Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Le président de la Fédération protestante de France ne souhaite pas connaitre les options morales des candidats à la présidentielle.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 11 Février 2007, 19:22pm

Catégories : #Protestantisme

 Faut-il que les Eglises agissent comme le lobby des chasseurs ? Faut-il qu'elles utilisent la période électorale pour marchander avec les candidats des engagements qui leur soient favorables ? Faut-il qu'elles répondent au lobby des homosexuels ou à celui des partisans de l'euthanasie, ou à d'autres encore, en utilisant la même arme qu'eux, le chantage : "Mesdames, Messieurs, les candidats, nous vous donnons jusqu'à fin mars pour vous prononcer !" ?

Je crois qu'il faut répondre par un "non" résolu ! Suis-je pour ou contre le mariage homosexuel ? Suis-je ou non en faveur de l'euthanasie ? Ces questions, au demeurant fort mal posées, n'ont à mon avis en aucune manière à devenir des enjeux électoraux.. Le faire revient même à pervertir la démocratie.

Ce que j'attends des candidats à la présidentielle, c'est qu'ils se prononcent sur la politique intérieure et extérieure qu'ils souhaitent conduire. Mais je ne veux pas savoir leur opinion sur le mariage homosexuel ou sur l'euthanasie. Par contre je veux connaître leur capacité à organiser des débats de société où les choix ne seront par guidés par l'appartenance à tel ou tel parti, ou par l'interprétation de sondages d'opinion, mais par une réelle attention aux questions posées, aux dimensions humaines et sociales dont elles sont porteuses.

De fait il s'agit de savoir de nos candidats si pour eux tout se résout en termes politiques, si tout est confrontation entre les forts et les faibles d'un moment, ou s'il est possible d'envisager que les choix de société, les choix culturels et humains, puissent relever de débats où le consensus soit recherché, lentement parfois; où les valeurs trouvent le temps de s'affirmer et de se confronter; bref, où une société se construise avec tous et pour tous.

Jean-Arnold de Clermont, Président de la Fédération protestante de France .

Tribune parue dans La Croix, vue sur le site de la FPF.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents