Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Baby-Loup : un avis maçonnique différent.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 27 Mars 2013, 17:40pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie

compas-bleu-g.gifPlusieurs obédiences maçonniques françaises ont pris position publiquement après l’arrêt de la cour de Cassation qui a annulé le licenciement d’une employée de la Crèche Baby-Loup de Chanteloup les Vignes qui portait le voile.

 

La Grande Loge féminine de France s’est exprimée par communiqué, puis le Grand Orient de France et la Fédération Française du Droit Humain se sont exprimés par un communiqué conjoint.

 

Aujourd’hui, Alexandre Reynes, qui est sociologue et conseiller de l’Ordre de la Grande Loge Mixte de France m’a fait parvenir un point de vue différent de celui exprimé généralement.

 

Il s’exprime évidemment à titre personnel sans engager son obédience. Mais trouve intéressant de le publier ici. Voici son texte :

 

 

Baby-Loup : Ne pas ajouter l'exclusion à l'exclusion.

 

Face à l'émotion provoquée par le jugement de la Cour de Cassation dans l'affaire Baby-Loup, et tout en affirmant mon attachement à la Laïcité, il m'importe en tant que franc-maçon, et à titre personnel, d’exprimer certaines réserves face à l’unanimisme des réactions.

 

Les principes qui nous animent, la Liberté, la Fraternité et l'Égalité, sont au cœur des processus d'intégration dans la République française. Or ils semblent étonnement absents d'une question traitée sous l'aspect unique du droit ou d'une défense de la laïcité. Défense dont les mots trahissent parfois involontairement la crispation identitaire.

 

Derrière la multitude des déclarations de principe, derrière les lois, derrière les règlements de police, il y a des vies d’hommes et de femmes qui ne peuvent être simplement révoquées au bénéfice d'un unitéisme républicain élevé au rang de panacée.

 

Rappelons les faits. La crèche associative Baby Loup, de Chanteloup les Vignes, a licencié en 2008 l'une de ses employées, au motif qu'elle refusait d'ôter son voile dans l'exercice de sa profession d'assistante maternelle, au retour d'un congé parental. Cette crèche, dont le règlement intérieur affirmait la nécessité d'une stricte neutralité religieuse, entendait remplir une mission de service public dans un quartier réputé difficile, de par un chômage important et la coexistence de nombreuses nationalités. Le Conseil des prudhommes de Mantes la Jolie en 2010, et la Cour d'appel de Versailles en 2011 ont approuvé ce licenciement.

 

Jugement annulé ce 19 mars 2013 par la Cour de Cassation soulignant que s'agissant d'une crèche privée, elle "ne peut dès lors, en dépit de sa mission d'intérêt général, être considérée comme une personne privée gérant un service public" à laquelle le principe de laïcité devrait s'appliquer.

 

Conscient que le comportement de cette employée ne saurait être toléré dans le cadre de l'exercice d'un service public de l'État, où le principe de laïcité doit être appliqué avec la plus grande vigueur, et qu’il y a de surcroît désobéissance au règlement intérieur de l’établissement, je voudrais ici rappeler que l'emploi est un droit fondamental, et qu’il constitue l'une des premières formes d'intégration sociale, particulièrement dans des temps et des lieux où le chômage et la misère sont les principaux vecteurs du communautarisme.

 

C'est par le travail et l'intégration dans la vie de la cité que les hommes et les femmes issues de l'immigration trouvent le courage d'affirmer leur liberté de conscience face aux croyances religieuses et à leur cortège de superstitions. Il semble alors d'un autre âge d'exclure un individu de la vie professionnelle, dans une structure de proximité, de surcroît de droit privé, dès lors qu'il n'est fait aucune preuve d'un quelconque prosélytisme religieux mais qu’il ne s’agit que de signes visibles d’une appartenance.

 

Au-delà d’un aveuglement face à une réalité sociologique, ceci témoigne en tous cas de l'inquiétante illusion d'une société dont la seule forme d'intégration serait l'imitation d'une norme civilisationnelle. L'exclusion du différent n'a jamais été le meilleur rempart contre le communautarisme, bien au contraire.

 

Rappelons-nous nos combats des années 80 pour donner à chacun le droit à la différence, le droit à la liberté de ne pas renier ses racines, donner le goût de l'Autre et faire taire la peur de la différence. Ce temps semble bien loin.

 

Il convient peut-être alors de ne pas oublier le principe de Liberté, qui seul peut restaurer l'image généreuse de la République française, la Fraternité, qui impose de traiter chaque homme ou chaque femme avec la même bienveillance et la même neutralité, et l'Égalité qui doit donner à chacun, quelle que soit sa croyance ou son origine sociale ou géographique, la chance de s'intégrer, notamment par le travail, à la vie de la cité.

 

Là est l'urgence.

 

Et la voie d'une société apaisée où chacun adhère au contrat social ne peut être trouvée en ajoutant l'exclusion laïque à l'exclusion sociale.

 

 

Alexandre Reynes

Sociologue

Conseiller de l’Ordre de la GLMF

 

 

° Pour aller plus loin :

 

° Crèche Baby-Loup : Communiqué conjoint du Grand Orient de France et du Droit Humain, sur ce site.

 

° Crèche Baby-Loup : Communiqué de la Grande Loge Féminine de France, sur ce site.

Commenter cet article

Pat 18/05/2013 13:48


La norme de la civilisation  française serait le catholicisme ? La laïcité, un simple compromis ?


Notre ami hlfx semble peu au fait des fondements de 1789 et du texte de 1905, dont, en effet, beaucoup d'identitaires nostalgiques de la devise de l'Etat Français souhaiteraient voir crucifiés.


1789 nous libère enfin du joug religieux, principe fondamental de l'absolutisme, de son cortège d'interprétations historiques, de plus en plus démontré par les archéologues et historiens, et de
son fatras de superstitions ayant pour seul but la soumission des masses par le biais de la peur (vous n'imaginez tout de même pas que le bon père François croit à toutes ces sornnettes, ce
serait une grande naïveté, ou alors c'est très grave et dangereux!)


1905 affirme que la République se fonde sur un contrat social et non supersticieux ; que la cohésion d'un peuple ne peut se fonder que sur la valeur des actes et non sur une quelconque
appartenance de classe, d'origine nationale, éthnique ou religieuse.


Encore et surtout aujourd'hui est démontré que les religions sont source de division, voire de guerres ; seule la laïcité est génératrice de paix.


D'autre part, l'avis de notre ami et Frère Alexandre est d'une compassion bien respectable, son seul défaut me semble être qu'il est fondamentalement théorique ; le moyen d'endiguer la misère
n'est surement l'acceptation de l'obscurentisme, mais bien l'éducation, laïque de surcroit.


Je rejette l'idée selon laquelle l'Ecole, qui est le premier et seul réel facteur d'intégration des enfants des populations défavorisées, serait la cause de l'échec scolaire et je considère que
le jour ou nous auront décidé d'affirmer clairement la supériorité de l'Instituteur sur le prêtre, ce jour là, la paix, tant prêchée, mais tant bafouée par les églises, mosquées et synaguogues,
rêgnera sur notre bien aimée planète !


Je serais donc un laïcard ? tant mieux ; entre la réunion de ce qui est épars à la division, mon choix est clair.


J'ai dit

hlfx 27/03/2013 20:59


La position exprimée est équilibrée. Cependant, l'auteur insiste sur «  l'inquiétante illusion d'une société dont la seule forme d'intégration serait
l'imitation d'une norme civilisationnelle ».


La norme de la civilisation française reste, quoiqu'on en pense, le catholicisme et non la laïcité qui n'est qu'un compromis. J'ai noté que de nombreux contempteurs de l'arrêt de la cour de
Cassation ne sont particulièrement connus pour être des grenouilles de bénitier, bien au contraire. Je ne crois donc pas qu'ils appuient leur raisonnement sur la norme civilationnelle propre à la
France, la religion catholique, mais sur une idéologie, le laïcisme, voire dans sa version sectaire, le «  laïcardisme ».

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents