut donc créer un rituel pour les trois premiers degrés, un rituel pour cette Grande Loge Générale Ecossaise. Grasse-Tilly va le créer en s'inspirant fortement du rituel de sa loge américaine, en prenant également quelques éléments existant dans les loges françaises et dans les loges écossaises prééxistantes.

 

C'est le rituel des degrés symboliques du Rite Ancien (futur REAA) que nous connaissons à travers le Guide des Maçons Ecossais de 1804. C'est le rituel princeps du Rite Ecossais Ancien et Accepté tel que pratiqué à la Grande Loge de France.

 

Il se posât aussi la question des décors. Pour se différencier du bleu du Rite Français du Grand Orient de France il fallait trouver autre chose.

 

Les frères trouvèrent assez facilement.

Si le Rite Français est - comme nous l'avons vu, très anglais, le Rite Ecossais Ancien et Accepté est lui... Très français !

 

Et si l'Ordre de la Jarretière ou l'Ordre du Saint Esprit avaient donné leurs couleurs aux décors des frères pratiquant les rites modernes anglais et français, c'est un nouvel Ordre bien français, qui allait donner sa couleur au Rite Ecossais Ancien et Accepté.

 

Cet Ordre de Chevalerie Moderne Français et égalitaire est bien entendu celui de la Légion d'Honneur.

 

Il est créé le 18 mai 1802 par le Corps Législatif. Napoléon Bonaparte, alors Premier Consul, en signera les décrets le 29 mai.

 

Vous savez, la Légion d'Honneur, cet ordre dirigé par un Grand-Maître, avec un Grand-Chancelier, des Chevaliers, des Officiers et dont l'emblème est l'Aigle...

 

Le 14 aôut 1803, un civil (Napoléon voulait dès le début que l'Ordre récompense "ses soldats et ses savants") est nommé Grand-Maître. C'est Lacépède qui est également franc-maçon.

 

La couleur de l'Ordre est le rouge.

 

Les première nominations ont lieu en septembre 1803.

 

Alors, lorsque les frères du Suprême Conseil, et surtout ceux de la Grande Loge Générale Ecossaise ont a choisir une nouvelle couleur pour se différencier du bleu du rite français qui est un peu trop teinté anglais et ancien Régime, c'est tout naturellement qu'ils choisissent le rouge du Nouvel Ordre créé depuis peu. L'Ordre de la Légion d'Honneur.

 

°

°

 

Ordre qui est non seulement français mais également égalitaire et qui donc reprend aussi les valeurs de la Révolution perpétuées par le Consulat.

 

Doit-on également préciser qu'en 1804 nous sommes en plein "revival Templier". Bernard-Raymond Fabré-Palaprat, membre de la loge Les Chevaliers de la Croix du Grand Orient de France, réssucite l'Ordre du Temple.

 

L'insigne de l'Ordre du Temple est la croix pattée rouge.

 

L'ordre de la Légion d'Honneur lui-même, avec notamment la couleur rouge de la croix templière, s'est inspiré de l'ordre chevaleresque français qui est mort sous les coups conjugués du trône et de l'autel.

 

Croix rouge templière, symbolisme alchimique, résurgence de l'idée d'Ordre chevaleresque, volonté de se différencier du rite français du GODF - voire de la Franc-Maçonnerie anglo-saxonne - (n'oublions pas que 1804 c'est non seulement l'année où Napoléon se fera sacré Empereur le 2 décembre, mais c'est l'année de la mort de Cadoudal, des complots royalistes soutenus par l'Angleterre, de l'attaque du camps de Boulogne par les anglais et de l'alliance avec l'Espagne - toujours contre l'Angleterre!). Les relations franco-anglaises n'étaient pas au beau fixe c'est le moins que l'on puisse dire !

 

La création d'une franc-maçonnerie française, distincte (voire opposée) à la maçonnerie anglaise, venant des Etats-Unis (qui depuis la guerre d'Indépendance contre les anglais et La Fayette entretient des relations étroites avec la France) ne pouvait qu'être vu d'un bon oeil par l'Empereur (qui ordonnera immédiatement la fusion de la Grande Loge Générale et du Suprême Conseil avec le Grand Orient de France).

 

La couleur commune de l'Ordre du Temple, de l'Ordre de la Légion d'Honneur et de l'Ordre Ecossais est bien le rouge. Et le symbole de l'Aigle impérial, dans ces trois ordres également, ne pouvait que séduire l'aigle corse des Tuileries.

 

Voici donc pourquoi les frères maîtres du Rite Ecossais Ancien et Accepté ont un tablier bordé de rouge.

 

Ce rouge qu'il mettront aussi sur les bords de leurs cordons, en gardant ici le bleu au centre du tissu.

 

Car le Rite Ecossais Ancien et Accepté... est avant tout un rite qui découle essentiellement du génie français... Et de la geste chevaleresque, militaire et impériale ! Le tout matinée d'alchimie et de cabale... Bref, tout ramène au rouge !

 

Les Maréchaux d'Empire adopteront aussi le cordon rouge...

°

Les maréchaux d'Empire arrivent à Berlin en 1806

°

Napoléon 1er lui-même

°

Napoléon 1er Empereur

°

 

Symboliquement, l'Empire tendra à substituer la couleur rouge à la couleur bleue, couleur des ordres monarchiques (comme l'Ordre du Saint-Esprit par exemple).

 

Le rouge sera la couleur de l'Empire (Napoléon est sacré Empereur des Français le 2 décembre 1804). Il souhaite en cela laisser filtrer symboliquement le lien avec la Révolution Française.

 

Est-il donc si étonnant que des frères, en septembre 1804, dans le contexte que nous venons de rappeler, choisissent la couleur rouge comme couleur de leurs décors maçonniques...?

 

Un Ordre maçonnique, l'Ordre écossais, qui se réfère aux plus anciennes traditions, qui se veut l'héritier y compris de la maçonnerie pré-andersonniène, de la maçonnerie des Anciens, de la maçonnerie de la Grande Loge de France première du nom. 

 

Une maçonnerie symbolique rouge entre les deux maçonneries bleues, celles issues des rites modernes, celle du Grand Orient de France comme celle de la Maçonnerie anglo-saxonne.

 

Une troisième voie en quelque sorte, Traditionnelle, Symbolique, Spiritualiste, Régulière et Humaniste...

 

 

Jean-laurent Turbet

 

 

 

A mon père, Edmond Turbet (1918-2001), Officier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Croix de Guerre 1939-1945 avec palmes, Grand Invalide de Guerre.

 


 

Tabliers et cordons bleus, tabliers et cordons rouges. Mais pourquoi donc?

Des articles appelent parfois (souvent) des commentaires intéressants. Ce fut le cas de celui-ci.

 

Je vous propose ici le commentaire de l'excellent Philippe Michel, co-auteur du livre "Rit français d'origine 1785. Rite primordial de France". Commentaire donné par l'auteur sur un groupe de discussion qui se trouve sur Facebook :

 

Mon cher Jean Laurent,

 

Si je suis d'accord avec les références aux ordres (Jarretière, St Esprit et Légion d'Honneur), quelques petites précisions cependant :

 

1/ Grasse Tilly ne "crée" pas les rituels des 3 degrés. Lui ne s'occupe que du SC. Le premier rituel fut rédigé entre juillet et septembre 1804 par Jean-Pierre Mongruer de Fondeviolles, vénérable de la Loge La Triple Unité Ecossaise.

Ce n'est pas une invention mais simplement une reprise du TDK* publié en 1760 avec quelques apports du Régulateur, notamment le 2ème degré qui en reprend une bonne partie.

 

2/ le rouge "couleur de feu" pour le REAA est adopté par le décret du 15 décembre 1808... mais ne fera son apparition dans les rituels qu'après la reprise en main des degrés symboliques par le SCDF en 1821.

 

3/ quant au bleu, il est adopté en Angleterre pour les Grands Officiers en 1731. En 1735, le rouge devient la couleur des Grands Stewards. Dans les années 1745-50 les Grands Officiers commencèrent également à border leurs tabliers de ruban pourpre. Le bleu clair fut graduellement abandonné par les Grands Officiers et adopté par les Maîtres Maçons...

 

4/ au XVIIIe il n'y avait pas vraiment de règle ni en France ni en Angleterre que ce soit chez les Moderns ou les Antients tant que le support était blanc, le tablier pouvait être décoré de symboles maçonniques ou autres sans enfreindre les règles, du moment que cela n'interférait avec les privilèges des Grands Officiers...

 

 

* TDK = "Three Disctinct Knocks", (Trois Coups distincts), divulgation de 1760 concernant la Grande Loge des Ancients, créée en 1752. Base des rituels "Anciens", comme le Rite Ecossais Ancien et Accepté en France dans les degrés symboliques.

 

Je vous propose également la lecture d'un article du non moins excellent Philippe Martin sur le site de la Rudyard Kipling Lodge, loge indépendante dont les frères sont issus de la LNF :

Commenter cet article

marteau 03/03/2015 09:18

lu le commentaire sur la bordure du REAA rouge.....Or il se trouve que ma loge mère qui est une des plus anciennes de la GLDF fait porter à ses officiers le tablier qui est à bordure rouge et bleu comme le cordon. et que ces vetustes tabliers qui sont gardés précieusement sont ceux qui étaient portés à sa création.....???? On m'avit expliqué que à l'origine c'était ainsi....????

Jean - François Robert 24/02/2015 00:08

Très cher Jean Laurent
Je porte un tablier de Maître au REAA différent de celui préconisé par la GLDF. Il est bordé de rouge mais comporte uniquement 3 rosettes rouges sur le fond blanc. Une sur la bavette et les deux autres aux emplacements prévus pour les lettres M.B. Je me suis laissé dire que c'est la le véritable tablier de Maître Ecossais parce que non seulement il ne doit pas sa couleur à la maçonnerie des Moderns mais s'en plus il ne lui emprunte pas ses mentions et décors. Qu'en penses - tu et tes lecteurs ont - ils des remarques à faire sur ce sujet ?

pierre noel 22/02/2015 16:10

N'est-ce pas ignorer les grades "écossais" du XVIII° siècle qui avaient coutume de décorer leurs membres de tabliers bordé de rouge, comme l'Ecossais des trois JJJ (ou de Paris) des années 1740 ? "Tous les Frères qui composent la loge doivent être habillés de noir, décorés d'un grand cordon rouge où pend un Triangle sur lequel est un Compsas; ils auront leurs tabliers bordés de rouge".
Sans oublier le grade de rose-croix, cité dès 1760, donc bien avant l'introduction de la légion d'honneur.

Le rouge est généralement emblématique du sang d'Hiram, voire de celui du christ.

Lionel MAINE 21/02/2015 16:32

Excellent article qui montre bien qu'au R.E.A.A, qualifier une Loge symbolique de bleue est un contresens; on l'entend pourtant souvent dans l'Obédience et la Juridiction.
Le parallèle avec l'Ordre de la Légion d'Honneur est aussi très pertinent; je connais un Vaillant et Sublime Frère qui a beaucoup travaillé sur les sources communes des rituels et c'est troublant.

fifi 21/02/2015 02:41

Mon cher Jean Laurent,

Si je suis d'accord avec les références aux ordres (Jarretière, St Esprit et Légion d'Honneur), quelques petites précisions cependant :

1/ Grasse Tilly ne "crée" pas les rituels des 3 degrés. Lui ne s'occupe que du SC. Le premier rituel fut rédigé entre juillet et septembre 1804 par Jean-Pierre Mongruer de Fondeviolles, vénérable de la Loge La Triple Unité Ecossaise.
Ce n'est pas une invention mais simplement une reprise du TDK publié en 1760 avec quelques apports du Régulateur, notamment le 2e degré qui en reprend une bonne partie.

2/ le rouge "couleur de feu" pour le REAA est adopté par le décret du 15 décembre 1808... mais ne fera son apparition dans les rituels qu'après la reprise en main des degrés symboliques par le SCDF en 1821.

3/ quant au bleu, il est adopté en Angleterre pour les Gds officiers en 1731. En 1735, le rouge devient la couleur des Grands Stewards. Dans les années 1745-50 les Grands Officiers commencèrent également à border leurs tabliers de ruban pourpre. Le bleu clair fut graduellement abandonné par les Grands Officiers et adopté par les Maîtres Maçons...

4/ au XVIIIe il n'y avait pas vraiment de règle ni en France ni en Angleterre que ce soit chez les Moderns ou les Antients tant que le support était blanc, le tablier pouvait être décoré de symboles maçonniques ou autres sans enfreindre les règles du moment que cela n'interférait avec les privilèges des Grands Officiers...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents