Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


DH : Journée Internationale des droits des femmes – 8 mars 2018

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 8 Mars 2018, 08:00am

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #DH, #Femmes, #8Mars

DH : Journée Internationale des droits des femmes – 8 mars 2018

Voici le communiqué de le Fédération Française de l'obédience maçonnique Mixte internationale LE DROIT HUMAIN :

Depuis qu’elle a été officialisée par l’ONU en 1977, la date du 8 mars semble être la seule journée de l’année où les femmes auraient ENFIN droit de cité. C’est un peu court.

Il y en eut des slogans et des “bons mots” à ce sujet… ! Il se trouve encore tant d’antiféministes et ce ne sont pas uniquement des machistes.

Mais, à l’aune de ce que subissent les femmes de par le monde, il y a toujours fort à faire. Le poids des obscurantismes de toute nature continue de peser sur la condition des femmes et de légitimer les discriminations dont elles sont victimes.

La prise de conscience sur les abus à caractère sexuel que toute femme peut être amenée à rencontrer, où que ce soit, a ouvert un débat violent mais salutaire, en ce début d’année.

Cependant, le battage médiatique ne doit pas occulter les inégalités sociales et professionnelles (salaires, carrières, vie sociale…) que connaissent les femmes, ni rejeter au second plan le droit à l’IVG régulièrement menacé de suppression en Pologne et en Hongrie et toujours interdit en Irlande, tous trois pays de l’Union Européenne.

N’oublions pas non plus la négation pure et simple des droits les plus élémentaires qui doivent être ceux des femmes dans de nombreux pays.

Si nous devions faire la liste des discriminations et des menaces que subissent les femmes au nom de conceptions archaïques et réactionnaires contraires aux droits humains, ce serait mission impossible.

Trop de femmes décèdent chaque jour encore sous les coups d’un petit ami, compagnon ou conjoint.

Il ne faut rien céder et rester mobilisés tous ensemble dans cette lutte juste.

Les hommes et les femmes, francs-maçons du DROIT HUMAIN, défendent et prennent position, depuis 1893 avec Maria Deraismes et Georges Martin leurs fondateurs, pour la liberté des femmes. Ils réaffirment l’égalité de la femme et de l’homme, dans la cité et dans leur sphère privée.

La liberté des hommes ne peut être totale sans la liberté des femmes.

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE L’ORDRE MAÇONNIQUE MIXTE INTERNATIONAL

LE DROIT HUMAIN

 

 

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas
l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen pose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen pose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents