Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Eglise/Franc-maçonnerie : le retour des vieux démons, par Romano Libero, théologien.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 22 Mars 2007, 23:41pm

Catégories : #Franc-Maçonnerie

J'avais, il y a peu, écrit un article sur ce bloc-notes intitulé "Eglise (catholique) et Franc-Maçonnerie".

Vous trouverez ci-dessous un article de Romano Libero publié sur le site Golias intitulé "Eglise/Franc-maçonnerie : le retour des vieux démons".

C'est une pierre de plus apportée au sujet pluri-séculaire des relations entre l'Eglise et la Franc-Maçonnerie.

Cet article vient  en quelque sorte (quoi qu'involontairement) en complément de mon article; je vous le livre donc :

 "Eglise/Franc-maçonnerie : le retour des vieux démons".

Alors que les relations entre l’Eglise catholique et la franc-maçonnerie se déroulaient de manière apaisée depuis plusieurs années, voilà qu’un important responsable de la Curie romaine relance la stigmatisation de l’Eglise catholique contre les " frères de lumière".

Une nouvelle étape dans la lutte du Pape Ratzinger contre le relativisme.

Les propos récents de Mgr Gianfranco Girotti, secrétaire de la Pénitencerie Apostolique, organisme de la Curie romaine ravive de vieilles polémiques et sans doute parfois d’anciennes inquiétudes.

En effet, le prélat du Vatican a rappelé la position déjà exprimée en 1983 par le cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, concernant la franc-maçonnerie : "l’Eglise catholique a toujours critiqué la conception mystique propre à la franc-maçonnerie, la déclarant incompatible avec sa propre doctrine". Il a dénoncé en particulier le "naturalisme rationaliste qui inspire ses projets et ses activités contre l’Eglise".

Il met également en garde contre "le climat de secret qui la caractérise". Selon Mgr Girotti, un franciscain très conservateur qui a travaillé avec le cardinal Ratzinger au Saint Office, ceux qui appartiennent à la franc-maçonnerie "’prennent le risque de devenir instrument de stratégies qu’ils ignorent".

En tout cas, selon ce prélat de la Curie, non seulement l’adhésion à une loge maçonnique demeure interdite par l’Eglise, mais en plus ceux qui y contreviennent sont en état de péché grave et ne peuvent avoir accès à l’eucharistie.

Cette intransigeance ne présente rien de nouveau. Certes, dans les années soixante dix, de nombreux prélats étaient intervenus pour infléchir la position traditionnelle, soit par des interventions publiques soit à des niveaux plus discrets. Citons en particulier les cardinaux Koenig et Seper. Lors de la rédaction du Code de droit canonique de 1983, un certain nombre d’hommes d’Eglise sont intervenus pour que ne soit pas reconduite l’ancienne peine d’excommunication. En particulier, les cardinaux Casaroli (Secrétaire d’Etat) et Castillo Lara, ou l’alors Mgr Vincenzo Fagiolo. D’un avis différent, le cardinal Ratzinger crut bon quelques mois après de faire paraître un texte rappelant que même si les francs-maçons n’étaient pas excommuniés, pour autant ils étaient en état de péché grave.

A la base, il en va tout autrement : de nombreux croyants catholiques romains fréquentent les loges ; y compris des prêtres et quelques évêques. Dans le passé, plusieurs prélats comme Daniel Pézeril, évêque auxiliaire de Paris, Jean-Charles Thomas, évêque de Versailles ou André Collini, archevêque de Toulouse ou le Père Michel Riquet, jésuite ont entamé un dialogue positif et promu des échanges féconds et amicaux. Dans un livre consacré au sujet par le théologien et historien Jérôme Rousse-Lacordaire, dominicain, Mgr Joseph Doré, archevêque de Strasbourg, sulpicien et lui-même théologien de renom a tenu des propos ouverts et encourageants.

1. UNE HISTOIRE COMPLEXE

Depuis 1738 et la bulle In Eminenti (premier texte de condamnation de la part d’un Pape, Clément XII), les rapports entre l’Eglise et la franc-maçonnerie sont souvent tendus. Pourtant, les raisons véritables du premier conflit n’avait rien de doctrinal, mais de dynastique et de politique : d’obscurs conflits de succession chez les Stuart. On note d’ailleurs en général au XVIIIe siècle le grand flou de l’énoncé des motifs de condamnations.

En 1873 encore, la bulle de Pie IX "etsi multa", condamne moins la maçonnerie elle-même (pour des raisons philosophiques) que des influences politiques qu’elle entend pourfendre (avec l’arrière-pensée selon laquelle il y a un lien de cause à effet entre les actions souterraines de ces courants et les déboires d’un Pape qui a perdu ses Etats Pontificaux).

Le texte le plus dur date de 1884, il s’agit de l’encyclique "Humanum genus" du Pape Léon XIII, par ailleurs homme de culture et intellectuel moins fermé aux questions nouvelles que son prédécesseur (on lui doit justement en 1891 l’encyclique "Rerum novarum" sur les questions sociales).

En fait, là encore, il s’agit plutôt de circonstance lié au contexte spécifique de l’Italie du temps marquée par le combat anticlérical contre la Papauté et le catholicisme. Au fond, la position du Pontife Romain n’a rien d’une sorte de condamnation absolue de la maçonnerie : il s’agit davantage de dénoncer l’anticléricalisme dont firent preuve de fait les loges maçonniques.

D’où au début des années 1970, cette position de trois cardinaux, Joseph Krol, Franz Koenig et Franjo Seper selon laquelle le noyau véritable de l’enseignement du Magistère catholique sur la question n’était pas une condamnation définitive de la maçonnerie et de ses lumières philosophiques, sapientielles et morale mais uniquement de l’orientation anticatholique parfois adoptée. Autrement dit, un catholique peut être maçon s’il ne fait sien l’anticatholicisme.

Le fait que le canon d’excommunication rédigé en 1915 par Benoît XV contre la franc-maçonnerie mentionne les sociétés qui "complotent contre l’Eglise" n’est pas anodin. Je me permets d’ajouter que tel fut l’argument de Mgr Vincenzo Fagiolo, canoniste romain, pour supprimer de l’actuel code de droit canonique l’excommunication en raison de l’appartenance à la maçonnerie.

2. CONSIDERATIONS « THEOLOGIQUES »

Avec un peu d’humour et de sens du relatif, je me permets d’attirer l’attention sur le sens très relatif de la loi dans la mentalité romaine. La référence est répétée, éventuellement avec solennité ou théâtralité d’autant plus qu’elle appelle des exceptions, des accommodements et des contournements.

Nous sommes quant à nous influencés au contraire par un sens de la norme intériorisée. Un exemple : la conduite automobile est différente à Berlin et à Rome ou Naples. Cette considération permet d’emblée de ne pas dramatiser ou prendre forcément au pied de la lettre une prise de position même abrupte.

Plus sérieusement, la tradition chrétienne la plus authentique, y compris catholique, reconnaît un primat de la conscience. A commencer par Saint Thomas d’Aquin, Docteur commun de l’Eglise catholique.

Au XIXe siècle, le cardinal John Henry Newman – dont le procès en béatification est actuellement en cours à Rome – a dit un jour : « je bois à ma conscience et au Pape ensuite ».

Toutes les décisions des officines vaticanes n’ont pas portée d’infaillibilité. La définition de l’infaillibilité de l’Eglise, qui fonde une éventuelle infaillibilité pontificale (discutée par des théologiens comme Hans Küng) ne vaut que pour les éléments essentiels de la foi et en certaines circonstances.

Au quatorzième siècle, le Concile de Vienne a condamné officiellement le prêt à intérêt comme étant toujours un péché mortel. L’Eglise est revenue sur cette position (cf. les banques vaticanes).

Au fil des siècles, les institutions vaticanes ont condamné Galilée, réhabilité par Jean Paul II qui a fait repentance (et déjà en partie par Benoît XIV deux siècles et demi auparavant).

Un croyant éclairé n’a pas peur quelquefois d’être en porte-à-faux avec l’opinion d’un temps des hommes d’Eglise (Jacques Maritain distinguait l’Eglise et son personnel).

Il vaut mieux obéir à Dieu (et la conscience est la première voix de Dieu en nous) qu’aux hommes.


Une dépêche de l’agence Apic du 2 mars 2007 relate les propos tenus par Mgr Gianfranco Girotti, régent de la Pénitencerie apostolique, lors d’une table ronde à Rome sur le thème L’Eglise catholique et la franc-maçonnerie.

 « L’Eglise catholique a toujours critiqué la conception mystique propre à la franc-maçonnerie, la déclarant incompatible avec sa propre doctrine », a-t-il affirmé. « Le magistère de l’Eglise s’est officiellement exprimé plusieurs fois dans des déclarations sur le fait que l’appartenance à la franc-maçonnerie et l’appartenance à l’Eglise catholique est incompatible », a-t-il rappelé.

 Selon Mgr Girotti, « le jugement négatif de l’Eglise à l’égard de la franc-maçonnerie a toujours été inspiré par des raisons pratiques et doctrinales ». L’Eglise a toujours dénoncé dans la franc-maçonnerie « des idées philosophiques et des conceptions morales opposées à la doctrine catholique », comme ce « naturalisme rationaliste qui inspire ses projets et ses activités contre l’Eglise ».

 Pour certains « la franc-maçonnerie constituerait un élément de cohésion » qui « n’éloignerait personne de sa religion, mais au contraire constituerait une invitation pour y adhérer encore plus », a ironisé Mgr Girotti, mettant en garde contre le « climat de secret qui caractérise la franc-maçonnerie » et qui comporte pour ceux qui y appartiennent « le risque de devenir instrument de stratégies qu’ils ignorent ».

 Mgr Gianfranco Girotti a enfin rappelé que la Déclaration sur la franc-maçonnerie de la Congrégation pour la doctrine de la foi, approuvée en 1983 par Jean-Paul II, affirmait « que l’inscription aux associations maçonniques ‘demeure interdite par l’Eglise’ et que les fidèles qui s’y inscrivent ‘sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion’ ». Pour le prélat romain, la déclaration de la Congrégation pour la doctrine de la foi était « devenue nécessaire » pour mettre fin à l’opinion erronée qui se diffusait parmi les fidèles, selon laquelle l’adhésion à une loge maçonnique était licite. 

date : 10/3/2007

Commenter cet article

FARCE 11/09/2008 16:09

Bonjour,
        Votre article est intéressant, mais laisse quelques ombres :
1) Dire qu'Hans KUNG, théologien (on comprend théologien catholique) s'oppose à la conception de l'Eglise sur l'infaillibilité, revient à dire que cette notion est discutée encore aujourd'hui... Effectivement, elle l'est. Mais, il serait quand même plus honnête de dire aussi qu'Hans KUNG a été interdit d'enseigner dans les universités catholiques, non pas pour sa position sur l'infaillibilité, mais sur le type de résurrection de Jésus (il ne serait pas surpris de retrouver des os de Jésus, alors que la saine doctrine catholique est de croire que Jésus est ressuscité corps et âme, et donc qu'on ne retrouvera pas le squelette de Jésus, ni de la Vierge Marie d'ailleurs, comme on retrouve le squelette de saints). Donc Hans KUNG n'a plus aucune légitimité catholique, depuis 20 ans.... J'aimerais que vous le signaliez....
          2) Les régulières allusions à l'intransigeance catholique, face à la tolérance franche maçonne, ou la liberté protestante, sont des poncifs bien pratiques pour saper la sincérité catholique. C'est bien dans l'air du temps, c'est une bonne technique de vente, ou de persuasion, mais elle ne confond pas les personnes qui réfléchissent un peu plus loin.

Alain 06/04/2007 10:55

Bonjour,

 

Ce n’est pas le propos mais je ne savais pas où poster ceci.

 

Une chanson, circule en ce moment. « Les Bobos » de Renaud sont rebaptisés « Les Gauchos ». Jusque là, rien d’extraordinaire.

 

Cependant, je cite « mais quand faut placer les enfants, on fait jouer les relations, c’est bien le piston de temps en temps faut bien que ça serve d’être Franc-Maçon ». Au risque de nous décrédibiliser et d’entretenir le phantasme maçonnique.

 

La chanson peut être écoutée là, il s’agit visiblement des instigateurs de cette chanson.

 

http://www.byebyechirac2007.com/article-5881509.html

 

On peut alors se dire que ce blog est clairement orienté à droite malgré qu’il se veuille le « blog objectif et décalé des présidentielles ». Mais, un autre passage de la chanson dit : « Ils sont pour la démocratie, sauf quand on vote pas comme eux, si au second tour y a Jean-Marie ils manifestent conte les bouseux. Pour le droit de vote des étrangers même s’ils jacassent que leur argot, mais contre 6 millions de Français faudrait avoir un droit de veto » on peut se demander s’il n’est pas clairement à droite et le « décalage » dont ils se prévalent n’est pas idéologique.

 

Mais l’article suivant, http://www.byebyechirac2007.com/article-6163038.html, s’intitule « Liberté, Egalité, Fraternité » et termine par « Vive la République ».

 

En effet, outre cette chanson, j’ai reconnu une atmosphère maçonnique. Parcourez le blog en entier et dites moi ce que vous en pensez car je suis dubitatif.

 

Fraternellement,

 

Alain
 

Flori 23/03/2007 17:00

La franc-maçonnerie est une grande institution depuis 1789.Dépendant de la société"libre-pensée"je devine que les problèmes tant urbi orbi fait et moi aussi rire de la conception non humaine des "catho" de Rome.Ils sont nuls,ces papes d'un siècle séculier outrageant les sciences médicales entre couole mariés ou non mariésLCe sont tous ces religieux des -en puissance-des invertis métaphysiquement reliés par une science canonique datant d'un moyen-âge poussiereux avec des chefs papaux.Merde alors!!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents