Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Chrétiens, vous avez dit chrétiens ?

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 12 Novembre 2007, 18:59pm

Catégories : #Religions

Je réponds là encore par un post collectif à une question qui m’a été posée par mail individuel.
 
D’où vient le mot «chrétien» ?
 
Ce mot vient naturellement du mot Christ. 
Le mot Christ servant à désigner Jésus, après la Résurrection. 

christ2.jpgLe mot Christ en français vient du mot Krestos (Χριστός en grec) qui sert à désigner le Messie d’Israël (Massiah en hébreu).
 

Krestos est en effet la traduction grecque du mot hebreu Massiah (מָשִׁיחַ - mashia'h), littéralement "celui qui est oint" – du verbe oindre -, celui qui a reçu l’huile sainte - le Messie, l’élu). 

Le mot Chrétien (Χριστιανός en grec) veut donc dire, «adepte» ou partisan de Krestos, le Christ.
 
Les chrétiens pensent que Jésus est le Messie d’Israël, alors que les juifs, ne reconnaissant pas Jésus comme le Messie, l’attendent toujours. Mais prenons garde: dans les années qui suivent la mort de Jésus, ces polémiques sont internes au judaïsme. Le mot même de Messie est étranger et même étrange aux yeux d'un grec ou d'un romain, bref d'un païen. Nous ne parlons ici que d'une catégorie juive. 

Le débat entre adeptes de Jésus et pharisiens par exemple restera pendant des années encore un débat entre juifs. Parler de "Chrétiens" au sens ou nous l'entendons aujourd'hui, avec 2000 ans de débats théologiques derrière nous, n'a pas de sens dans les premiers temps de l'organisation de ce qu'il convient mieux d'appeler les juifs disciples de Jésus .
 
Il nous est dit dans les  Actes des Apôtres, chapitre 11 :
 
25 Barnabas se rendit ensuite à Tarse, pour chercher Saul ;
26 et, l’ayant trouvé, il l’amena à Antioche. Pendant toute une année, ils se réunirent aux assemblées de l’Église, et ils enseignèrent beaucoup de personnes. Ce fut à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens.
 
Or, le christianisme - tout comme le judaïsme d’ailleurs - était à cette époque extrêmement divers. 

Il y avait plusieurs "écoles" chrétiennes dont nous avons un aperçu partiel dans les quatre évangiles : Schématiquement, Marc représant plus le courant issu de la prédication de Pierre; Matthieu celui des juifs non hellenisés; Luc celui de Paul et Jean celui de l'école johannique du "disciple que Jésus aimait", à la limite du gnosticisme.
 
Par exemple, la communauté de Jérusalem est dirigée par Jacques (Yacov) le frère de Jésus, après le départ de Pierre (Simon ou Céphas en araméen).
 
La communauté de Jérusalem est alors très observante des règles du judaïsme. En deux mots, pour devenir chrétien… il faut d’abord devenir juif, être circoncis et observer le shabbat et les règles d’alimentation (manger casher).
 
Tel n’était pas le cas de la communauté d'Antioche, composée très majoritairement de juifs hellénisés, parlant grec et de culture grecque, qui accueille comme disciples de Jésus des gens issus du monde païen… sans les faire passer par l’étape de la conversion au judaïsme.
 
Paul est l’un des membres les plus connus de cette communauté de juifs hellénisés (comme l’étaient Etienne ou Philippe, par exemple, à Jérusalem). 
Paul sera dans l’imaginaire collectif « l’apôtre des Gentils (non juifs) ». D'autres comme Jacques (et en grande partie Pierre), se réservant l’évangélisation des juifs. Il faut bien reconnaître qu’historiquement c’est l’apostolat de Paul qui a le mieux marché !
 
C’est donc à Antioche, d’après ce que nous dit le livre des actes des apôtres, que les juifs  qui croient en la  messianité de Jésus, sont appelés «Chrétiens».
 
C’est peut-être parce qu’à Antioche, très tôt, on a pu faire le distingo entre les disciples de Jésus (juifs en très grande majorité) et les autres juifs, qui restent observants des règles de la Loi mosaïque: pharisiens, sadducéens, esséniens.
 
christcroix.jpgCela vaudra encore plus après la grande révolte juive qui commence en 66 pour s’achever en 70 avec la destruction du Temple. Les « Chrétiens », pacifistes et non violents, n’ont pas pris part à cette insurrection et sont donc considérés à des « traîtres » au judaïsme par leurs corréligionnaires. Ils seront très nombreux à trouver refuge à Antioche.
 
Les sadducéens (qui s’occupaient du Temple) comme les esséniens (pour des raisons qui sont encore mal connues) ne résisteront pas à la destruction du Temple en 70. C’est autour du parti pharisien que se reconstituera le judaïsme «orthodoxe» autour de la synagogue.
 
Quand au terme «krestianos» ou «christianus» en latin, il est fort probable qu’il n'était pas, à l’origine, un terme valorisant, loin de là.
 
Ce n’est pas un phénomène isolé : Les Cheyennes étaient appelés ainsi par leurs ennemis. Eux s'appellent « Les êtres humains ». Idem pour les Sioux qui s’appellent Lakota.
 
Ce sont les romains, qui ironiquement, ont appelé ces juifs particuliers «christianus» ou «christianii». Ce qui littéralement signifiait à peu près «disciples du pommadé», traduction littérale du mot grec.
 
On sait que lors du baptême catholique après avoir aspergé le bébé d’eau ou lui fait le signe de croix avec de l’huile appelée « Saint Chrème ». De là est dérivé notre mot «crème» qui a étymologiquement le même sens. Jésus était celui qui avait reçu de l'huile, ou de la crême, ou de la pommade.
 
Par bravade (?) les «chrétiens» reprendront ce sobriquet à leur compte. Avec le succès que l’on sait…

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents