Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


L'antisémitisme forcené de Mahmoud Ahmadinejad

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 9 Décembre 2005, 10:56am

Catégories : #International

La haine des Juifs du président iranien  Mahmoud Ahmadinejad ne saurait décroitre.

Antisémites et négationnistes de tout poil ont maintenant leur hérault (héros?).

Celà ne laisse plus aucun doute (si jamais il y en eu) sur la dangerosité de l'Iran et de ses dirigeants. Ce pays veut se doter de l'arme nucléaire. Il en a visiblement les moyens. Nous connaissons ses intentions : détruire l'état d'Israël.

Nous voyons chaque mois le président iranien aller toujours plus loin dans ses menaces, ses provocations et son déferlement de haine. Haine contre les juifs qui sont sa cible principale, et haine de l'occident en général et de nos valeurs démocratique.

Jusqu'où la communauté internationale va-t-elle tolérer que ce type de discours puisse être tenu en toute impunité en sachant que l'Iran prend également toutes ses dispositions pour que ces discours deviennent ensuite une réalité ?

Le président iranien a franchi depuis bien longtemps les limites de l'intolérable.

Les démocrates de tous pays savent maintenant qu'il y a danger. Et que ce danger peut être mortel.


M. Ahmadinejad qualifie Israël de "tumeur" et doute de la Shoah

Après avoir affirmé, le 26 octobre, qu'Israël devait être "rayé de la carte", Mahmoud Ahmadinejad, le nouveau président iranien, a, jeudi 8 décembre, lors d'une conférence de presse à La Mecque, à l'occasion du sommet de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), émis des doutes sur la réalité de la Shoah et proposé le transfert d'Israël en Europe, qualifiant l'Etat juif de "tumeur".

 

"Certains pays européens insistent pour dire qu'Hitler a tué des millions de juifs dans des fours et vont jusqu'à dire que quiconque affirme le contraire doit être condamné et jeté en prison, a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Bien que nous n'acceptions pas cette affirmation, si elle était vraie, nous poserions la question suivante aux Européens : "Le meurtre de juifs innocents par Hitler constitue-t-il la raison de leur soutien aux occupants de Jérusalem ?" Si les Européens étaient honnêtes, ils devraient offrir une partie de leurs territoires en Europe. Bon, vous les avez opprimés, donnez un morceau de terre européenne au régime sioniste pour qu'il y établisse le gouvernement qu'il veut et nous le soutiendrons." "Que l'Allemagne et l'Autriche donnent deux ou trois de leurs provinces au régime sioniste et le problème sera réglé à la racine", a-t-il encore ajouté. "Maintenant que vous croyez que les juifs ont été opprimés, pourquoi les musulmans palestiniens doivent-ils en payer le prix ?", s'est-il aussi demandé.

Pour ce conservateur, qui a pris ses fonctions en août, "la question qui se pose est : d'où proviennent ceux qui gouvernent en Palestine en tant qu'occupants ? Où leurs pères vivaient-ils ? Ils n'ont pas de racines en Palestine alors qu'ils se sont emparés du sort de cette nation. Le droit à l'autodétermination n'est-il pas l'un des principes contenus dans la charte des Nations unies ? Pourquoi privent-ils les Palestiniens de leurs droits ?".

M. Ahmadinejad a également fait référence aux historiens révisionnistes, affirmant que "n'importe quel chercheur qui nie ce propos (l'existence du génocide), avec des preuves historiques, est poursuivi durement, emprisonné et condamné" dans les pays européens. Il a souligné que "la meilleure solution est la résistance pour amener les ennemis du peuple palestinien à la réalité et qu'ils acceptent le droit du peuple palestinien à un territoire", reprenant ainsi la ligne exposée en octobre par le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, qui avait déclaré que "la résistance palestinienne" ferait tomber le "régime sioniste". Il a fustigé le processus de négociations du conflit israélo-palestinien, faisant remarquer que "cela fait quarante ans qu'on négocie".

Ces propos ont de nouveau soulevé un tollé dans la communauté internationale. Israël les a qualifiés de "scandaleux et racistes". "J'espère que ces remarques scandaleuses vont réveiller et mobiliser ceux qui se font encore des illusions sur la nature du régime en Iran", a souligné Mark Regev, directeur général du ministère des affaires étrangères. Pour les Etats-Unis, ces déclarations "montrent à quel point il est important que ce régime ne puisse pas avoir la capacité de développer une arme nucléaire", a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche. Le chancelier autrichien, Wolfgang Schüssel, a parlé d'une "gaffe scandaleuse" alors qu'à Berlin, Angela Merkel a qualifié ces paroles d'"inacceptables". Quant à M. Chirac, il a fait part de son "indignation" et a affirmé qu'il existait en Europe un "sentiment unanime" pour condamner ces propos. — (AFP, Reuters.)

Source : Le Monde

 


 

Nouvelle provocation du président iranien sur les juifs

Ahmadinejad met en doute le génocide et propose de transférer Israël en Europe.

Par Jean-Pierre PERRIN vendredi 09 décembre 2005

En octobre, Mahmoud Ahmadinejad avait appelé à «rayer Israël de la carte» et la diplomatie iranienne avait aussitôt tenté d'atténuer ces propos en expliquant qu'ils niaient simplement toute légitimité à l'Etat hébreu. Hier, le président iranien a choisi à nouveau le scandale en exprimant des doutes sur la réalité du génocide juif et en proposant le transfert d'Israël en Europe. «Maintenant que vous croyez que les juifs ont été opprimés, pourquoi les musulmans palestiniens doivent-ils en payer le prix ? [...] Que l'Allemagne et l'Autriche donnent deux ou trois de leurs provinces au régime sioniste et le problème sera réglé à la racine», a-t-il déclaré dans une interview à la télévision satellitaire iranienne Al-Alam, reprise par l'agence officielle.

Négationnistes. S'exprimant depuis La Mecque, où il participait à un sommet de l'Organisation de la conférence islamique, il a aussi défendu les historiens négationnistes, toujours bien accueillis dans les médias officiels iraniens : «Certains pays européens insistent pour dire que Hitler a tué des millions de juifs dans des fours et vont jusqu'à dire que quiconque affirme le contraire doit être condamné et jeté en prison. Bien que nous n'acceptions pas cette affirmation, si elle était vraie nous poserions la question suivante aux Européens : le meurtre de juifs innocents par Hitler constitue-t-il la raison de leur soutien aux occupants de Jérusalem ?» Qualifiant l'Etat d'Israël de «tumeur», il a réitéré la position de Téhéran sur l'organisation d'un référendum «des populations natives de cet endroit afin qu'elles déterminent leur propre régime», ce qui revient à exclure la population juive arrivée après 1945.

Cette attaque contre Israël mais aussi contre l'Europe est la seconde en moins de deux mois. Le 26 octobre, il avait nié tout droit à l'existence au «régime sioniste usurpateur», ajoutant que la Palestine était «la ligne de front du monde islamique dans sa guerre contre l'arrogance mondiale (expression désignant les pays occidentaux)». «Entre le monde de l'arrogance et le monde de l'islam, il y a une bataille historique qui a commencé il y a des centaines d'années.»

Ambassadeurs. La Maison Blanche a aussitôt réagi : «Cela ne fait que souligner nos inquiétudes quant au régime iranien et nous donne raison de penser que ce régime ne devrait pas être en mesure de mettre au point des armes nucléaires.» S'exprimant au nom de l'UE, le Britannique Jack Straw a jugé que de tels propos «n'avaient pas leur place dans un débat politique civilisé». Jacques Chirac et Angela Merkel ont exprimé leur «indignation». Mais, cette fois, il sera difficile aux Etats occidentaux de convoquer les ambassadeurs iraniens. Début octobre, la plupart d'entre eux ont été rappelés à Téhéran et n'ont toujours pas été remplacés.

 

 Source : Libération

 


 

Le président iranien provoque un tollé

Mahmoud Ahmadinejad a invité jeudi les pays d'Europe responsables de l'Holocauste à héberger l'Etat hébreu.

 

  Mahmoud Ahmadinejad (AP)
Mahmoud Ahmadinejad (AP)
 

L e président iranien Mahmoud Ahmadinejad a provoqué jeudi 8 décembre un tollé dans la communauté internationale en suggérant à l'Europe d'héberger l'Etat d'Israël sur son sol en réparation de l'Holocauste.
"Certains pays européens insistent pour dire que, durant la seconde guerre mondiale, Hitler a brûlé des millions de juifs et les a mis dans des camps de concentration", a déclaré Mahmoud Ahmadinejad lors d'une conférence de presse à La Mecque où se tenait un sommet islamique.
"Tout historien, commentateur ou scientifique qui doute de cela est mis en prison ou est condamné", a ajouté le président iranien.
"Donnons une terre aux sionistes en Europe ou en Allemagne ou en Autriche pour qu'ils puissent y installer leur gouvernement", a-t-il lancé. "Ils ont été confrontés à l'injustice en Europe, alors pourquoi les persécutions retombent-elles sur les Palestiniens ? Offrez un morceau de terre d'Europe, et nous soutiendrons cette décision et n'attaquerons pas ce gouvernement."

"Aucune racine"

"Ceux qui occupent et dirigent Jérusalem, quelle est l'origine de leurs pères ?", s'est-il interrogé.

"La plupart d'entre eux n'ont aucune racine en Palestine, mais ils tiennent le destin de la Palestine entre leurs mains et se permettent de tuer le peuple palestinien."
Le président iranien n'en est pas à son coup d'essai. Déjà, en octobre, Mahmoud Ahmadinejad avait été vivement critiqué pour avoir comparé Israël à une "tache honteuse" qui devrait être "rayée de la carte". Malgré les condamnations unanimes, le chef de l'Etat avait maintenu ses propos et avait même organisé de grandes manifestations anti-israéliennes.
Les dernières déclarations de Mahmoud Ahmadinejad ont à nouveau suscité l'indignation générale. A commencer par Israël où le ministre des Affaires étrangères Silvan Shalom a estimé que les propos prononcés jeudi par le président iranien "devraient provoquer un réveil de nous tous à travers le monde".
"Cette déclaration étrange et extrême nous montre, encore une fois, à qui nous avons affaire", a ajouté Silvan Shalom. "Nous devrions tout faire pour le stopper et pour stopper les efforts iraniens en vue de développer la bombe nucléaire. Ce pays qui ne reconnaît pas l'existence de l'Etat d'Israël fera tout pour détruire l'Etat d'Israël."

"Indignation"

A Berlin, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Jacques Chirac, à l'issue d'une rencontre informelle consacrée à l'Europe, ont condamné jeudi les propos de Mahmoud Ahmadinejad.
"Ces propos du président iranien sont parfaitement inacceptables. En tant que chancelière d'Allemagne, qui a à cet égard une responsabilité face à l'histoire, je condamne avec la plus grande fermeté ces positions", a déclaré Angela Merkel lors d'un conférence de presse conjointe avec Jacques Chirac.
Le président français a exprimé la même "indignation face au caractère inacceptable des propos qui ont été tenus par l'Iran". Le président français a noté que l'Union européenne partageait ce "sentiment unanime".

"Totalement inacceptables"

Au nom de l'Union européenne, le secrétaire britannique au Foreign Office, Jack Straw, a qualifié les derniers propos du président iranien de "totalement inacceptables". Pour lui, "ils n'ont aucune place dans un débat politique civilisé".
A Washington, le département d'Etat américain a qualifié les remarques du président iranien de "consternantes et répréhensibles".
Ces propos semblent "être un modèle récurrent de rhétorique qui est à la fois hostile et en décalage avec les valeurs que partage le reste de la communauté internationale", a souligné Adam Ereli, porte-parole du département d'Etat.
En France, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), en réponse à la "proposition du président iranien de délocaliser Israël en Europe", a proposé de "délocaliser Ahmadinejad hors du pouvoir". AP

Source : Le Nouvel Observateur

 


 

Nouvelle provocation de Mahmoud Ahmadinejad

Eric Lecluyse, avec Reuters

Le président iranien a exprimé des doutes sur la réalité du génocide juif pendant la Seconde Guerre et proposé le transfert d'Israël en Europe

© Reuters
Coutumier du fait, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s'est de nouveau lancé dans une longue diatribe contre Israël. Il a cette fois exprimé des doutes sur la réalité du génocide juif pendant la Seconde Guerre mondiale et proposé le transfert d'Israël en Europe. Ces propos, tenus lors d'une conférence de presse à La Mecque, en Arabie saoudite, et rapportés par l'agence de presse officielle iranienne Irna, font suite à ses déclarations d'octobre sur la nécessité de "rayer de la carte" l'Etat juif.
"Certains pays européens insistent pour dire qu'Hitler a tué des millions de juifs dans des fours et vont jusqu'à dire que quiconque affirme le contraire doit être condamné et jeté en prison, a lancé le nouveau président ultra-conservateur. Bien que nous n'acceptions pas cette affirmation, si elle était vraie nous poserions la question suivante aux Européens: «le meurtre de juifs innocents par Hitler constitue-t-il la raison de leur soutien aux occupants de Jérusalem?»"
"Si les Européens étaient honnêtes, ils devraient offrir une partie de leurs territoires en Europe - comme l'Allemagne, l'Autriche ou d'autres pays - aux sionistes, de manière à ce que ces derniers y installent leur Etat , a-t-il poursuivi. Proposez une partie de l'Europe et (en échange) nous vous soutiendrons. (...)  La question qui se pose est d'où proviennent ceux qui gouvernent en Palestine en tant qu'occupants? Où leurs pères vivaient-ils? Ils n'ont pas de racines en Palestine alors qu'ils se sont emparés du sort de cette nation. (...) Le droit à l'autodétermination n'est-il pas l'un des principes contenus dans la charte des Nations unies? Pourquoi privent-ils les Palestiniens de leurs droits?"
Réactions outrées
Le gouvernement israélien a rapidement réagi à ces propos. "Ce n'est pas la première fois, malheureusement, que le président iranien exprime les idées les plus scandaleuses concernant Israël et les juifs, a déploré Mark Regev, porte-parole du ministère des Affaires étrangères. Il ne constitue pas un problème uniquement pour Israël, il est une source d'inquiétude pour l'ensemble de la communauté internationale. (...) J'espère que ces remarques scandaleuses vont réveiller et mobiliser ceux qui se font encore des illusions sur la nature du régime en Iran."
A Washington, le porte-parole de la Maison-Blanche, Scott McClellan, a rappelé que "cela ne fait que souligner nos inquiétudes quant au régime iranien et nous donne raison de penser que ce régime ne devrait pas être en mesure de mettre au point des armes nucléaires". La République islamique d'Iran qualifie Israël d'"Etat terroriste" et a mis au point des missiles capables d'atteindre le territoire israélien. Téhéran affirme qu'il utilisera ces armes en cas d'attaque israélienne contre les sites nucléaires iraniens.
Source : L'Express

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents