Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


Conférence de Hans Joas : Comment la personne est devenue sacrée. Une nouvelle généalogie des droits de l’homme, le 22 novembre 2016 à Paris

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 19 Novembre 2016, 08:30am

Catégories : #Protestantisme, #Joas, #Conférence, #Paris, #ITP, #Religions, #Spiritualité

Conférence de Hans Joas : Comment la personne est devenue sacrée. Une nouvelle généalogie des droits de l’homme, le 22 novembre 2016 à Paris

Afficher l'image d'origine Dans son livre « Comment la personne est devenue sacrée » (Labor et Fides, 2016), le sociologue allemand de renommée internationale Hans Joas propose une généalogie des droits de l’homme. La perspective qu’il développe dépasse la dichotomie traditionnelle entre héritage des Lumières et continuité issue du judéo-christianisme.

 

Afficher l'image d'origine Il propose ainsi de comprendre les droits de l’homme comme la « sacralisation », c’est-à-dire l’appropriation par des expériences subjectives intenses et affectives, de la personne humaine. A l’inverse d’une conception philosophique qui postulerait la préexistence rationnelle de valeurs, Hans Joas souligne la contingence historique de l’émergence des droits de l’homme et les expériences à la fois négatives (tortures, meurtre de masse) et positives (reconnaissance du bien) qui en sont à l’origine.

 

Ne manquez pas la soirée-débat organisée par l’Institut Protestant de Théologie et le Goethe-Institut de Paris.

 

Afficher l'image d'origine Hans Joas, né le 27 novembre 1948, est un sociologue allemand. Il est professeur de sociologie et d'études nord-américaines à l'université libre de Berlin. Depuis 2000, il enseigne également à l'université de Chicago.

 

Spécialiste du pragmatisme américain, il a contribué à faire connaître ce courant en Allemagne (à la suite notamment de Jürgen Habermas et Axel Honneth) et à en montrer l'intérêt pour la réflexion sur la société contemporaine. Il est l'auteur d'une monographie qui fait autorité sur George Herbert Mead (Suhrkamp, 1980, rééd. 1989).

 

Il dirige le Max-Weber-Kolleg für kultur- und sozialwissenschaftliche Studien (« Centre Max Weber pour les hautes études en études sociales et culturelles ») de l'université d'Erfurt et il occupe le poste de vice-président de l'Association internationale de sociologie.

 

Jean-Laurent Turbet

 

Information pratique : 

Mardi 22 novembre 2016, 18h30-20h00

Institut Protestant de Théologie, Faculté de Paris, 83 Bd Arago

 

 

 

Attention ! Cet article, comme tous les articles du "Bloc-Notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités", (http://www.jlturbet.net/) est écrit en mon nom personnel.

Je ne parle ni au nom d'une association, ni d'un parti, ni d'une loge, ni d'une obédience maçonnique.

Mes propos n'engagent que moi et non pas
l'une ou l'autre de ces associations.

Je ne suis en aucune façon habilité à écrire au nom d'une association, d'un parti, d'une loge, d'une obédience maçonniqueTout ceci pour que cela soit bien clair, qu'il n'y ait aucune ambiguïté de quelque nature que ce soit.

Quelles que soient mes responsabilités - ou non -  présentes ou futures dans une organisation, les propos tenus dans cet article comme dans tous les articles de ce Bloc-Notes, sont exclusivement des opinions personnelles qui n'engagent que moi.

Je rappelle simplement que la liberté d’expression est en France un droit Constitutionnel, quelle que soit notre appartenance à une association de quelque nature que ce soit.

Dans son article 10, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen pose que : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi. »

Dans l'article 11, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen pose aussi que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

Ces deux articles ont valeur constitutionnelle car le préambule de la Constitution de la Ve République renvoie à la Déclaration de 1789.

La Constitution et les Lois de la République Française s'appliquent sur l'ensemble du territoire national et s'imposent à tout règlement associatif particulier qui restreindrait cette liberté fondamentale et Constitutionnelle de quelque façon que ce soit.

Jean-Laurent Turbet

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents