Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Rome ouvre les bras aux "traditionnalistes".

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 10 Septembre 2006, 20:06pm

Catégories : #Religions

Benoit XVI poursuit tranquillement son petit bonhomme de chemin pour aller à la réconciliation avec les catholiques traditionnalistes ,c'est-à-dire, en bon français, avec les catholiques intégristes qui ne veulent pas reconnaitre Vatican II.

Il faut dire que Jean-Paul II, le pape vraisemblablement le plus réactionnaire avant Benoit XVI, avait largement ouvert les voies du dialogue avec les intégristes.

C'est aujourd'hui une poignée de traditionnalistes, dissidents de la Fraternité sacerdotale Saint Pie X fondée par Mgr Lefebvre, mort en 1991), qui viennent de faire leur retour dans le giron de Rome, le Vatican ayant fait des concessions jamais accordées jusque là.

Par un décret en latin qui n'a pas encore été rendu public, la Congrégation pour le clergé a érigé un nouvel institut religieux de droit pontifical, l'institut du Bon pasteur. Il aura à sa tête l'abbé Philippe Laguérie, exclu de la Fraternité Saint-Pie X. Curé de la paroisse lefebvriste de Saint-Éloi à Bordeaux. L'abbé Laguérie est une "grande gueule" de la mouvance intégriste. Il a très souvent fustigé la Fraternité pour sa tiédeur et pour son ralâchement dans l'instruction donnée dans les séminaires. C'est un pur et dur, soutien du premier jour de Mgr Lefebvre. Il ne s'agit donc pas d'un ralliement d'une aile qui serait plus libérale du monde lefebvriste. Il est d'ailleurs soutenu dans sa démarche par la radio d'extrême droite Radio Courtoisie qui ouvre largement ses ondes à ses fidèles, comme aux partisans de la Fraternité d'ailleurs.

Dans son ralliement à Rome, il est suivi par l'abbé Christophe Héry et l'abbé Guillaume de Tanoüarn – fondateur de l'Association cultuelle Saint-Marcel et du centre Saint-Paul à Paris – exclus avec lui. L'abbé Paul Aulagnier, ancien bras droit de Mgr Marcel Lefebvre, longtemps supérieur général en France de la Fraternité (1976-1994), mais évincé en 2003, les a suivis.

Un cinquième prêtre, en poste à Bordeaux, l'abbé Henri Forestier, fait aussi partie des premiers membres de l'institut, avec le diacre Claude Prieur et plusieurs séminaristes. Certains d'entre eux seront prochainement ordonnés par le cardinal Dario Castrillon Hoyos, en charge du dossier des lefebvristes à Rome.

Il faut dire que Rome discute depuis de nombreuses années avec les intégristes. Mais cette nébuleuse réactionnaire est traversée depuis longtemps par des guerres et des excommunications intestines (L'Abbé Laguérie - reconnu aujourd'hui- s'était fait exclure de la Fraternité).

Le Vatican a donc décidé d'avancer dans la "réconciliation" avec certains intégristes (en attendant de trouver un accord avec la Fraternité). Il faut dire qu'un an après la rencontre "historique" entre Benoît XVI et Mgr Bernard Fellay, le chef de file des lefebvristes, les négociations entre les deux partie paraissaient compromises du fait des désaccords au sein de la famille intégriste. Autant dire que la décision du  Vatican passe mal dans les rangs de la Fraternité Saint-Pie X, alors que les termes d'un accord possible avec le Saint-Siège avaient été discutés il y a quelques mois seulement. D'ailleurs, les responsables de la Fraternité restent muets (de stupeur ?).

Le grand vainqueur de cette opération étant en effet l'abbé Laguérie (lefebvriste historique), dissident de la Fraternité, et dirigeant du "Bon pasteur". Le siège de cet institut sera en France, à Bordeaux, à l'église Saint-Éloi. Le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de la ville, pourrait accepter que cette église lui soit affectée. Il récupérerait ainsi une église de son diocèse dont l'abbé Laguérie a pris possession, il y a quatre ans, avec le soutien du conseil municipal. Pourtant, la réaction de l'archevêque de Bordeaux hier soir était extrêmement prudente et "mesurée" et ne témoignait pas - loin s'en faut- d'un grand enthousiasme : «Il s'agit d'une expérience de réconciliation et de communion qui devra encore s'affermir et s'approfondir dans les faits», a commenté Mgr Ricard, rappelant «la violence [qui] a marqué jusqu'à ces derniers mois les relations» de certains des intégristes avec les diocèses bordelais.

Comme je le disais plus haut, Rome n'a pas ménagé ses concessions dans cet accord dont l'objectif est clairement de bousculer les lefebvristes récalcitrants pour accélérer le rapprochement. Pour la première fois, les membres du Bon Pasteur sont autorisés à célébrer la messe «exclusivement» selon la liturgie traditionnelle de saint Pie V. Ils peuvent précher aussit aussi à «une critique constructive» du concile Vatican II. C'est une concession tout à fait exceptionnelle : Il faut noter que ni la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, ralliée au Vatican en 1988, ni la Fraternité traditionaliste de saint Jean-Marie Vianney, érigé en 2002 au Brésil, n'avaient bénéficié de telles faveurs ! Le Saint-Siège leur avait accordé le droit de célébrer la messe selon le missel tridentin, à condition de reconnaître le concile Vatican II, interprété «à la lumière de la tradition».

Il faut bien reconnaitre que celà correspond aux revendications de toujours de Mgr Marcel Lefebvre mort en 1991. Le Vatican créer ainsi une jurisprudence dont nombreux intégristes, actuellement en difficulté  avec Rome vont pouvoir demander à bénéficier.

Celà montre aussi ce que l'on savait déjà depuis des années : Que l'église apostolique et romaine se radicalise ( au moins au sommet...) dans un sens de plus en plus rigoriste. La rapprochement avec les intégristes n'en est qu'un signe parmi beaucoup d'autres...

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents