Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


M. Lamanda. Un président anti-maçon à la cour de cassation ?

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 30 Mai 2007, 14:33pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #Antimaçonnisme, #CourdeCassation, #Lamanda

Vincent-Lamanda.jpgVincent Lamanda vient de succéder à Guy Canivet qui fut le plus jeune président de la Cour de cassation.

Guy Canivet, élu en 1999, a voulu moderniser au pas de charge l'institution.

Ce ne semble pas être le cas de Vincent Lamada qui est un magistrat plus classique.


Nathalie Guibert dresse son portrait dans un article du Monde.

"Vincent Lamanda est un homme de droite. Il fut marqué au fer par son passage dans plusieurs cabinets de gardes des sceaux, celui de Jean Lecanuet d'abord, en 1976 ; ceux d'Alain Peyrefitte ensuite.  (...) Mais il n'est pas un partisan. "On ne peut lui faire ce reproche", estime le juge Hayat. "Il n'a aucune proximité avec Chirac, Sarkozy ou les autres, assure un ancien membre du CSM. Au fond, il méprise les politiques. Il ne supporte pas la démagogie""

""Pour lui, juger est un métier, un sacerdoce, une déontologie"
, explique le professeur Dominique Rousseau, qui l'a côtoyé au CSM, de 2002 à 2006 : "Il ne peut y avoir d'autre allégeance.""

Ce que ne relate pas la journaliste du Monde, c'est que, lors d'une cérémonie solennelle, en présence du président Nicolas Sarkozy et de la ministre de la Justice, Rachida Dati, le nouveau président, qui aura 61 ans jeudi, a rendu dans son discours hommage au nouveau chef de l'Etat.

"En ces heures où tant d'êtres tournent leurs attentes vers la nouvelle destinée du pays, c'est beaucoup de voir un chef de l'Etat, prompt à l'action de chaque jour, et portant vive sa charge d'hommes à toutes les brèches de la communauté, marquer d'emblée sa considération à l'autorité judiciaire dont il est garant de l'indépendance", a-t-il dit.

Si l'Union syndicale de la magistrature (USM, majoritaire) n'a pas souhaité commenter sa désignation, estimant qu'elle relevait du jeu normal des institutions, le Syndicat de la magistrature (plutôt classé à gauche) a parlé en revanche en avril de "reprise en mains" et relevé ce qui constitue à ses yeux "la nette progression de la fraction la plus conservatrice de la magistrature".

Par contre, le nouveau président de la cour de cassation aurai-t-il des penchants anti-maçons ?

antimacon.jpgVoici ce qu'en dit la journaliste du Monde : " Quand il s'était présenté à ses pairs du CSM, il avait ainsi prévenu : "Je ne suis pas franc-maçon." Il les déteste. C'est ainsi que, en un singulier combat, il a instruit le dossier disciplinaire d'un membre de la Grande Loge nationale de France, le juge niçois Jean-Paul Renard, considéré comme proche de plusieurs figures du banditisme. "Son rapport fut le plus cruel et le plus objectif de l'histoire du CSM", indique le professeur Rousseau. La chancellerie avait fermé les yeux pendant des années. Le juge Renard sera révoqué. "Rien que cela méritait la première présidence de la Cour de cassation, affirme Eric de Montgolfier, le procureur de Nice. Il lui a fallu affronter beaucoup d'embûches, aller contre l'inspection générale des services judiciaires, qui ne voulait rien voir. Ce fut très pesant pour lui. Je salue ce travail comme quelque chose d'exceptionnel dans le corps judiciaire."

Reste à savoir si sa "détestation" est celle de l'ordre tout entier, ou est due aux affaires qu'il a eu à traiter à Nice ? La question reste entière.

Il est vrai que la "salade niçoise" de l'époque Médecin et post Médecin a gangrèné la ville et ses environs. La maçonnerie locale n'a pas été épargnée. Tout comme le monde politique et le monde des affaires. Un climat mafieux rêgnait (rêgne toujours?).

Espérons que le nouveau président de la Cour de Cassation saura séparer le bon grain de l'ivraie...

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents