Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Oswald Wirth, sur le rôle de la Maçonnerie Latine.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 20 Août 2020, 18:53pm

Catégories : #FrancMaçonnerie, #France, #Wirth, #Revue, #LumièreMaçonnique

Oswald Wirth, sur le rôle de la Maçonnerie Latine.

Voici l'article d'Oswald Wirth et ses toujours très utiles conseils et observations !

 

Quelques chiffres

D'après une statistique publiée par le Bureau des relations maçonniques internationales, il y aurait de par le monde près de 22.000 Loges maçonniques reconnues comme régulières, avec un effectif total d'environ 1.750.000 membres actifs.

La Maçonnerie anglo-saxonne (Empire britannique et Etats-Unis) fournil à elle seule 19.800 Loges et 1.600.000 Maçons cotisants.

La Maçonnerie germanique (Allemagne, Danemark, Suède, Norvège, Hongrie et Luxembourg) ne compte que 630 Loges, mais avec 82.000 membres, alors que notre Maçonnerie latine (France, Belgique, Hollande, Italie, Grèce, Suisse, Espagne, Portugal et Amérique latine) ne met en ligne que 60.000 Maçons actifs répartis dans 1.500 Loges.

Ces chiffres nous apprennent, qu'une loge anglo-saxonne groupe en moyenne dé 75 à 80 membres, la Loge germanique 130, tandis que la Loge latine se réduit à 40 membres.

Il est manifeste que la Maçonnerie anglo-saxonne s'étale avec complaisance dans un milieu où rien ne lui fait obstacle.

Elle n'a pas à lutter et se contente de se laisser vivre, très satisfaite d'ailleurs de son ampleur quelque peu hydropique; L'effectif élevé des Loges germaniques donne l'impression d'une Maçonnerie fortement cimentée et disciplinée. Nous savons que l'esprit d'association est très développé chez nos FF d'outre-Rhin, alors qu'il se heurte chez nous à d'indomptables besoins d'indépendance.

Les scissions,se produisent facilement, en effet, dans nos Loges, dès que la liste des membres s'allonge. Si quelques FF, ne partagent pas alors l'avis de la majorité sut; l'orientation à donner à la Loge, ils ont tôt fait de choisir un titre distinctif et de solliciter une patente de constitution. Parmi les Loges qui se fondent ainsi il en est qui réussissent; mais, trop souvent, elles ne se fondent que pour tomber rapidement en sommeil.

Du reste, quantité de nos Loges latines ont à se débattre contre un milieu hostile. Dans certaines régions cléricales, leurs membres en sont réduits à cacher avec soin leur qualité de Francs-Maçons. Il leur faut du courage pour se rendre aux réunions. Notons aussi que dans les pays latins, la Maçonnerie n'est pas riche, vu l'abstention des classes les plus aisées, et notre recrutement foncièrement démocratique.

Si maintenant nous nous demandons quelle est la branche de la Maçonnerie universelle qui produit le plus de travail utile, la réponse ne saurait être douteuse. Il n'y a guère que nous, Maçons latins, qui nous soyons manifestés jusqu'ici comme un facteur indiscutable de progrès humanitaire. Nous avons modifié quelque chose dans le monde, et ce n'est pas fini, puisque nous ne sommés pas encore sortis de l'ère des tâtonnements du début.

Tout ce que nous avons fait n'a pas été parfait. Nous nous sommes souvent trompés, en détail, mais, du moins, avons-nous évité le gros écueil de cette fausse prudence, qui voit dans l'inaction une sure garantie d'impeccabilité.

Après nous avoir honnis, on en vient d'ailleurs à nous rendre justice, au fur et à mesure que l'on arrive à nous comprendre. Ainsi s'expliquent les sympathies très vives que nous avons trouvées au soin de la Maçonnerie allemande. Nous ne manquons pas non plus d'amis dévoués aux Etats-Unis, où notre influence émancipatrice ne tardera, pas à se faire puissamment sentir.

La Maçonnerie latine est, en somme, une avant-garde, ne manquant même pas d'enfants perdus toujours disposés à tout risquer.

Ne nous laissons pas, cependant, entraîner inconsidérément à la suite de ces téméraires. Bénéficions de l'expérience de leur audace, mais restons dans une voie où nous puissions être suivis.

Songeons au gros de l'armée maçonnique, dont nous sommes les éclaireurs.

Restons en contact avec ceux qui marchent derrière nous, inspirons-leur confiance, en nous montrant à la hauteur du service dont nous nous sommes chargés ! 

La Lumière, Maçonnique s'efforcera toujours de rappeler sous ce rapport la Maçonnerie française à son véritable rôle. Logique et intrépide, poussant droit devant elle, il lui appartient de ne jamais dévier de la bonne orientation.

Or, pour assurer celle-ci, il faut savoir regarder en arrière, en s'appuyant sur les traditions indispensables. On n'improvise pas en Maçonnerie, on poursuit, on continue, dans une direction invariable, parce qu'elle est déterminée par une raison collective supérieure à celle des individus.

Ceux en qui le Maître est ressuscité comprennent!

O. W.

 

Article d'Oswald Wirth, publié dans le N°2 (Février 1910) de la revue "La Lumière Maçonnique".

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen pose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen pose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents