Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


L'Allemagne ouvre les archives sur les camps de concentrations.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 21 Avril 2007, 23:53pm

Catégories : #Histoire, #WW2, #Nazisme

 

Svastika2.pngDepuis 1995, plus de 11 millions de demandes d'information ont été déposées, mais excepté les membres de la Croix rouge, les requérants sont rarement autorisés à accéder aux documents.

L'ambassadeur d'Allemagne à Washington a annoncé le  jeudi 19 avril dernier que le président allemand Horst Koehler a ratifié l'accord international pour ouvrir aux chercheurs l'accès à des documents d'archives sur les camps de concentration nazis le vendredi 13 avril.

Il a ainsi adopté les amendements aux traités de 1955 qui régissent les archives. Cette voix supplémentaire a permis de recueillir la majorité parmi les 11 pays qui supervisent la conservation de ces documents historiques.

Le corpus de 30 à 50 millions de pages est administré par le Service international de Recherches qui dépend du Comité international de la Croix Rouge.

Les 11 nations doivent ratifier les amendements pour que ceux-ci soient effectifs. Mais le blanc-seing allemand était crucial en raison du rôle de l'Allemagne en tant que successeur du régime nazi, parce que les archives se trouvent sur le sol allemand, dans la ville de Bad Arolsen, et sont soumises à la loi allemande.

L'Allemagne est le sixième pays à ratifier les amendements après les Etats-Unis, Israël, la Pologne, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne.
La Belgique, la France, l'Italie, la Grèce et le Luxembourg n'ont pas encore signé, mais la plupart de ces pays ont annoncé leur intention de le faire avant la fin de l'année.

17,5 millions de noms

La collection de documents nazis saisis, des registres de décès, des listes de déportés, des registres de camp et de travail forcé, ont été confiés à la Croix rouge pour tenter de retrouver des personnes disparues et de réunir les familles dans le chaos de l'après-guerre. Ces documents ont par la suite servi à étayer les demandes d'indemnisation des survivants ou des familles des victimes.

Depuis 1995, plus de 11 millions de demandes d'information ont été déposées, mais excepté les membres de la Croix rouge, les requérants sont rarement autorisés à accéder aux documents.

Les dossiers contiennent les noms de 17,5 millions de personnes.
Les amendements ont été adoptés en mai dernier après de longues objections allemandes arguant du fait que l'intimité des victimes serait violée.

Le processus de ratification, qui requiert un vote parlementaire dans la plupart des pays, s'est avéré plus laborieux que prévu, au risque de décevoir les rescapés âgés.

 

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen dispose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Erasme de Metz 23/04/2007 18:35

Je découvre votre blog par le classement des blogs politiques d'over-blog.
Il est passionnant et donne un autre regard.
Merci
(et merci pour tous ces liens)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents