Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Dietrich Bonhoeffer, pasteur, résistant et martyr

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 23 Juin 2006, 11:49am

Catégories : #Protestantisme

Vu sur le site du Monde un article intitulé "Dieu contre le Nazisme" de Henri Tinq, consacré au pasteur Dietrich Bonhoeffer. J'ai ajouté les liens internet :

Confesseur de la foi, théologien, résistant et martyr : quelle facette retenir de Dietrich Bonhoeffer, ce monument de l'histoire chrétienne du XXe siècle ? Le centenaire de la naissance de ce pasteur allemand, le 4 février 1906 à Breslau, opposant de la première heure à Hitler, exécuté par les nazis le 9 avril 1945 au camp de concentration de Flossenbürg, suscite une remarquable biographie de Ferdinand Schlingensiepen, renouvelant celle d'Eberhard Bethge, contemporain et ami de Bonhoeffer (1967).

Labor et Fides réédite de son côté Résistance et soumission, ses lettres de captivité devenues l'une des contributions majeures à la théologie moderne : comment vivre devant Dieu et avec Dieu dans un monde sans Dieu ? Impossible de répondre à cette question sans replonger dans l'extraordinaire destin de ce plus jeune fils d'une famille de huit enfants, grands bourgeois de Silésie. Histoire douce et tragique d'une fratrie où brille l'éclat de l'intelligence, de la culture, de la générosité, de la fidélité à une Allemagne terrassée par le traité de Versailles et à un protestantisme vécu sans excès. Famille d'exception qui paiera un lourd tribut à la folie nazie : deux fils et deux gendres assassinés.

La figure du tyrannicide remplirait à elle seule plus d'un roman. Mais la biographie de Schlingensiepen ne se limite pas à la participation de Bonhoeffer aux réseaux qui préparent de loin l'attentat contre Hitler du 20 juillet 1944, son arrestation le 5 avril 1943 et sa pendaison. Schlingensiepen raconte surtout la carrière d'un prophète visionnaire des nouveaux malheurs de l'Allemagne, l'héritage qu'il a reçu des maîtres à penser du protestantisme - von Harnack, Karl Barth (sur Karl Barth voir Karl Barth théologien Réformé? note du wabmaster),  -, lire ses charges pastorales à Berlin et à l'étranger, sa découverte éblouie à Rome de l'universalité du catholicisme, ses engagements dans l'oecuménisme.

Il décrit surtout une Eglise d'Allemagne prisonnière d'un cas de conscience que n'avait pas prévu l'autonomie des "deux Règnes" - religieuse et étatique - de Martin Luther. Face à Hitler, qui est le non-droit absolu, l'impératif de la conscience et de l'Evangile est plus fort que la loi de l'Eglise. Dès février 1933, sur une radio de Berlin, Bonhoeffer joue sur les mots : "Si l'image du "Führer" glisse vers celle du "Verführer" (séducteur), le chef se déifiera en une caricature de Dieu." Sa rupture avec le régime et l'"Eglise du Reich", dirigée par des prélats à la botte, se confirme avec le "sinistre paragraphe aryen" excluant les juifs de tout emploi public. Bonhoeffer ne peut concevoir son christianisme sans sa part juive.

Le coeur de cet ouvrage est donc bien le récit détaillé, d'un côté, des plus odieuses compromissions avec le nazisme d'évêques et de laïcs allemands et, de l'autre, des actes éblouissants de l'Eglise confessante, celle de la résistance à Hitler, que Bonhoeffer fonde, en mai 1934, avec Martin Niemöller. Toute la correspondance qu'il écrira dans les années de captivité ne s'écarte pas de cet axiome : loin des oripeaux des Eglises, discréditées entre 1933 et 1945 et appelées à disparaître, le seul christianisme qui survivra est celui de Jésus, "l'être pour les autres" - les bafoués, les opprimés - et la prière.

On fera de lui le prophète d'un christianisme sans Eglise, allant au-delà de ce qu'il a lui-même écrit. Reste qu'il faudra bien un jour qu'on dresse le martyrologe de ces figures qui ont trouvé dans la foi chrétienne le motif de leur résistance au totalitarisme.


Dietrich Bonhoeffer. BiographieDIETRICH BONHOEFFER de Ferdinand Schlingensiepen. Traduit de l'allemand par Charles Chauvin et Raymond Mengus. Ed. Salvator, 420 p., 29,50 €.

RÉSISTANCE ET SOUMISSION de Dietrich Bonhoeffer. Ed. Labor et Fides, 652 p., 37 €.

Signalons également la traduction de l'allemand (par Marthe Weiss) des écrits d'un jeune pasteur alsacien, Charles-Eugène Weiss, enrôlé de force et mort en Russie en avril 1944, à l'âge de 21 ans : Malgré la nuit et le brouillard, préface de Marc Lienhard, éd. Arfuyen, 174 p., 17 €.

Henri Tincq
Article paru dans l'édition du 23.06.06

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents