Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Le Grand Orient à feu et à sang

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 10 Mars 2006, 11:13am

Catégories : #Franc-Maçonnerie

Dans un article de l' Express, le spécialiste de la Franc-maçonnerie de cet hebdomadaire, François Koch, revient sur les problèmes que connait actuellement le GODF dans un article intitulé "Le Grand Orient à feu et à sang".

Voici quelques extraits de cet article :

"Rien ne va plus dans la principale obédience française. Son grand maître, Jean-Michel Quillardet, voit son autorité ouvertement contestée. Et les règlements de comptes se succèdent sur fond d'accusations de turpitudes financières"

Pourquoi tant de haine dans un monde déjà si cruel? A peine remis de sa dernière assemblée générale de septembre 2005, que bien des frères ont surnommée «le convent de la honte» tant les débats de fond avaient la consistance du vide sidéral, le Grand Orient de France (GO), une obédience maçonnique française née en 1728 et forte de 47 000 membres, s'offre une nouvelle crise ouverte.
(...)
Malgré ses efforts, le nouveau sérénissime grand maître, Jean-Michel Quillardet, un avocat parisien de 52 ans et le cœur à gauche, ne parvient pas à asseoir son autorité et à mettre un terme aux guerres de tranchées.

Vendredi 24 février, au quatrième étage de son imposant siège de la rue Cadet, dans le IXe arrondissement de Paris, le grand maître ouvre la séance du conseil de l'ordre. Mais la réunion tourne court: avec seulement 21 frères présents, le quorum de 24 n'est pas atteint.
(...)
«Je trouve cela scandaleux, s'est écrié Jean-Michel Quillardet. A un moment donné, il faut savoir dire stop.»
(...)
«C'est sans doute la première fois dans l'histoire de notre obédience que nous pouvons constater de tels errements. Je ne l'accepte pas, je ne l'accepterai plus.» Jean-Michel Quillardet s'est aussi emporté contre une rumeur accusant son père d'avoir spéculé sur des biens de déportés, «lancée notamment dans la région de Marseille», affirme-t-il en menaçant de saisir à la fois la justice maçonnique et les tribunaux de la République. Ayant compris que se trouve indirectement visé l'ancien président du conseil de l'ordre, l'Arlésien Gérard Pappalardo, des frères de l'opposition soutiennent, eux, que ce «ragot infâme» provient d'un maçon de la majorité du grand maître! «Je suis victime d'un flot de haine», résume Jean-Michel Quillardet, reconnaissant à la fois la fragilité de son obédience et le climat délétère qui y règne.

(...) le discours du grand maître prononcé malgré tout le 24 février et diffusé aux 1 100 loges du GO, a provoqué trois jours plus tard un départ spectaculaire: celui de Michel Delanoë, 64 ans, un expert judiciaire du Doubs, membre du conseil de l'ordre. Dans sa lettre de démission, fait rarissime, il regrette que son ex-obédience soit «aux mains d'un clan qui s'appuie sur les réseaux constitués à partir de la loge Intersection, de la section socialiste de Romainville [Seine-Saint-Denis] et de membres des hauts grades du rite français» et accuse le grand maître de «dérive autocratique». «J'ai pris l'engagement de stopper les errements de notre gestion nationale, écrira de son côté le 1er mars, dans une lettre ouverte le conseiller de l'ordre cannois Thierry Primey. L'obédience n'appartient pas seulement à une faction dirigeante.»

Delanoë et Primey visent Philippe Guglielmi, 54 ans, grand maître de 1997 à 1999, réputé, à tort ou à raison, pour sa grande influence à faire et défaire les hauts dignitaires du GO. Mais ce chef de bataillon de réserve, maire adjoint (PS) de Romainville, affirme s'être désengagé de ces jeux de pouvoir depuis deux ou trois ans. Notamment en démissionnant de son poste de grand gouverneur-régulateur du Ve Ordre international.

(...)
«C'est un combat d'arrière-garde et revanchard mené par huit ou neuf oppositionnels au conseil de l'ordre, affirme Jean-Michel Quillardet. Ils veulent renouveler le coup de l'an dernier, mais je ne démissionnerai pas le 1er avril prochain, lors de la conférence des congrès régionaux.»

(...)

«P2! P2! P2!», criaient des frères au cours de ce convent 2005, en visant l'atelier parisien Intersection, allusion excessive aux dérives de la célèbre loge affairiste italienne. Intersection demanda à être inspecté par le conseil de l'ordre, pour laver son honneur. Cette inspection ne servit qu'à cela, car tous les frères savaient déjà qu'Intersection était aussi une fraternelle élitiste, une rampe de lancement vers les instances sommitales, où l'on ne compte pas moins de quatre grands maîtres (l'un d'eux, Alain Bauer, a quitté le GO pour avoir été muselé au dernier convent) et 12 conseillers de l'ordre, actuels ou anciens.

(...)

De manière assez étrange, bien des maçons s'accusent mutuellement des pires turpitudes financières, alors qu'ils se veulent des modèles de vertu et d'intégrité.

(...)

Une autre enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République de Paris, le 6 octobre 2005, visant 27 000 euros de frais engagés par Bernard Brandmeyer pendant les dix-neuf mois de son mandat, et confiée à la brigade de répression de la délinquance astucieuse. La commission conventuelle du budget avait mis en doute l'intérêt pour l'obédience de ces 599 invitations au restaurant. «Je n'ai jamais dépassé mon budget», s'explique Brandmeyer.
(...)
 
«Ces deux affaires auraient dû être classées, mais, comme le GO est une institution, le parquet a lancé une enquête préliminaire, annonce Jean-Michel Quillardet, rassurant. Pourtant, si une information judiciaire était malgré tout ouverte, le GO et éventuellement la Sogofim se constitueraient partie civile.» Candidat à sa propre succession, le grand maître soupçonne les frères ayant transmis ces dossiers à la justice profane de l'avoir fait dans un but politique: le déstabiliser et passer pour des chevaliers blancs. Que le mandat de grand maître soit d'un an conduit, selon lui, à un psychodrame électoraliste permanent. «Quillardet sera réélu au convent de septembre prochain», prédit Guglielmi. Sauf si les affaires judiciaires venaient à se multiplier et si les délégués des loges, exaspérés, votaient, comme en 1995, une motion de défiance au conseil de l'ordre. Un pas vers le précipice ou un sursaut pour le GO?"
Source : L'Express

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents