Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Une loge du GODF de Lyon veut exclure Gérard Collomb de l’obédience.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 22 Février 2013, 17:28pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie

marianneFM.jpgVoici une nouvelle tout à fait étonnante que publie aujourd’hui sur son site internet le Magazine Lyon-Capitale.

Dans une article intitulé « Une loge de francs-maçons lyonnais veut exclure Gérard Collomb du Grand Orient » nous apprenons avec stupéfaction qu’une loge du Grand Orient de France de Lyon, dénommée Eugène Varlin, a monté un dossier de près de 100 pages sur le Maire de Lyon, Gérard Collomb,  (par ailleurs notoirement membre du Grand Orient de France) qui « vise à démontrer que Gérard Collomb a bafoué les principes du Grand Orient en matière de laïcité ».

Le but de ses « frères » : déposer ce dossier (je ne dirais même pas ce qu’il contient) devant la Chambre de Justice Maçonnique du Grand Orient de France en demandant à celle-ci d’exclure Gérard Collomb car il aurait « bafoué les principes du GODF en matière de laïcité ».

Je pensais qu’un élu devait simplement respecter les principes et les lois de la République. Un Sénateur-Maire devrait-il, non seulement respecter la Loi, mais en plus respecter « les principes du GODF » dans le cadre de l’exercice de son mandat s’il appartient à cette obédience maçonnique ?

Cela voudrait-il dire qu’il y a aujourd’hui en France un contrôle politique des frères du Grand Orient de France qui exercent des fonctions électives ou publiques ? Ce serait réellement inimaginable.

Je rappelle que des associations « laïques », nous dirions laïcardes, avaient déposé un recours contre le financement de l’ascenseur de la Basilique de Fourvière à Lyon. Le Conseil d’Etat, dans sa décision du 19 juillet 2011 a évidemment validé la subvention accordée à la Basilique en mettant en avant le caractère touristique du lieu. Il serait cocasse que cette subvention, validée par la plus haute juridiction administrative française, soit portée « à charge » contre le Maire de Lyon dans ce fameux dossier interne au GODF…

Je ne doute pas que le Grand Orient de France démente dans les plus brefs délais cette information. Et que la Chambre de Justice Maçonnique ne prendra même pas connaissance de cette délation avérée que constitue le dossier déposé par ces « frères » à l’encontre du Maire de Lyon.

Un contrôle politique de cette nature serait, s’il était confirmé, un coup de tonnerre sans précédent depuis l’affaire des fiches en 1904. Que pensent actuellement les élus membres du GODF s'ils savent ne pas être à l'abris de "frères", à ce points délicats et fraternels qu'ils passent leur temps à monter des dossiers pour demander leur exclusion? Aucune sanction interne n'est envisagée contre cette pratique de délation, de la part de frères, voire de loges? Curieuse ambiance!

Mais encore une fois, je ne doute vraiment pas que le GODF démente de la façon la plus vigoureuse cette information et que jamais il ne laissera des « frères » monter et présenter un dossier contre un élu, un parlementaire de la République, membre du GODF.

Jean-Laurent Turbet

 

° Pour aller plus loin :

° L’article de Lyon Capitale.

° Le site de la lge Eugène Varlin du GODF à Lyon.

° La Laïcité en France aujourd’hui, sur ce site.

° L’affaire des fiches , sur Wikipédia.

 

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents