Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


"Les Templiers et la Franc-Maçonnerie" : colloque de la SPHERE

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 6 Octobre 2008, 15:58pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie

La Société Française d'Études et de Recherches sur l'Ecossisme (SFERE) est une association suivant la loi de 1901 qui a pour but d'organiser et de promouvoir la recherche sur l'Écossisme et le fait maçonnique par des rencontres, des colloques, des séminaires et des publications.

Le prochain séminaire de la SFERE aura lieu au sénat Samedi 8 novembre à 14 heures.

Au cours de  ce colloque, le T.P.S.G.C. du Suprême Conseil de la Grande Loge d'Italie, Luigi Pruneti traitera : "Les Templiers et la Franc-Maçonnerie".

Vous pouvez vous inscrire sur le site de la SHERE :
http://www.sfereco.org/


Commenter cet article

Sandra 09/10/2008 23:11

La justice maçonnique du Grand Orient de France (GODF) se réunira le 17 octobre pour décider de la suspension ou du maintien des loges qui ont initié des femmes, contrairement au règlement, a indiqué jeudi le Grand maître Pierre Lambicchi au cours d'une réunion de presse.
Actuellement, les loges du GODF ne comptent que des frères mais peuvent (depuis 1974) recevoir des soeurs initiées. La question de la mixité est posée depuis quelques années mais le dernier convent (assemblée générale annuelle) a décidé que toutes les loges en discuteraient d'ici le prochain convent.
Cinq loges ont choisi d'accélérer le mouvement et ont initié des femmes (6 en tout) en mai dernier. Elles ont été suspendues à titre provisoire par le Conseil de l'ordre du GODF et cette mesure doit être confirmée ou non par la justice de l'obédience le 17 octobre.
Le Grand Maître, 59 ans, qui est cardiologue à Marseille, n'a pas voulu exprimer sa propre position sur cette question, disant simplement que "ce n'est pas un souci puisque c'est en voie de règlement".

Sandra 09/10/2008 00:49


Les Francs-maçons en toute discrétionlu dans l'express du 6 octobre 2008Traditionnellement à gauche, la franc-maçonnerie caennaise n'avait jusqu'à il y a peu jamais approché les leviers du pouvoir.


Derrière la façade anonyme du 18 de la rue Neuve-Saint-Jean, aucun signe distinctif ne trahit la présence du temple des francs-maçons de Caen. C'est pourtant à cette adresse qu'une bonne partie des initiés se retrouve presque chaque soir de la semaine. Quatre loges du Grand Orient de France, trois de la Grande Loge de France, une du Droit humain (mixte) et une de la Grande Loge féminine de France se regroupent dans ce petit immeuble sans grand charme. En toute discrétion. S'il arrive que les franc-maçons paradent au grand jour dans des villes du sud de la France, les frères caennais préfèrent rester discrets. Surtout lorsqu'il s'agit de parler des réseaux. "Nous n'avons rien à cacher, explique Bernard Martinet, le vénérable de la loge Thémis. Mais ce sujet entretient l'ambiguïté et les fantasmes."
Parmi les 350 frères et soeurs caennais -pour beaucoup enseignants, fonctionnaires ou membres de professions libérales- rares sont ceux qui assument publiquement leur appartenance. Parmi eux, Pierre Draï, enseignant et ancien vénérable de la loge Union et Fraternité, Bernard Dutour, lui aussi professeur, l'ancien bâtonnier Jean-Claude Delaunay ou encore Janique Leveille, de la loge Isis du Droit humain. La discrétion vaut tout autant pour les rares politiques initiés. A gauche, on compte bien Alain Touret, vice-président (PRG) du conseil régional, ou le conseiller général socialiste Jean-Michel Gasnier. Mais, de mémoire de frère, les grandes figures locales du PS n'ont jamais appartenu aux loges. "Il y a bien eu Yvette Roudy, confie l'un d'eux, mais elle était de Lisieux." Quant à Louis Mexandeau, il n'y a jamais appartenu , contrairement à une légende tenace. Pas plus d'ailleurs que Philippe Duron. A droite, les maçons brillent également par leur absence. Dans le conseil municipal précédent, on n'en dénombrait que deux, dont Christian Deleuze, l'adjoint chargé du développement économique.
"Cela montre à quel point l'influence des francs-maçons est réduite, note Emmanuel Thiébot, historien au Mémorial de Caen et spécialiste du sujet (1). La maçonnerie caennaise ayant toujours été de gauche et la ville longtemps de droite, les frères locaux n'ont jamais eu d'accès direct aux leviers de décision." Trop isolés pour peser, pas assez puissants pour attirer dans leurs rangs les leaders de l'opposition... La roue politique a beau tourner, la donne ne devrait pas fondamentalement changer.
(1) Auteur d'un ouvrage sur "l'affaire des fiches" et les relations entre l'armée et la franc-maçonnerie: Scandale au Grand Orient, Larousse, 2008.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents