Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Bloc notes de Jean-Laurent sur les Spiritualités

Informations sur les spiritualités, les religions, les croyances, l'ésotérisme, la franc-maçonnerie...


« L’art de la mémoire et la formation du symbolisme maçonnique » de Charles Bernard JAMEUX.

Publié par Jean-Laurent Turbet sur 2 Décembre 2014, 10:08am

Catégories : #Franc-Maçonnerie, #Histoire, #Livres, #Chroniques de livres., #Symbole, #Symbolisme, #Jameux

« L’art de la mémoire et la formation du symbolisme maçonnique » de Charles Bernard JAMEUX.

« L’art de la mémoire et la formation du symbolisme maçonnique » de Charles Bernard JAMEUX.« L’art de la mémoire et la formation du symbolisme maçonnique » de Charles Bernard JAMEUX est un livre merveilleux.

 

Il est le fruit de près de 20 ans de travail de l'auteur, Charles B. Jameux, l'un de nos derniers surréalistes vivant! Et Charles est bien vivant!

 

Tout a commencé avec un article de 1995 de Points de Vue Initiatiques, la revue de la Grande Loge de France, obédience maçonnique à laquelle Charles B. Jameux appartient.

 

"Les sources antiques de la tradition initiatique en franc-maçonnerie: art classique de la mérmoire" (joint plus bas), article fondateur en quelque sorte et une hypothèse que l'auteur va développer et enrichir d'année en année jusqu'à aujourd'hui.

 

Cette hypothèse est la suivante : l'art de la mémoire, qui était la façon usuel de se rappeler des mythes et de la connaissance dans l'antiquité comme dans le haut-moyen âge, a disparu au milieu du 17ème siècle pour se réfugier dans la symbolique maçonnique.

 

Charles B. Jameux a également développé cette thèse dans un brillant article (p.452/482) de l'excellent « La Franc-Maçonnerie, Histoire et Dictionnaire », rédigé sous la direction du non moins excellent  Jean-Luc Maxence en 2013, publié aux éditions Robert Laffon, Collection Bouquins.

 

J'écrivais alors : "Ce même Charles B. Jameux que nous retrouvons pour un article magistral, « Les sources antiques de la transmission initiatique en Franc-Maçonnerie » (p.453). il se base pour cet article sur les travaux de Frances Yates et de David Stevenson. Son objet : l’Art de la Mémoire. Technique par trop oubliée ( à tort !) dans la maçonnerie française et continentale. « Ces auteurs m’amèneront donc à formuler ici une hypothèse (…) qui développe l’idée qu’il existe une très profonde analogie de structure et de mode de fonctionnement entre l’art de la mémoire et la franc-maçonnerie spéculative » (p.467). A lire en intégralité et à méditer !"

 

Le livre que publie aujourd'hui Charles B. Jameux est en quelque sorte l'aboutissement de ses recherches et en constitue la  synthèse la plus aboutie.

 

"Nous demeurons maçons parce que nous refusons un monde de pure rationalité. Ces images qu'un art de la mérmoire nourri de néoplatonisme avait offertes de l'Antiquité à la Renaissance, comme viatique pour une quête de sens au-delà des apparences et des formes, où en sont donc les héritiers, gardiens et dispensateurs à leur tour auprès de ceux qui en sont dignes? Le projet de nos fondateurs ne fut-il pas de les cacher, de les faire vivre clandestinement comme symboles, afin d'en réserver la découverte aux initiés", note très justement Francis Bardot dans sa préface (p.15).

 

Et Patrice Corbin dans son avant-propos éclaire aussi l'un des buts de l'ouvrage : "Cette recherche des sources intellectuelles de la maçonnerie spéculative met en lumière ce moment charnière qu'est le 17ème siècle pour l'histoire des représentations et de la philosophie en Occident.

C'est en effet le moment où, le discours et le concept l'emportant sur l'image et le symbole, ce mode de pensée analogique, émotionnel et polysémique va peu à peu disparaitre de la scène intellectuelle, pour se réfugier chez les mystiques, les poètes ou dans les loges" (p.21).

 

Grâce à se livre - et au-delà des livres d'histoire, souvent arides, de l'écume des choses -, nous pénétrons enfin ici, grâce à Charles B. Jameux, au coeur de se qui fait l'intérêt (parfois passionné) de la recherche maçonnique, recherche personnelle et collective, quête initiatique fondée sur les mythes, les symboles, les rêves et l'imaginaire collectif de l'Occident de l'antiquité à nos jours.

 

Ce n'est pas pour rien si ce livre est l'un des tout préférés de Marie-Françoise Blanchet (ancienne Grande-Maîtresse de la Grande Loge Féminine de France) qui m'a dit en avoir déjà acheté et donné une bonne dizaine d'exemplaires à ses "protégées" les plus proches.

 

Mais laissons, en guise de conclusion de cet article, la parole à Charles B. Jameux lui-même : " A partir de là, peut-on considérer que l'année 1637 serait un marqueur datant la fin de la recherche par la conscience européenne d'une méthode unique et unifiée et contraignant les philosophes et les poètes, les scientifiques et les artistes, les "géomètres" et les religieux, à choisir entre, d'une part, le rationalisme mathématique et utilitariste de la pensée conceptuelle, et, d'autre part, le langage symbolique et imagé de la pensée analogique? On peut être amené à en émettre l'hypothèse puisqu'en 1637 verront simultanément le jour le Discours de la Méthode de René Descartes et la première occurence écrite attestée de l'existence du "mot du maçon" à Perth, en Ecosse, dans le contexte rosicrucien.

 

Mais ne doit-on pas aller plus loin et émettre en même temps l'hypothèse que le symbolisme maçonnique en cours de formation conciliera désormais pour les pratiquants de sa méthode pensée conceptuelle et pensée analogique, dans le contexte d'une conscience européenne en perte des repères d'une pensée non dissociée et qui s'abandonne dès lors à la décadence spirituelle d'une société occidentale devanant inexorablement technicienne, quantitative et marchande?

 

Alors peut-être n'est-il pas invraissemblable d'avancer que la formulation du symbolisme maçonnique s'est opérée vers 1637, par mutation de l'art de la mémoire et greffe de l'hermétisme post-renaissant sur le milieu professionnel du "Métier" en Ecosse? Who knows?" (p.74).

 

Quand je vous disais que ce livre de Charles B. Jameux est tout à fait indispensable !

 

A lire donc, de toute urgence!

 

Jean-Laurent Turbet    

 

 

° Le livre :

 

« L’art de la mémoire et la formation du symbolisme maçonnique » de Charles Bernard JAMEUX.« L’art de la mémoire et la formation du symbolisme maçonnique »

de Charles Bernard JAMEUX.

120 pages

Publié chez Dervy éditions (21 juin 2014), collection « Petite bibliothèque de la Franc-Maçonnerie »

ISBN-10: 1024200523

ISBN-13: 978-1024200522

Dimensions : 19,2 x 12,8 x 1,4 cm

Prix : 12 euros.

 

° Commandez le livre, sur le site de Dervy.

 

° Commandez le livre, sur le site des éditions Trédaniel (11,40€).

 

° Commandez le livre, sur le site de la FNAC.

 

° Commandez le livre, sur le site d’Amazon (12€).

 

 

° L’auteur :

 

Charles Bernard Jameux est né en 1943. Il a été l’élève de Jean Mitry et Léopold Schlosberg à l’Institut des Hautes Etudes Cinématographique. Il a accompli la totalité de son parcours professionnel au sein des organismes publics de la télévision (ORTF, SFP).

 

Il a participé aux activités du mouvement surréaliste de 1964 à 1969. Il est l’auteur notamment du premier livre en français sur F. W. Murnau.

 

Charles B. Jameux a été initié à la Grande Loge de France en 1977. Il a dirigé la revue de la GLDF, Points de Vue Initiatiques de 1989 à 2001.

 

Il est actuellement le directeur de la collection d’ouvrages maçonniques Pierres Vivantes aux éditions Dervy.

 

 

 

° Le mot de l’éditeur :

 

Dans L’art de mémoire et la formation du symbolisme maçonnique, Charles-Bernard Jameux part à la recherche des sources intellectuelles de la Franc-Maçonnerie spéculative en proposant une hypothèse que l’on peut résumer dans la formule : « l’art de mémoire » comme origine de la méthode maçonnique.

 

« L’art de mémoire » consiste à mémoriser des lieux et des images permettant à l’orateur, lors d’un discours, de se promener dans son imagination, le long des endroits ainsi mémorisés et de cueillir au passage les images lui rappelant les points de son propos. A la Renaissance, cet outil sera utilisé́ par les hermétistes comme méthode pour acquérir la connaissance en cherchant à faire se refléter l’univers dans l’esprit, en utilisant les images magiques ou talismaniques comme images mnémoniques.

 

Au XVII siècle, certaines personnes récupérèrent la structure institutionnelle de l’initiation de métier des maçons opératifs basés sur les loges, les rituels et les méthodes secrètes de reconnaissance connues sous le nom de « mot de maçon » L’art de mémoire étant connu de la maçonnerie opérative, cette greffe aurait peu à peu transformé ces « imagines » de la construction en symboles maçonniques du temple spirituel à reconstruire ou des vertus morales à respecter.

 

Cette recherche des sources intellectuelles de la maçonnerie spéculative met en lumière ce moment charnière qu’est le XVII siècle pour l’histoire des représentations et pour l’histoire de la philosophie en occident.

"Les sources antiques de la transmission initiatique en Franc-Maçonnerie : art classique de la mémoire", par Charles B. Jameux. (Article publié dans Points de Vues Initiatiques (PVI) la revue de la Grande Loge de France)

« L’art de la mémoire et la formation du symbolisme maçonnique » de Charles Bernard JAMEUX.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents