Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


PVI 172 : « Franc-Maçon à la Grande Loge de France ».

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 17 Juillet 2014, 11:27am

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #PVI, #GLDF

Points de Vue Initiatiques N°172 : "Franc-Maçon de la Grande Loge de France"

Points de Vue Initiatiques N°172 : "Franc-Maçon de la Grande Loge de France"

Point de Vue Initiatiques est la revue de la Grande Loge de France.

 

Le directeur de la publication en est Marc Henry (le Grand-Maître de la Grande Loge de France), le directeur de la Rédaction est Robert de Rosa (photo ci-contre) et le rédacteur en chef Jean-François Maury.

 

Le numéro N° 172, qui vient de paraître s’intitule sobrement : « Franc-Maçon de la Grande Loge de France ».

 

C’est un numéro indispensable pour chacun des 33 000 frères de la Grande Loge de France et pour tous ceux qui souhaitent plus précisément savoir ce qu’est être franc-maçon à la Grande Loge de France avant de faire une démarche d’adhésion.

 

Ce numéro spécial associe deux traditions qui se confondent : celle de la Maçonnerie spiritualiste et celle de l'obédience qui la conserve avec rigueur et vigilance.

 

Il rappelle les points essentiels qui fondent et légitiment la Maçonnerie écossaise pratiquée à la Grande Loge de France. Une spiritualité adogmatique qui assume sa naissance et son histoire s'y associe avec un engagement humaniste sensible  à travers son fonctionnement et quelques grandes figures de maçons.

 

C'est un numéro indispensable à tous les chercheurs de sens, d'où qu'ils viennent et à tous les membres de la communauté des bâtisseurs d'un monde moins hostile à l'Homme. 

 

J’ai vraiment apprécié beaucoup tous les articles de ce numéro spécial qui sont tous très riches, épais, précis et vivants.

 

Je ne peux m’empêcher de donner coup de projecteur sur l’article introductif, celui de François Rognon, (Brève histoire de la Grande Loge de France). François Rognon est le responle des archives, du musée et de la bibliothèque (salut aussi à Jonathan Giné…)  de la Grande Loge de France et qui produit un travail tout à fait remarquable et malheureusement souvent trop méconnu des frères mêmes de la GLDF. François Rognon est l’auteur d’une Chronique des origines de la Grande Loge de France, aujourd’hui épuisée (c'est pourquoi je l'ai reproduite en pdf) mais qui est une base de travail indispensable à qui veut connaître l’histoire de la GLDF et de l’Ordre Ecossais. Vous pourrez lire aussi avec intérêt un article de François dans un ancien PVI intitulé "Le rite écossais ancien et accepté et la Grande Loge de France".

 

François souligne fort justement dans la conclusion de son article : « Les origines, les fondements et la structure de la Grande Loge de France se trouvent dans le paradoxe de ce « Rite Ecossais tout entier » dont parlait le frère Fiolet en 1912, lorsque la Grande Loge de France et le Suprême Conseil de France s’installent en même temps dans les locaux du 8 rue Puteaux.

 

Ce rite demeure le socle sur lequel s’est constituée la Grande Loge de France. C’est aussi sa spécificité au sein du paysage maçonnique contemporain : y maintenir la tradition vivante d’une maçonnerie spiritualiste, celle des Anciens » (p16).

 

Et justement, qui mieux qu’Hubert Greven, passé Puissant Souverain Grand Commandeur et actuel Grand Commandeur honoraire du Suprême Conseil de France, pour nous parler de ce « Rite Ecossais tout entier » - évoqué par François Rognon -, le Rite Ecossais Ancien et Accepté, qui est le rite maçonnique de la Grande Loge de France. Quel bel article sur les fondements, l’esprit et l’actualité du REAA.  Ce rite qui requiert une grande exigence comme nous le rappelle Hubert Greven dans la conclusion de son article : « La Franc-maçonnerie écossaise est une super Maçonnerie pratiquée par des hommes de qualité supérieure qui vouent leur vie au service d’un ordre universel fondé sur les valeurs immémoriales de l’humanité. Voilà pourquoi le Rite Ecossais Ancien et Accepté est apprécié et pratiqué par des hommes toujours plus nombreux de par le monde et qui forment l’élite de l’authentique Franc-maçonnerie initiatique, traditionnelle et chevaleresque » (p 96). Il ne reste plus aux francs-maçons de la GLDF qu’à travailler pour tenter se rendre digne d’une  définition aussi exigente !

 

Deux Passés Grands-Maître de la Grande Loge de France se penchent ensuite sur deux principes essentiels et fondamentaux qui doivent être respectés en Grande Loge de France.

 

Alain Graesel traite tout d’abord « Les trois Grandes Lumières et le Volume de la Loi Sacrée au Rite Ecossais Ancien et Accepté ». « On peut donc postuler sans crainte d’erreur la possibilité d’une lecture symbolique particulière à la démarche du Rite Ecossais Ancien et Accepté, fondée sur la liberté d’interprétation de ces symboles qui se trouvent repris comme autant de gisements à explorer et de richesses à faire fructifier pour progresser sur le chemin.

 

Ni lecture religieuse qui pourrait éventuellement l’enfermer dans une croyance particulière ou un dogmatisme mystique. Ni lecture simplement historique qui voudrait éventuellement lui appliquer les principes d’une démarche susceptible de la réduire à la banalité d’un constat sans force ni ambition, passant sous silence tout ce qui ressort du message puissant qu’elle véhicule.

 

Lecture en revanche, ouverte et libre, se prêtant à l’exercice de l’intelligence symbolique de ces textes, s’offrant par une interprétation autonome la puissance d’une écriture qui peut s’adresser à tous les humains interpellés par les questions fondamentales de l’humain » (p 103).

 

Et Alain Graesel de conclure : « Cette lumière est unique. Elle est à la fois la source de notre rite et l’océan universel vers où elle coule. Rite exceptionnel qui renvoie en chacun, non pas à un temps ou un espace particuliers mais au contraire à ce qui, en chacun, relève de tous les espaces et de tous les temps lorsque se pose, pour chacun, la question du sens de sa vie et de son inscription dans l’unité universelle de l’humanité.

 

Il s’agit bien d’un autel exceptionnel, par sa dimension et le serment qu’il nous propose.

 

Il nous installe au cœur de l’être, de l’éthique et du sacré. Cette dimension initiatique est notre richesse. Il revient à chacun de nous, apprenti, compagnon, maître, non seulement de la préserver – absolument – mais encore de la faire fructifier résolument.

 

Car, au contraire de ce que dit la langue de bois du quotidien moderne, la tradition n’est pas une forme démodée.

 

La tradition est une urgence » (p 106).

 

Alain-Noël Dubart, quant à lui traite du concept fondamental en Franc-Maçonnerie qui est celui de Grand Architecte de l’Univers.

 

« Le 22 septembre 1875, en, présence du Très Illustre Frère Adolphe Crémieux, le Convent adopta la proposition qu’il présenta à savoir de produire un manifeste reprenant la Déclaration de principes. Dans ce manifeste, une nouvelle expression apparaît, celle de « Créateur suprême » avec un grand « C », traosième définition du Grand Architecte de l’Univers mentionnée dans le texte du Convent de Lausanne.

 

L’ambiguïté était-elle voulue : vraisemblablement… Mais s’agit-il d’une ambiguïté ?

 

Il me semble que le Convent de Lausanne reste fidèle à la philosophie maçonnique développée au siècle des Lumières : en insistant par trois fois sur le principe créateur, il se situe très nettement dans la perspective du déisme philosophique du 18ème siècle. Mais il laisse subtilement ouvertes deux autres pistes :

 

- celle de la croyance en Dieu traditionnelle, en rappelant in fine que c’est le créateur suprême qui a donné à l’homme « comme le bien le plus précieux la liberté » ;

 

- celle, sinon de l’athéisme du moins de l’agnosticisme : la constatation de l’existence d’une force supérieure n’implique en aucune manière ni révélation ni divinité abstraite, mais simplement l’existence d’un principe en œuvre, de par sa propre nature, dans l’évolution du monde (…)

 

Le déisme philosophique est donc bien l’un des éléments essentiels du Rite Ecossais Ancien et Accepté, mais il s’agit de la plus pure abstraction qui soit, car le rite ne donne au concept du Grand Architecte de l’Univers aucune définition, aucun contour dont la figure s’imposerait à tous » (p 116).

 

Et Alain-Noël Dubart de conclure : « En travaillant à la gloire du Grand Architecte de l’Univers, chaque franc-maçon écossais affirme la primauté de l’esprit et la valeur de la liberté. Il affirme, en outre, que c’est l’homme lui-même qui compte absolument dans l’Univers, car c’est à travers l’homme, et lui seul, que peuvent s’exprimé cette spiritualité et cette liberté. Le principe du Grand Architecte de l’Univers est en fait le garant de l’humanisme du Rite Ecossais Ancien et Accepté pour qui l’homme est au centre de l’univers » (p 122).

 

Je ne peux citer malheureusement tous les extraits des autres articles que j’ai beaucoup aimé (cet article serait beaucoup trop long !) mais vous en trouverez ci-dessous une brève description en dessous de chaque article que je présente dans le sommaire du numéro.

 

Vous l’avez bien compris, ce numéro spécial de Points de Vue Initiatique est absolument indispensable. Alors bonne lecture de vacances !

 

Jean-Laurent Turbet

 

° Commander PVI , sur le site de Detrad.

° Vous pouvez utilement vous abonner à PVI.

° Pour toute question :  pvi@gldf.org

Vous trouvez évidemment PVI chez tous les bons libraires.

 

 

Points de Vue Initiatiques N°172 : "Franc-Maçon de la Grande Loge de France"° Voici le sommaire du numéro N° 172 :

 

- AVANT-PROPOS, ROBERT DE ROSA

 

- EDITORIAL, MARC HENRY         

 

- THÈME

 

° Brève histoire de la Grande Loge de France - François Rognon :

Les spécificités de la Grande Loge de France s’expliquent en partie par son histoire. La Maçonnerie écossaise s’inscrit dans la tradition des Anciens et remonte bien avant la date de 1717 retenue par les tenants de la Maçonnerie dite « moderne »…

 

° Une Franc-maçonnerie initiatique - Frédéric-Pierre Isoz

Pourquoi être ? Je suis quoi ? Et si « quoi » était mon nom ? En réponse à ces angoissantes questions, l’initiation nous mène au seuil de notre mystère, là où est l’ouvert, l’écho du Grand Architecte de l’Univers…

 

° Du bon usage des symboles - Gil Garibal

Le symbolisme est la grande affaire des maçons. Mais, il ne s’agit pas d’une discipline universitaire qui procéderait par empilage de connaissances. La méthode symbolique renvoie à une part immémoriale de l’humanité que la pratique maçonnique contribue à réactualiser pour chacun…

 

° Fonctions et finalités du rituel - Pierre Pelle Le Croisa

Le Rite Écossais Ancien et Accepté se décompose en trente-trois rituels qui le mettent en scène en s’appuyant sur des mythes. Il engage le néophyte dans une démarche transcendante et l’incite à convertir son regard sur lui-même et sur les autres après s’être dépouillé de ses impuretés intérieures…

 

° Grande Loge de France : un exemple de fonctionnement démocratique - Christian Bonhomme

La Grande Loge de France offre un fonctionnement parfaitement démocratique. Mais, ses structures sont trop souvent méconnues…

 

° Les engagements humanistes de la Grande Loge de France - Maurice Lévy

La spiritualité du rite conduit sur un chemin long et difficile, le terme toujours repoussé plus loin. C’est donc sans attendre que le maçon s’engage en même temps sur une voie parallèle, celle de l’humanisme. Quelques maçons illustres en sont l’exemple…

 

° La méthode : introspection et partage - Jean Erceau

La construction de soi par soi commence par l'épochè, c’est-à-dire suspendre l’intrusion en soi du monde extérieur, puis connaître son Je intime qui pilote et son Moi social qui agit. La vie les organise d’abord au sein d’un ego avant de se fixer dans un quotidien stéréotypé, jusqu’au moment où le doute surgit et où le Je questionne les motivations du Moi…

 

° La chaîne d’union et la tradition - Jean-François Maury

La chaîne d’union a une double vocation : celle de créer un moment fusionnel et celle de remettre à ceux qui vont se séparer le viatique de l’amour fraternel ; elle est la manifestation, apparente et intime, de la fraternité…

 

° Le Rite Écossais Ancien et Accepté - Hubert Greven

En étant reçu à la Grande Loge de France, le nouvel apprenti n’intègre pas seulement une obédience historique mais un ordre initiatique dont le Rite Écossais Ancien et Accepté est le véhicule. Par le moyen du rite, le maçon disposera des outils pour se parfaire progressivement en gravissant les degrés…

 

° Les trois grandes lumières et le Volume de la Loi Sacrée au Rite Écossais Ancien et Accepté - Alain Graesel

Le nouvel initié s’engage sur les Trois Grandes Lumières de la Franc-maçonnerie. Ce n’est pas un serment banal mais une obligation qui place le chemin de l’initiation au cœur de l’être. À la fois point de départ et horizon de la quête, les Trois Grandes Lumières demeurent le point d’union de tous les maçons écossais…

 

° Le Grand Architecte de l’Univers - Alain-Noël Dubart

L’invocation au Grand Architecte de l’Univers, à l'ouverture des travaux, confère sa spécificité au Rite Écossais Ancien et Accepté. En affirmant la primauté de l’esprit sur la matière, le Rite Écossais Ancien et Accepté est en recherche de transcendance, position qui fait la force de la Grande Loge de France…

 

° La loge génératrice de beauté ?... - Jean-François Pluviaud

La loge, c’est la rencontre de l’autre, l’intimité du vécu en commun. La beauté étant d’abord émotion, la loge devient beauté lorsqu’il y a conjonction de chacune des émotions des membres du groupe, lorsque chacun a le sentiment de s’enrichir de l’autre et de lui procurer en retour un enrichissement égal…

 

° Des francs-maçons illustres à la Grande Loge de France - Rédaction de Points de Vue Initiatiques

 

- BIBLIOGRAPHIE          

Textes « anciens » à recommander à un apprenti - Philippe Langlet

 

- L’AIR DU TEMPS          

 

- Lettre ouverte à un frère apprenti - Guy Boulomme

 

 

° Commander PVI , sur le site de Detrad.

° Vous pouvez utilement vous abonner à PVI.

° Pour toute question :  pvi@gldf.org

Vous trouvez évidemment PVI chez tous les bons libraires.

 

 

° Commander PVI , sur le site de Detrad.

° Vous pouvez utilement vous abonner à PVI.

° Pour toute question :  pvi@gldf.org

Vous trouvez évidemment PVI chez tous les bons libraires.

° Commander PVI , sur le site de Detrad.

° Vous pouvez utilement vous abonner à PVI.

° Pour toute question :  pvi@gldf.org

Vous trouvez évidemment PVI chez tous les bons libraires.

François Rognon : "Chronique des origines de la Grande Loge de France"

François Rognon : Le Rite Ecossais Ancien et Accepté et la Grande Loge de France

Points de Vue Initiatiques 172

Points de Vue Initiatiques 172

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents