Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Hugo Chavez, la Franc-Maçonnerie et la Grande Loge du Venezuela.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 11 Mars 2013, 11:02am

Catégories : #Franc-Maçonnerie

Gran-logia-de-venezuela.pngLa mort d’Hugo Rafael Chávez Frías, président de la République bolivarienne du Venezuela, le 5 mars 2013 a profondément marqué les esprits dans son pays.

Celui-ci a, ici en France, il faut bien le dire, une image plus contrastée. S’il lui est reconnu le fait d’avoir lancé des grands programmes sociaux et d’éducation en faveur des plus pauvres, ses relations d’amitiés avec les plus grands tyrans de la dernière période (Mahmoud Ahmadinejad en Irak, Mouamar Khadafi en Lybie, Bachar El Assad en Syrie…) donnent de lui une image contrastée.

Il est vrai que sous son « règne » le taux de pauvreté au Venezuela a été diminué de moitié, de 54 % des ménages (2003) à 26 % (2008). La pauvreté extrême a diminué de 72 %. Le peuple se nourrit incontestablement mieux. Le chômage a fortement diminué aussi : il est passé de 11,3 % (1998) à 7,8 % (2008). Pendant cette période, 2,9 millions d'emplois ont été créés. Aidé par la manne du pétrole, Chavez a assez largement fait bénéficié les plus pauvres des possibilités financières du pays. Le retard était énorme. Il commence à se combler.

Evidemment toute médaille a un revers. Le soutien à tout ce qui est « anti-américain » ou « anti-impérialiste » comme nous l’avons vu, du soutien à des dictateurs comme du soutien à Cuba par exemple.

La corruption, le clientélisme et les atteintes aux libertés (fermeture de radios, de journaux, répression des opposants, mainmise sur les médias par Chavez etc…) se sont multipliés sous l’ère du Commandante.

Le Venezuela est également le second pays le plus dangereux au monde, derrière le Mexique (et même devant la Colombie). À Caracas, on atteint 130 assassinats pour 100 000 habitants.

C’est dans ce contexte que la Grande Loge du Venezuela a envoyé un courrier à l’ensemble de ses membres pour leur faire part de la peine occasionnée par la disparition d’Hugo Chavez, qui n’était pas franc-maçon.

Les dirigeants de la Grande Loge adressent évidemment leurs condoléances à la famille du président défunt et décrètent également trois jours de deuil pour les francs-maçons du pays.

Voici la lettre de la Grande Loge du Venezuela :

ChavezGLVenezuela.jpg :

 

Hugo Chavez en renommant la République du Venezuela en « République Bolivarienne du Venezuela » faisait explicitement référence à la personnalité, à l’œuvre et à la pensée de Simon Bolivar.

Simon-Bolivar-4.gifSimón José Antonio de la Santísima Trinidad Bolívar y Palacios, plus connu sous le nom de Simón Bolivar, surnommé El Libertador, (né le 24 juillet 17831 à Caracas au Venezuela, et mort le 17 décembre 1830 à Santa Marta en Colombie), général et homme politique sud-américain, est connu pour avoir été le libérateur d’un grand nombre de pays d’Amérique Latine du joug espagnol.

Anti-impérialiste et nationaliste, il est une figure emblématique, avec l'Argentin José de San Martín, de l'émancipation des colonies espagnoles d'Amérique du Sud dès 1813. Il participa de manière décisive à l'indépendance des actuels Bolivie, Colombie, Équateur, Panama, Pérou et Venezuela. Bolivar participa également à la création de la Grande Colombie, dont il souhaitait qu'elle devînt une grande confédération politique et militaire regroupant l'ensemble de l'Amérique latine, et dont il fut le premier Président.

L’idole de Chavez, Simon Bolivar a bien été franc-maçon.

Lors de son premier voyage en Europe, Bolivar fréquente les milieux intellectuels de l’époque, libéraux et francs-maçons.

C’est Lors d’un séjour en Italie avec son vieux précepteur qu’il fait le serment le  15 août 1805 de libérer sa terre natale, le Venezuela,  du pouvoir de la métropole espagnole.

C’est durant cette même période, celle de son second voyage en Europe, qu’il est reçu franc-maçon.

Les dates de son initiation divergent.

Il aurait été initié à la Franc-Maçonnerie le 11 novembre ou le 27 décembre 1805.

Des sources différentes  affirment qu’il a été initié à Cadix et qu’il aurait reçu le grade de compagnon à la Loge Saint-Alexandre d’Ecosse le 11 novembre 1805.

Certaines prétendent même que c’est Miranda, également franc-maçon, qui l’a initié à la Grande Loge Américaine en 1803.

D’autres disent qu’il  a été initié à Paris le 27 décembre 1805 à la Loge Saint-Alexandre d’Ecosse au Rite Ecossais Ancien et Accepté et élevé au grade de maître dès janvier 1806. C’est cette hypothèse qui semble la plus probable (qu’il ait été initié le 11 novembre ou le 27 décembre 1805 n’est pas très important…).

Une chose est bien certaine : Simon Bolivar a bien été franc-maçon.

D’ailleurs cette appartenance a été confirmée explicitement  dans une planche intitulée « Franc-maçonnerie et socialisme » prononcée le 28 août 1971 à Bogota dans une loge de la Grande Loge de Colombie, par le très regretté frère Salvador Allende.

Allende précisant même que Bolivar créa une Loge appelée la « Lautariane ». Cette loge connue aussi sous le nom de « Lautaro », avait également pour membres fondateurs Francisco Miranda, ainsi que José de San Martin futur libérateur de l’Argentine et du Pérou. La Logia Lautaro était une loge révolutionnaire, active sur le plan politique. Son nom est un hommage au chez amérindien Lautaro, chef indien mapuche du Chili qui, au 16ème siècle, avait résisté avec succès aux tentatives espagnoles de conquête.

Il faut également souligner que les principaux généraux des guerres d’indépendance en Amérique comme Bernardo O’Higgins le libérateur du Chili étaient tous francs-maçons.

Alors que la Grande Loge du Venezuela rende hommage à Chavez, n’est-ce pas après tout, faire honneur aussi au frère Simon Bolivar qui inspirât si fortement le président défunt ?

Jean-Laurent Turbet

 

° Pour aller plus loin :

° Le site de la Grande Loge du Venezuela (en espagnol).

Commenter cet article

cecile revauger 12/03/2013 13:58


Au risque de vous décevoir, il n'existe malheureusement aucune preuve de l'appartenance maçoonique de Bolivar ou de Miranda; c'est le point de vue du spécialiste en la matière, JoseFerrer
Benimeli, spécialiste d'Amérique latine,  qui a écrit deux notices très complètes pour le dictionnaire biographique que j'ai coordonné avec Charles Porset et qui est en cours de publication
aux éditions Champion, Le Monde Maçonnique des Lumières. Bien cordialement, Cécile Révauger

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents