Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Hommages à Ilan Halimi en Province

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 27 Février 2006, 19:25pm

Catégories : #Ilan Halimi, #Antisémitisme

A l'appel du CRIF, de Sos-Racisme et de la Licra, 200 000 personnes sont venues rendre hommage à Ilan Halimi, torturé à mort, et dénoncer l'antisémitisme et le racisme lors de la grande manifestation organisée à Paris. Dans les grandes villes de France, plusieurs rassemblements ont également eu lieu à la mémoire d'Ilan Halimi.


Besançon
Un office s'est tenu au centre communautaire de Besançon, le 24 février, en présence de Mgr André Lacrampe, Archevêque de la ville et de Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon.

Bordeaux
Derrière une banderole portant la photo d'Ilan Halimi et l'inscription « Repose en paix Ilan », 3.000 personnes ont défilé dans le calme et la dignité à Bordeaux de la place Jean Moulin jusqu'à la synagogue de la ville et le mémorial des juifs victimes de la Shoah.
Etaient présents le Cardinal Jean-Pierre Ricard, Président de la Conférence des Evêques de France, de nombreux responsables musulmans, dont l'Imam de Cenon ainsi que Charaffedine Mouslim, le président du CRCM d'Aquitaine ; des responsables de l'Eglise réformée ; Claude Maman, le Grand Rabbin de Bordeaux. De nombreuses personnalités politiques, députés, maires comme le Président du Conseil Général, Philipe Madrelle se sont également joints au cortège. Dans son allocution, Albert Roche, Président du CRIF Sud-Ouest Aquitaine a déclaré : « Nous en appelons à la responsabilité des associations et de la société dans son ensemble pour lutter contre l'antisémitisme et toutes les formes de racisme et de violence aveugle, et pour renouer un dialogue de confiance. »

Lille
Le CRIF Nord Pas-de-Calais, le Consistoire, la Licra, le Bnai Brith, les amitiés judéo-chrétiennes ont appelé à un rassemblement qui a été suivi d'un office à la synagogue de Lille, le vendredi 24 février, en présence de Mgr Gérard Defoix, Evêque de Lille ; de Pierre Mauroy, ancien Premier ministre et du Pasteur de l'Eglise réformée, Mr Diest. Le dimanche 26 février, 250 personnes se sont rassemblées Place de la République à Lille, en présence de nombreux élus, Michèle Demessine, sénateur du Nord ; M. Delnatte, député du Nord. Le maire de Lille était représenté par son Premier adjoint, Pierre de Saintignon.

Lyon - Grenoble
Le jeudi 23 février, un millier de personnes se sont réunies à la Grande Synagogue de Lyon. Lors de la cérémonie, le Président du CRIF Rhône Alpes, Marcel Amsallem, a expliqué qu' « Après les insultes, après les coups d'un antisémitisme banalisé durant toute cette période, c'est Ilan qui a payé de sa vie son appartenance à la communauté juive ». « Dans notre pays, des gangs se développent en assurant la promotion de la haine des juifs ». Le dimanche 26 février, Place Bellecour, plus de 2000 personnes se sont rassemblées à l'appel du CRIF Rhône Alpes et du CRIF Grenoble - Isère, en présence de Philippe Barbarin, Primat des Gaules, Archevêque de Lyon et de nombreuses personnalités politiques.

Marseille
A Marseille, 5.000 personnes selon les organisateurs, 3.000 d'après la police, ont participé à une marche républicaine d'hommage au jeune homme, le dimanche 26 février, au Vieux Port. Lors du rassemblement, Isidore Aragones, Président du CRIF Marseille - Provence a notamment déclaré que « le racisme ne concerne pas que les victimes, il est comme la lèpre, il s'attaque à une partie du corps pour s'étendre à d'autres. » « Nous sommes venus prier et montrer l'horreur qu'à été ce crime barbare qu'on croyait impossible en France » a déclaré Jean-Claude Gaudin, sénateur - Maire de Marseille. A ses côtés, Christian Frémont, préfet de région, a déclaré « Je suis là afin de clamer notre refus absolu de voir apparaître un relent d'antisémitisme dans notre pays. »

Nice
Un millier de personnes se sont rassemblées hier, devant le palais de justice de Nice, pour dénoncer la banalisation des actes antisémites après la mort d'Ilan Halimi à l'appel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) et de SOS Racisme.
Entourée de nombreux élus, Martine Ouaknine, la présidente du CRIF dans les Alpes-Maritimes, a dénoncé « le fantasme du Juif forcément riche » en déclarant : « Ce crime ravive, pour nous, juifs, le souvenir de tragédies passées. Alors que nous nous réjouissions de ce que les actes antisémites avaient nettement diminué, ce crime qui n'a plus rien de crapuleux, doit nous conduire à admettre qu'il y a un antisémitisme primaire, banalisé, au sein d'une minorité de citoyens, qui ne craint plus de passer à l'acte. » « L'Etat de droit est au premier rang de la lutte contre la barbarie », a souligné de son côté le préfet Pierre Breuil.

Orléans
Près de 150 personnes se sont rassemblées à l'appel du CRIF, à Orléans, pour honorer la mémoire d'Ilan Halimi. Des élus de droite et de gauche, comme le maire UMP d'Orléans Serge Grouard et le sénateur PS du Loiret, Jean-Pierre Sueur, ont participé au rassemblement. Eliane Klein, déléguée régionale du CRIF à Orléans a déclaré que la présence des manifestants atteste de « notre volonté de refuser la banalité de la barbarie »

Strasbourg
Entre 2000 et 2500 personnes se sont rassemblées dans le centre de Strasbourg, en mémoire d'Ilan Halimi. Ce rassemblement silencieux a été organisé par le CRIF-Est, l'UEJF, auxquels se sont joints les représentants de la LICRA et de SOS Racisme. Des élus locaux étaient également présents, parmi lesquels le Président UMP de la région Alsace, Adrien Zeller. La foule a ensuite allumé des bougies disposées autour du portrait d'Ilan Halimi sur les marches du monument aux morts situé au centre de la place avant de se disperser dans le calme.

Toulouse
A l'appel conjoint du CRIF Midi-Pyrénées et de la Licra, un rassemblement a eu lieu vendredi 24 février, devant la préfecture à la mémoire d'Ilan Halimi. « Au-delà des actes longtemps considérés comme isolés, comme ceux que nous avons vécus à Toulouse (devantures taggées de magasins juifs, tirs sur un magasin, cocktails Molotov sur une synagogue...), l'antisémitisme est maintenant entré dans les têtes et la mort est désormais au programme », a déclaré Arié Bensemhoun, le président régional du CRIF Midi - Pyrénées.

Source : La Tribune

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents