Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


PVI 177 : Franc-Maçonnerie et Esprit de Renaissance.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 30 Septembre 2015, 07:52am

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #GLDF, #PVI, #Renaissance

"Points de Vue Initiatiques" est la revue de la Grande Loge de France.

 

Mais elle n'est pas réservée aux frères de la Grande Loge de France.

 

Vous pouvez toutes et tous vous la procurer dans toutes les bonnes librairies ainsi que par abonnement sur le site de la Grande Loge de France.

 

Elle est dirigée par le très dynamique Robert de Rosa, entouré d'une équipe rédactionnelle inventive, qui sait toujours trouver des sujets intéressants et qui cherche sans cesse à renouveller les approches autour du fait maçonnique.

 

C'est un numéro encore très intéressant qui nous est proposé dans ce nouveau numéro : Les apports issus directement de la Renaissance dans la genèse de la pensée et de la spiritualité maçonnique.

 

Des articles qui vous passionneront j'en suis sûr !

 

En voici le commaire détaillé :

 

 

PVI n°177 : Franc-maçonnerie et esprit de la Renaissance

°

PVI 177 : Franc-Maçonnerie et Esprit de Renaissance.

°

Ce titre n’est pas un programme. Il s’agit juste de confronter deux émergences simultanées : les idées de la Renaissance et la naissance de la franc-maçonnerie spéculative. Pas de filiations directes ou de preuves irréfutables. Plutôt des cousinages, des ressemblances troublantes, faisant penser que la maçonnerie a puisé dans les courants humanistes, hermétistes pour constituer son corpus philosophique et symbolique. Sa tradition remonte donc bien plus loin que la date de la création de la Grande Loge de Londres (1717). Sa longue histoire lui a permis d’être en quelque sorte le conservatoire des idées qui ont traversé l’Europe depuis la Renaissance.

 

 

HOMMAGE p. 1

 

ÉDITORIAL  p. 5

Robert de Rosa

 

THÈME

De la Renaissance à la renaissance p. 11

Jean-François Maury

 

La Renaissance procède d’un long cheminement libérateur et non d’une rupture calendaire. Le contact renouvelé avec Constantinople ouvre l’accès aux textes grecs et, notamment, à Platon. Une relation personnelle avec Dieu se fait jour et redonne à l’Homme sa dignité.

 

Du mage au savant vers le franc-maçon, un regard sur l’hermétisme à la Renaissance  p.21

Frédéric-Pierre Isoz

 

Les écrits attribués à Hermès Trismégiste, redécouverts à la Renaissance, mettent en place les outils de la modernité. Considéré comme un prêtre égyptien contemporain de Moïse, il est initialement accepté par l’Église. L’aristotélisme figé s’en trouve bouleversé et l’on assiste à l’émergence des Humanistes, de savants et penseurs qui annoncent la science moderne et la franc-maçonnerie.

 

La franc-maçonnerie aux sources de l'humanisme p. 29

Jean Sébastien Eloy-Altmann

Rien ne vient prouver une filiation directe entre les premiers francs-maçons et les penseurs de la Renaissance. Pourtant, on ne peut s’empêcher de remarquer des ressemblances. Ce sujet inépuisable appelle de nombreuses réponses… Celle de la démarche proposée par le rite en est une.

 

Le temple de Salomon, théâtre de la mémoire p. 37

Robert de Rosa

 

En l’absence de diffusion facile de l’écrit, l’art de la mémoire était développé depuis la haute Antiquité sur une base architecturale. La Renaissance le transforme en une « machina memorialis » dont hérite la franc-maçonnerie avec la vision du temple support de méditation. Tracer le tableau de loge devient un exercice d’ordonnancement personnel du monde hors des codes religieux institutionnels.

 

INVITÉ

 

Présentation de Jean Lecointe  p. 46

Dans sa contribution, Jean Lecointe livre une étude fouillée des tentatives pour surmonter la fracture de la Réforme. Elles prennent appui sur l’œuvre d’un moine calabrais méconnu, Joachim de Flore (XIIsiècle) qui prophétisait l’avènement d’une église de l’Esprit, à travers les idées des Joachimites qui se réclamaient de ce moine, à la limite de l’hérésie.

 

« L’Un guide Orfée ». Joachimites catholiques et autres, un ésotérisme de dialogue au temps des Réformes  p. 47

Jean Lecointe

 

ENTRETIEN

Présentation d’André Comte-Sponville p. 58

 

Entretien avec André Comte-Sponville p. 59

Par Alain Graesel

Une sorte de « proto-maçonnerie » émerge au XVIsiècle, largement liée par les intellectuels qui œuvrent, en son sein, à l’humanisme renaissant et à la continuation d’une pensée imprégnée d’hermétisme… Pourtant, cette époque est traversée de violences de toutes sortes. Ce mélange de violences et de promesses peut-il se rapprocher de notre époque ? Si les médias n’en montrent que la barbarie, existe-t-il comme au XVIsiècle des pensées qui tracent des voies « pour sortir de la barbarie » (Edgar Morin) 

 

750e anniversaire : un humble hommage à un immense poète, Dante Alighieri p. 65

Joël Gregogna

 

C’est au sein de l’environnement florentin, riche de fortes personnalités, et surtout avec Dante et son expérience incontournable de l’exil, que l’on peut acter un renouveau poétique magistral vécu comme une catharsis intérieure purificatrice et libératrice.

 

Vita Nova p. 69

Jean-Émile Bianchi

 

L’initiation introduit « un changement qualitatif du mode existentiel » (Mircea Éliade). En termes simples, on parle de régénération, de renaissance ou de vie nouvelle. C’est peut-être de cette façon qu’il faut lire la Vita Nova de Dante Alighieri. C’est ce que propose l’auteur en s’appuyant sur une partie de la Divine Comédie, l’œuvre monumentale du poète florentin.

 

Dante et les (néo) gnostiques : un lien évident ?  p. 79

Laurent Lombard

 

Dante a transformé sa biographie pour se créer une légende. En plongeant son lecteur, dès les premiers vers de l’Enfer, dans cette « forêt obscure » qu’est la nuit, il inspirera les mouvements romantiques et gnostiques. S’il ne faut pas faire de Dante un gnostique qui contesterait les pensées officielles du XIIIe siècle et du début du XIVe siècle, il n’en demeure pas moins que la Divine Comédie est par elle-même une Gnose qui en appelle à la connaissance.

 

Montaigne, franc-maçon  p. 89

Jean-Luc Aubarbier

 

De tous les penseurs qui n'ont pas porté le tablier, Montaigne doit être un de ceux qui nous est le plus proche. Ses actes comme ses pensées en font un compagnon de marche des plus actuels. Les francs-maçons conservent de lui une méthode de travail totalement dépourvue de dogmes et un livre Les Essais qui peut se lire dans tous les sens, même contradictoires.

 

Francesco Zorzi : l’humaniste oublié p. 99

Joël Gregogna

 

Entre la fin du Trecento italien (XIIIsiècle) et le tout début du XVIsiècle, la Renaissance européenne regroupe en un ensemble des personnalités maniant à la fois la raison humaniste sans quitter vraiment une forme de pensée magique. Cette confusion apparente qui intègre la conciliation des opposés, produit des œuvres qui méritent le détour. L’harmonie du monde de Francesco Zorzi est de celles-là.

 

Érasme ou la renaissance de la liberté  p. 107

Alain-Noël Dubart

 

Après le déclin violent de la fin du Moyen Âge, Érasme est l’homme, le penseur d’une époque. Mieux que tout autre, il incarne la Renaissance avec son retour aux Classiques et sa liberté de penser. C’est un franc-maçon avant la lettre. À travers cette étude, chacun trouvera, en filigrane, les fondements de la franc-maçonnerie spéculative qui perpétuera cet héritage humaniste.

 

BIBLIOGRAPHIE p. 124

 

HISTOIRE - Aux origines de la première maçonnerie écossaise - Jean-Pierre Thomas p. 127

 

L’AIR DU TEMPS : Considérations (méta) physiques - Guy Boulomme p. 133

 

RECENSIONS p. 134

PVI 177 : Franc-Maçonnerie et Esprit de Renaissance.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents