Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Le procès de l'affaire Sohane, adolescente brûlée vive en octobre 2002, débute aujourd'hui à Créteil

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 31 Mars 2006, 09:03am

Catégories : #Intégrisme

Ils seront deux dans le box des accusés de la cour d'assises de Créteil :

Jamal Derrar tout d'abord. A 22 ans il comparaît pour actes de torture ou de barbarie ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

 Tony Rocca ensuite. A 23 ans, il est lui poursuivi pour complicité par aide et assistance.

Les deux assassins de Sohane risquent la réclusion criminelle à perpétuité.

Rappellons nous du martyr de Sohane Benziane qui avait été aspergée d'essence par Jamal Derrar  dans le local à poubelles d'un immeuble d'une cité à Vitry-sur-Seine.

Sohane, qui se trouvait avec deux amies dans un local à poubelles de la cité Balzac, avait été aspergée d'un litre d'essence. Malgré les supplications des trois filles, Jamal Derrar avait allumé un briquet plusieurs fois jusqu'au moment où Sohane s'était transformée en torche vivante.

Sortie dehors, elle n'a pas pu être sauvée malgré l'aide de témoins et de son agresseur, et l'arrivé rapide des secours. Elle est morte deux heures plus tard à l'hôpital. Elle avait 17 ans.

Son agresseur a toujours affirmé qu'il voulait seulement lui "faire peur".

Selon l'enquête de police menée alors, il avait banni Sohane de la cité après une bagarre l'ayant opposé au petit ami de la jeune fille.

Ce fait divers atroce avait popularisé l'association "Ni putes, ni soumises", formée début 2002 pour la défense des jeunes femmes issues de l'immigration et qui a connu en 2003-2004 une reconnaissance des plus hautes autorités de l'Etat. En 2003, l'association avait entamé un tour de France depuis Vitry, en hommage à Sohane, morte car elle «a refusé de se soumettre à la loi du ghetto». La marche s'était achevée à Matignon.


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents